Le Trois –

PUB

Un surcoût de « 20 à 30% » des matières premières fragilise le secteur du bâtiment

Laurent Germain, directeur de Crri 2000, et Bruno Selli, le président.

Le fédérateur d’entreprises locales à Montbéliard Crri 2000 (notre article) a organisé son traditionnel barbecue de rentrée, ce vendredi. L’occasion de faire le point sur l’activité du bâtiment, marqué par une hausse des matières premières, conjuguée à une pénurie de cette matière et de la main d’œuvre. Les acteurs n’ont pas de visibilité. Interview de Bruno Selli, président, et Laurent Germain, directeur.

Le fédérateur d’entreprises locales à Montbéliard Crri 2000 (notre article) a organisé son traditionnel barbecue de rentrée, ce vendredi. L’occasion de faire le point sur l’activité du bâtiment, marqué par une hausse des matières premières, conjuguée à une pénurie de cette matière et de la main d’œuvre. Les acteurs n’ont pas de visibilité. Interview de Bruno Selli, président, et Laurent Germain, directeur.

Aujourd’hui, le monde du bâtiment est marqué par une pénurie de matières premières. Comment l’analysez-vous ? Quels produits sont concernés ?

Bruno Selli – C’est le bois, l’acier, essentiellement, le plâtre également. La demande est tellement forte que les fournisseurs n’arrivent pas à produire. Il y a une suractivité. Ensuite, c’est contingenté. Les fournisseurs ne prennent même plus de commandes. Les commandes que vous passez, on vous les prend un mois après avec des délais d’attente ensuite de 3, 4 ou 5 mois.

Laurent Germain – Je fais actuellement un petit chantier et nous avons 16 semaines de délai sur les isolants ! Et sur les chantiers, il y a un bilan. Si vous faites des logements, il y a un loyer. Nous sommes en inflation, mais il n’y a pas de hausses [sur les loyers]. Les surcoûts aujourd’hui sont de l’ordre de 20 à 30 %. Mais personne n’a 20 à 30 % de plus dans son bilan.

Cela pose évidemment un problème de coûts. Mais qu’est-ce que cela implique aussi pour les chantiers ?

Laurent Germain – Cela pose un problème d’organisation des chantiers et cela entraîne surtout une insatisfaction du client car on est incapable de lui donner une date. On va faire un planning, puis on ira le voir en disant « désolé, ce sera un mois de plus, deux mois de plus”… Le problème, c’est que nous ne savons pas mettre un prix. Ou vous avez des prix avec des validités d’une semaine, mais nous ne travaillons pas à la semaine.

Avez-vous des craintes pour la pérennité de certaines entreprises ?

Bruno Selli – Ça peut ! Le fait qu’il y ait une augmentation des matières premières que nous ne pouvons pas répercuter sur les prix [de chantier], parce que le marché est figé, obligatoirement, ce sont nos marges qui partent. Cela peut-être, pour certaines entreprises, problématique. Cela dépend de la trésorerie de l’entreprise et de la capacité qu’elle a à renouveler ses clients. Si ce sont de petits chantiers, on réattaque vite d’autres chantiers ; si ce sont de gros chantiers sur de longues périodes, là c’est un peu plus compliqué.

Comment sentez-vous cette crise ?

Laurent Germain – Cela n’engage que moi – et j’ai un peu de bouteille – mais cela me rappelle 2008. Et ça peut s’arrêter violemment. À l’époque, cela s’est arrêté entre août et septembre. En août, on embauchait, en septembre on ne savait pas quoi faire des gars qu’on venait d’embaucher. Ça s’est arrêté d’un seul coup.

Bruno Selli – Les maîtres d’ouvrage vont se dire que les projets prévus cette année sont décalés car il y a trop de hausses. En 2008, la hausse a duré de mars à la fin de l’année. Cette année, cela perdure. Nos fournisseurs n’ont pas de perspectives.

Enregistrez-vous toujours autant de difficultés pour embaucher ?

Bruno Selli – Nous avons de gros problèmes de recrutements. Nous ne trouvons personne sur le marché. Et nous cherchons dans tous les domaines, que ce soit du salarié jusqu’au bureau d’études. Du cadre au compagnon, de tous les corps de métier.

Laurent Germain – On observe aussi des hausses de tarif phénoménales. Les gens ont des exigences – légitimes ou non ce n’est pas mon propos – qui font augmenter le coup de la main d’œuvre et qui accroisse le problème des coûts. Au problème des matériaux s’ajoute le coût de la main d’œuvre.

Comment peut-on aider Crri 2000 ou le bâtiment ?

Laurent Germain – Il y a eu des annonces faites par le Gouvernement, mais ce n’est pas concret. Pour le marché public, on nous dit qu’il faut s’entendre. On a tout dit et on n’a rien dit ! Tout ce qui est privé, c’est au bon vouloir du client. Mais s’il n’a pas les fonds…

Quels sont les projets de Crri 2000 ?

Laurent Germain – Nous avons notre filière « maison de santé ». Après celle de Belfort, nous allons faire celle de Montbéliard. Il y a aussi le conservatoire de Montbéliard et nous avons de multiples projets en conception-réalisation et de travaux-service. Ces derniers sont des montants moindre, mais cela nous assure un volume et des contacts commerciaux.

Nos derniers articles

Peugeot Motocycles : « On ne veut pas reproduire les mêmes erreurs »

Le président de Peugeot Motocycles veut rassurer sur la suite de l’activité à Mandeure, alors que deux mois de chômage technique sont annoncés. La priorité est d’écouler les stocks. En novembre, l’activité reprendra avant un redémarrage soutenu en 2025.

Le marché automobile européen se contracte en mars, la part des électriques aussi

Les immatriculations européennes de voitures neuves ont connu leur premier repli de l'année en mars, tandis que la part de marché des automobiles électriques est restée inférieure à celle de toute l'année 2023, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Le designer du TGV, Jacques Cooper, est mort

Le designer du tout premier TGV, Jacques Cooper, est mort, a appris l'AFP mercredi auprès du constructeur de trains Alstom, où il a travaillé dans les années 1970 et 1980. Il restera comme l'homme qui a donné au TGV sa silhouette distinctive, avec son nez effilé et aérodynamique et sa première livrée orange, devenue mythique dans l'univers ferroviaire français.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts