Le Trois –

Finances publiques : « Avec moins de moyens, on laisse passer les tricheurs »

Les agents de la DGFiP ont manifesté à Belfort ce lundi 29 janvier à midi. | ©Le Trois - E.C.
Reportage
Manque de moyens humains, absence de revalorisation salariale… Les fonctionnaires de la direction générale des finances publiques (DGFiP), plutôt discrets habituellement, ont manifesté ce lundi 29 janvier.

« Nos services sont devenus un réservoir discret de suppressions d’emplois dans la fonction publique », se désole Loïc Gatipon, secrétaire du syndicat Solidaires pour la section finances publiques. Devant le modeste bâtiment de la direction générale des finances publiques, place de la Révolution à Belfort, une vingtaine de fonctionnaires ont manifesté ce lundi 29 janvier sur leur pause de midi. Un chiffre relatif à la taille du site  (un peu plus de 200 agents sur tout le Territoire de Belfort). 

Les fonctionnaires belfortains n’ont pas choisi la date au hasard. Ce lundi, les négociations indemnitaires démarrent au niveau national. Un point que les syndicats veulent absolument négocier. « On veut demander beaucoup plus », commente Chantal Koepflin, de la CGT, qui indique que c’est la première fois que les agents de la DGFiP se lèvent pour protester. Notamment parce que la revalorisation du point d’indice ne suit pas la hausse de l’inflation connue ces deux dernières années.

Mais il n’y a pas que ça. Dans les discours, ce qui fâche, c’est notamment la perte de moyens humains. S’il y a un ralentissement des suppressions de postes en 2024, le nombre de postes perdus est important au niveau national ; surtout depuis la fusion entre les services de la trésorerie et des finances publiques. Pour 2024, les délégués syndicaux indiquent perdre encore trois personnes dans le Territoire de Belfort. « C’est un signal de mépris au vu des difficultés des services et des charges de travail », estiment les délégués syndicaux réunis en intersyndicale pour l’occasion (Solidaires, CGT, F0, CFDT).

« Nous sommes fatigués des réformes brutales subies ces dernières années », estiment les fonctionnaires sur place. Pour eux, celles-ci les éloignent à petit feu d’un public qui a pourtant besoin d’être en lien avec la fonction publique. Avec le numérique notamment, l’Etat délaisse, selon eux, de plus en plus les services d’accueil. « C’est pourtant notre mission d’être au service direct du public », martèle Chantal Knoepflin.« Tout une sachant qu’une partie de la population ne maîtrise pas les outils numériques », ajoute-t-elle.

Moins de contrôles, plus de contraintes

 Deuxième problème des suppressions de postes : le recours, de plus en plus fréquents, aux contractuels. « On nous dit qu’ils sont là car il n’y a plus assez de fonctionnaires. Mais c’est un faux problème. Pour qu’il y en ai à nouveau, il faut une revalorisation de la profession », défend la déléguée syndicale de la CGT. Des contractuels bien moins formés que les fonctionnaires, « qui en pâtissent à tout niveau », et qui sont payés, selon Loïc Gatipon, entre 200 et 300 euros de moins que les fonctionnaires. « Un moindre investissement de la direction pour ne pas se ruiner », commente le délégué syndical Solidaires. 

Au coeur de la machine, dans les rouages du système, les agents des finances publiques se disent délaissés. « Nous sommes plutôt discrets, mais nous permettons par exemple de contrôler toutes les finances des collectivités. » Avec les suppressions de postes, les délégués syndicaux avouent que de moins en moins de contrôles peuvent être faits. Le contrôle fiscal en premier. « On abandonne des missions. Il y a moins de moyens… Donc on laisse passer les tricheurs.» Résultat, une perte de sens du métier, pour beaucoup d’agents présents. « Pourquoi on est là ? », s’interroge Loïc Gatipon, qui remarque également que de plus en plus de tâches sont externalisées pour supprimer des postes. « Et pendant ce temps, on nous demande de faire mieux mais avec moins. »

Le désarroi est présent. De son côté, Valérie Usson, directrice départementale des Finances publiques du Territoire de Belfort, affirme que tout se joue au niveau national. Elle se veut rassurante : « Les négociations se sont ouvertes aujourd’hui. La priorité, pour le moment, est d’assurer une continuité de services. Mais en tout cas, il y a une volonté de faire en sorte que les conditions de vies des salariés soient les meilleures possibles, la direction est très attentive à cela. » Pas de commentaire sur de potentielles mesures pour les fonctionnaires… il faudra attendre la fin des négociations.

Nos derniers articles

Belfort, 2e antenne du Village by CA en Franche-Comté

Le Village by CA Franche-Comté, implanté depuis 7 ans à Besançon, ouvre un deuxième site au CrunchLab à Belfort, pour renforcer son ancrage régional dans le nord Franc-comtois. Une façon d’être toujours au plus près des start-up, entreprises et écosystèmes territoriaux, qui confirme l’ambition du Village by CA Franche-Comté d’accompagner les entrepreneurs locaux pour impulser le développement et la transformation de tout le territoire.

Champagney : après le Malsaucy, les Ballastières touchés par les cyanobactéries

Les lieux naturels de baignade continuent d’être touchés par la présence de cyanobactéries. Après l’étang du Malsaucy, des cyanobactéries ont été détectées au site des Ballastières, à Champagney, en Haute-Saône.

La Bourgogne-Franche-Comté approuve une feuille de route pour la filière nucléaire

Lors de la dernière assemblée plénière, le conseil régional a approuvé une feuille de route pour soutenir la filière nucléaire régional, notamment en présentant des actions autour de la formation, face aux besoins de recrutement importants formulés par les industriels.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts