Cinq chefs japonais offrent cent repas à l’hôpital de Dijon

restaurant coronavirus

Cinq chefs japonais offrent une centaine de repas à l’hôpital de Dijon, en pointe contre le coronavirus.

(AFP)

Cinq chefs japonais offrent une centaine de repas à l’hôpital de Dijon, en pointe contre le coronavirus.

Crème d’asperges, gougères à l’époisses, mousse légère au chocolat: cinq chefs japonais de Bourgogne ont uni leurs forces pour livrer dimanche une centaine de repas à l’hôpital de Dijon en pointe du combat contre le coronavirus.
« C’est une manière de dire « arigato », de dire merci », explique Takashi Kinoshita, chef au Château de Courban, à Courban (Côte-d’Or). « Chez nous, quand il y a une catastrophe naturelle ou sanitaire, on cherche ce qu’on peut faire. Il faut toujours penser aux autres », explique le chef, dont le restaurant (une étoile au Michelin) a fermé le 14 mars.
« C’est naturel », dit-il. La semaine dernière, il avait lancé le mouvement en offrant déjà une centaine de repas. « Mais depuis, mes copains chefs japonais m’ont appelé et se sont associés. Chacun prépare ses plats », explique M. Kinoshita.
Tomofumi Uchimura (restaurant Stéphane Derbord à Dijon) s’occupe de l’entrée (crème d’asperges et œuf poché huile de noisettes). Keigo Kimura (une étoile à L’Aspérule à Dijon) et Keishi Sugimura (une étoile au Bénaton, à Beaune) confectionnent le plat chaud (paleron de bœuf braisé au pinot noir).
Les mises en bouche (gougères à l’époisses et macarons salés à la moutarde de cassis) ainsi que le dessert (mousse légère de chocolat au lait en verrine, crumble poire-kalamansi) sont l’œuvre de Takashi Kinoshita et de Sae Hasegawa (chef pâtissière au Château de Courban).
L’ensemble du repas est cuisiné entièrement grâce aux dons des restaurants et des producteurs. « On va continuer. La semaine prochaine, on devrait livrer à l’hôpital de Beaune puis celle d’après à Troyes » (Aube), espère M. Kinoshita.
La centaine de plateaux repas a été offerte, en présence des autres chefs, sur un parking face au CHU de Dijon, à bonne distance de l’hôpital. « On respecte bien les règles », assure-t-il. Après sa première livraison solo la semaine dernière, le chef dit avoir reçu de « nombreux messages » du personnel soignant. « Ils me disent merci, que ça leur donne des forces ».

Ceci vous intéressera aussi
Stellantis : à Sochaux, les ruptures d’approvisionnement se superposent aux soucis de stockage

Stellantis doit ralentir la cadence et supprime les trois tournées de la ligne de production de ce vendredi, en raison Lire l’article

La préfecture craint une rave party sauvage ce week-end dans le Territoire de Belfort
La préfecrure du Territoire de Belfort craint l'organisation d'une rave party non déclarée. (Illustration - Photo par Jensie De Gheest de Pixabay )

Le préfet du Territoire de Belfort vient de prendre un arrêté pour « interdire tout rassemblement, manifestation, de type rave-party, free Lire l’article

L’ARS constate une reprise de l’épidémie de covid en Bourgogne-Franche-Comté
Les gestes-barrière et, en complément, le port du masque, doivent ralentir la propagation du virus.

Les gestes-barrières redeviennent d'actualité et sont fortement conseillés.| © Archives LeTrois L'ARS (agence régionale de santé) indique dans son communiqué Lire l’article

Belfort: le centre de dépistage du covid à nouveau dans les anciens locaux de la chambre de métiers
Centre de dépistage covid-19 BioAllans, installés dans les anciens locaux de la chambre des métiers et de l'artisanat, à Danjoutin.

Le centre belfortain de dépistage du covid revient dans les anciens locaux e la chambre des métiers dès ce samedi Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal