Le Trois –

PUB

Trois générations de bénévoles racontent le Fimu 

Bénévoles du Fimu

Première année, 5 ans, 15 ans, trois bénévoles racontent ce qui a nourri leur envie de donner de leur temps pour ce festival. Ils partagent leur joie, leurs accomplissements. Ils définissent en trois mots le Fimu et racontent leurs anecdotes.

Première année, 5 ans, 15 ans, trois bénévoles racontent ce qui a nourri leur envie de donner de leur temps pour ce festival. Ils partagent leur joie, leurs accomplissements. Ils définissent en trois mots le Fimu et racontent leurs anecdotes.

Elliot Duval, 1ère année

Elliot a 20 ans et est étudiant à l’UTBM en 3ème année de cursus système industriel. C’est sa première année en tant que bénévole. Son rôle ? Coordinateur des assistants techniques scène. Il gère, en clair, l’accompagnement des musiciens. Pourquoi l’avoir fait ? « Pour flatter mon égo », plaisante-t-il avant d’ajouter : « L’ambiance est folle. On se sent utile, on a l’impression d’apporter notre pierre à l’édifice. »

« Sans compter le côté social, on voit plein de monde », complète-t-il. Avant sa venue à Belfort, en septembre, le jeune homme habitait en Normandie. Où son père a créé un festival, le festival Art Sonic. « Ici, je retrouve la bonne ambiance de Normandie », sourit-il. Il réfléchit pour l’an prochain, il veut s’investir dans le festival de l’UTBM, festiv’UT. Il espère pouvoir concilier son activité sur les deux festivals.

Ses trois mots pour définir le Fimu : fraternité, bonheur, festoyade. 

Bénévoles du Fimu

Sa pire et sa meilleure anecdote : « C’est ma première année…. Mais j’ai déjà une anecdote qui concentre le pire et le meilleur. Les deux derniers soirs, je ne voulais pas rentrer trop tard comme je travaillais le lendemain comme bénévole… Et j’ai fini les deux soirs au foyer de l’UTBM à faire la fête jusqu’à 6h. D’ailleurs, aujourd’hui je reprends à 14h. Alors la sieste, ça va être dur »,confie-t-il.

Aurélien Drey, 5ème année

Bénévoles du Fimu

Aurélien a 23 ans. Il est bénévole depuis 5 ans maintenant. « Tout au début, j’étais étudiant à Belfort. Je cherchais une option pour mes cours et je suis tombé au Fimu », narre le bénévole. Il démarre en gérant la sécurité. « En rigolant, un des bénévoles m’a dit : t’as de la barbe, tu peux gérer. Et je me suis retrouvé à surveiller que tout se passe bien sur scène, mais aussi dans les relations avec le public », explique-t-il. Désormais, il vit et finit ses études sur Mulhouse, mais revient chaque année pour le Fimu. « J’aime la gestion. J’aime les moments de stress et faire en sorte que tout se déroule au mieux.» S’il revient à chaque fois, c’est aussi parce qu’il aime « l’esprit de confiance accordé aux bénévoles.»

Ses trois mots pour définir le Fimu : ambiance, atypique, variété. 

Sa meilleure anecdote : « Un jour, lors de ma première année, il y avait un monde fou. Je gérais les files d’attente et malgré le fait qu’il y avait deux fois plus de monde que d’habitude, tout était en place. Tout coulait : ça roulait sur scène, dans les files. C’était vraiment satisfaisant de voir que grâce aux bénévoles, tout se déroulerait bien. »

Blaise Petrequin, 15 ans au Fimu

Blaise, c’est un peu l’institution de la maison. À 34 ans, il n’a loupé aucune des 15 éditions précédentes. Pendant ses études, comme les deux bénévoles précédents, il voulait trouver une activité sympathique pour s’occuper. « En 15 ans, les choses ont bien changé. Il n’y avait pas d’espace dédié aux musiciens, il y avait beaucoup plus de bénévoles, que des groupes universitaires… C’était plus grand aussi », se remémore-t-il. « Mais c’était un peu plus en mode ghetto », rit-il. « On n’avait pas tous de téléphone au début. On avait un endroit où se réunir et après on courait pour redistribuer les infos.»

« En revanche, l’ambiance n’a pas trop changé. C’est toujours autant convivial, familial ». Ce qui lui plaît, c’est d’avoir vu le Fimu grandir, prendre une dimension et une stature qui lui a donné de la reconnaissance. « Le Fimu est vraiment monté en gamme, il s’est professionnalisé », explique-t-il. Ce qui lui a donné envie de rester, c’est cette « rencontre permanente avec du monde qu’on ne voit pas d’habitude, avec des gens contents, reconnaissants. Le fait que le festival soit gratuit aide à cela.»

Bénévoles du Fimu

Ses trois mots pour définir le Fimu : convivialité, qualité, échange.

Sa meilleure anecdote : « Je pense au groupe Tomback. Ils étaient 9 aux percussions équatoriennes. Ils sont passés professionnels après dix ans de Fimu. La première fois qu’ils sont venus, ils avaient tout juste 18 ans…. La dernière fois qu’ils sont venus au Fimu, tout le monde pleurait car on savait qu’en se professionnalisant, ils ne pourraient plus venir au Fimu. Mais on était tellement contents pour eux. »

Sa pire anecdote : l’arrêt de l’électricité à l’espace musicien. « Encore une fois, il avait plu…. Pour ne pas changer au Fimu. C’est l’anecdote qui revient chaque année ! L’électricité a été coupée alors qu’on faisait la fête ensemble : musiciens et bénévoles. On voulait tous continuer, alors on a mis les spots sur des batteries, on a tiré de la bière sans réfrigérant et on a bu de la Cervoise tiède ! »

Nos derniers articles

Le FC Sochaux classé meilleur centre de formation de national

La fédération française de football a dévoilé le 21 juin le classement annuel des centres de formation. Le FC Sochaux-Montbéliard domine le classement de national.

Montbéliard : au coeur des derniers réglages du prototype Sbarro

L’école Sbarro de Montbéliard a dévoilé son second prototype de l’année samedi 22 juin. Elle rend hommage aux 25 ans de l’université de technologie Belfort-Montbéliard. Et au 15 ans de l’intégration de la formation Sbarro à l'université. La veille, tout n’était pas encore prêt. Reportage au cœur de l’atelier.

Retrouvez les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté

Alors que la saison estivale vient d’ouvrir, Le Trois vous propose une carte interactive pour repérer tous les lieux de baignade dans le nord Franche-Comté (piscines, sites naturels et surveillés de baignade).

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts