Le Trois –

PUB

Le globe “made in France” fait sa renaissance à Besançon

Globe Sauter & Cie fait revivre l'artisanat de la fabrication des globes terrestres. | ©Globe Sauter & Cie​
Enquête
En ligne droite de la Renaissance : à Besançon, un atelier fabrique de A à Z des globes terrestres à partir de techniques héritées du XVIe siècle, pour le plus grand bonheur de clients qui peuvent se dessiner un monde à leur guise.

Patrick Baer – AFP

Teintes pastel roses, jaunes ou bleutées… Les sphères d’Alain Sauter composent une douce symphonie de couleurs dans l’atelier de ce géographe de formation, fou de voyages et de cartographie, qui a pris sur lui de relancer la fabrication de globes “made in France” après la disparition de cet artisanat dans les années 1960.

“Il n’y avait plus personne pour nous enseigner les gestes de la fabrication du début à la fin”, raconte cet ancien enseignant chercheur en géographie à la Sorbonne, qui s’est lancé dans son projet fou en 2016. “Il a fallu retrouver les gestes, les matériaux, les techniques, faire des tests…” Pas question de recourir à du plastique ou à des techniques industrielles. Comme à la Renaissance, on utilise donc du plâtre, appliqué sur un moule, afin de créer deux demi-sphères qui seront assemblées en une seule. Une course contre la montre, car le plâtre sèche en 15 minutes ! 

“L’été, ça ne marche pas, le plâtre sèche trop vite”, remarque le fondateur de Globe Sauter et Cie, à Besançon. “Quand il fait trop froid ça ne marche pas non plus…” Impératif : produire une sphère parfaitement lisse, sans quoi le monde ne sera pas tout à fait rond. “Là je tombe pile”, se rassure Alain Sauter, qui a mesuré sur un globe en cours de fabrication un équateur (66 cm) exactement deux fois plus long que le méridien (33 cm). “La moindre erreur est multipliée par pi”, explique-t-il. “Un millimètre d’erreur sur notre moule se traduit par 3,14 mm d’erreur à l’équateur.”

Globe-trotter

On trace sur ce globe vierge un méridien, l’équateur et les deux tropiques, autant de point de repères qui permettront d’apposer méticuleusement 12 bandes de papier sur lesquelles a été imprimé un fond de carte en noir et blanc. Ces fuseaux reliant les pôles doivent parfaitement s’aligner les uns aux autres, faute de quoi on risque la faille au milieu du Pacifique ou un tsunami cartographique dans l’océan Indien.

“Je fais le tour du monde trois fois par jour”, s’amuse Alain Sauter, 39 ans et une allure d’éternel étudiant. “La difficulté, c’est de trouver les bons matériaux”, observe-t-il. La structure principale du globe est faite en staff, un “plâtre armé”, c’est-à-dire renforcé par des fibres végétales. La technique était déjà connue des Romains, assure l’artisan. Le papier, lui aussi, est hautement spécialisé: il doit conserver exactement ses dimensions d’origine malgré la colle, sans gonfler ni se déformer.

Arrive l’étape reine de la fabrication : la peinture. Alain et sa collègue Cécile Blary, graphiste de formation, apposent délicatement leur aquarelle sur le papier, selon les teintes choisies par le commanditaire. Un travail minutieux à l’aide de deux pinceaux, l’un pour poser la couleur, l’autre pour absorber l’eau excédentaire. “Le plâtre n’a qu’une envie, c’est de boire de l’eau”, explique-t-il.

Monstres marins

Cerise sur la planète, il est possible de se créer un monde à sa façon, en inscrivant par exemple le nom de son village natal. “On ajoute villes ou villages à la demande des clients, ou encore des monstres marins dans les océans, des îles imaginaires, des trajets autour du monde comme le Vendée Globe ou bien des sites comme les temples d’Angkor…” résume M. Sauter.

On l’aura compris, face à la concurrence de la cartographie en ligne, les globes qui sortent de son atelier n’ont plus guère de fonction encyclopédique mais plutôt une valeur poétique. “Ce sont des globes pour faire voyager”, observe-t-il. Son projet le plus fou, c’est d’avoir été choisi en 2020 par le château d’Amboise pour livrer un globe façon 1550, comme aurait pu en posséder François Ier à l’époque des grandes découvertes. “C’était comme si on travaillait pour François Ier, comme si nous étions les cosmographes du roi”, frémit-il encore.

À seulement deux personnes dans l’atelier, la manufacture ne produit qu’une centaine de globes par an, avec une dizaine d’heures de travail pour les petits modèles (21 cm de diamètre) et deux semaines pour les gros (80 cm). Le prix s’en ressent: de 350 à 9 000 euros selon les tailles. Après un coup de frein lié à la pandémie, l’affaire “redevient rentable”, selon M. Sauter. Pour ceux qui trouveraient la Terre trop petite, l’atelier fabrique aussi des globes lunaires et célestes.

Nos derniers articles

Belfort : Neext engineering explore la technologie quantique

Neext Engineering annonce une collaboration avec Quobly et Colibritd à l'occasion du salon Vivatech, pour mettre la technologie quantique au service de l’énergie et de la décarbonation.

Audincourt : un festival « unik » pour Capitale française de la culture

Rendez-vous le 27 juin. Le deuxième temps fort de Capitale française de la culture se déroulera à Audincourt, sur le site Japy, à la veille du festival Rencontres & Racines. Le festival « Unik », gratuit, accueille des têtes d’affiches comme Morcheeba ou Etienne de Crecy.

Belfort : le 35e RI expérimente un nouveau dispositif de recrutement

Le 35e régiment d’infanterie (35e RI) de Belfort expérimente, à partir de ce lundi 27 mai, un nouveau programme de recrutement : volontaire découverte de l’armée de terre (VDAT). Il est le seul en France. 120 jeunes sont incorporés pendant 4 mois. Ils défileront le 14 juillet à Paris et participeront à la sécurisation des Jeux paralympiques.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts