Covid-19 : les auto-tests débarquent au lycée Denis Diderot

Ilan BODIN, Céline ZHOU, Matéo FILIPPINI, Enis SARSILMAZ, Loïc PIDANCET

Au lycée Denis-Diderot, les auto-tests sont arrivés depuis le 17 mai et sont disponibles depuis le 18 mai.

Il s’agit de test nasopharyngés (nez) ressemblant à des tests PCR sauf que le goupillon ne s’enfonce pas aussi loin dans le nez qu’un test PCR car, pour pouvoir l’enfoncer plus loin, il faut avoir des compétences professionnelles. « Ces tests seront faits par les élèves et par le personnel à l’infirmerie », précise M. Cortier, l’infirmier du lycée.

Les tests sont basés sur le volontariat. Pour les élèves mineurs, il faudra faire signer un papier de consentement aux parents. Les tests doivent se réaliser en présence de l’infirmier, par groupe de 4 pendant le temps libre. « Je donne des créneaux horaires sur lesquelles je suis disponible », affirme M. Cortier. Il faudra attendre 35 minutes pour avoir le résultat du test. « Je ne sais pas si vous connaissez le test de grossesse. C’est la même chose (…) Une fois le mélange fait entre le goupillon et le produit, on met une ou deux gouttes de produit spécial sur le test et il y a des barres qui s’affichent. S’il y a une barre le test est négatif. S’il y a deux barres le test est positif », détaille-t-il.

Malheureusement, il y a eu un problème de communication et beaucoup d’élèves ne sont pas au courant du dispositif. L’information sera à nouveau diffusée. Il y a environ 700 tests disponibles. Les tests sont effectués gratuitement.

[ En images ]

Ceci vous intéressera aussi
Des pochettes de pain pour interpeller sur les violences faites aux femmes

À l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, le 25 novembre, la préfecture du Lire l’article

Ces sept entreprises plus anciennes que le Territoire de Belfort

Sept entreprises nées avant la naissance du Territoire de Belfort se sont associées pour concevoir une exposition, Cent pour cent Lire l’article

Pour les infirmières en psychiatrie dans le privé, l’amour du travail ne suffit plus

Plusieurs infirmiers en psychiatrie témoignent des mauvaises conditions dans le privé. Salaires inégaux, heures à gogo, intérimaires pour remplacer les Lire l’article

Bavilliers: en visite au coeur des établissements de soin Le Chênois

Un peu plus de 39 millions d’euros ont été nécessaires pour la destruction et la reconstruction des différentes bâtisses du Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal