Vesoul s’organise pour accueillir le procès de Jonathann Daval

Palais de justice de Vesoul en Haute-Saône.

Le procès de Jonathann Daval, jugé de « meurtre sur conjoint », s’ouvre lundi à la cour d’assise de la Haute-Saône, à Vesoul. Ce procès, très attendu, s’inscrit dans un contexte sanitaire particulier ; la préfecture de la Haute-Saône doit adapter l’organisation. Et aucune dérogation à l’ouverture des commerces n’est accordée.

Le procès de Jonathann Daval, jugé de « meurtre sur conjoint », s’ouvre lundi à la cour d’assise de la Haute-Saône, à Vesoul. Ce procès, très attendu, s’inscrit dans un contexte sanitaire particulier ; la préfecture de la Haute-Saône doit adapter l’organisation. Et aucune dérogation n’est accordée, même dans les restaurants.

Il y a trois ans, la découverte du corps d’Alexia Daval avait ému le pays, mais aussi le monde. Depuis, l’affaire a connu de multiples rebondissements (à lire ici). Ce lundi s’ouvre le procès de Jonathann Daval, son époux ; il est accusé de « meurtre sur conjoint » et risque la réclusion criminelle à perpétuité. L’effroi de 2017 se mesure aujourd’hui à l’intérêt prêté par les médias au procès. Une quarantaine de journalistes ont demandé une accréditation pour suivre les cinq jours de débat, du 16 au 20 novembre, organisés dans un contexte sanitaire particulier. Ce procès est « d’une ampleur inédite pour la ville de Vesoul », a confirmé à l’AFP, la préfecture de Haute-Saône.

Label « Grand procès »

La ville a obtenu le label « Grand procès » par le ministère de la Justice, confirme la préfecture dans un communiqué de presse. Ce label permet « d’assurer sa préparation dans les meilleures conditions ». De multiples réunions entre services de l’État, de la justice, des forces de sécurité et de la municipalité ont permis de régler l’organisation : sécurité publique, sanitaire, circulation…

« Dans ce contexte, la problématique de la restauration des journalistes a été étudiée. Si plusieurs options ont été envisagées, notamment l’ouverture exceptionnelle de quelques restaurants implantés dans le périmètre de sécurité, aucune n’a été retenue », écrit la préfecture de Haute-Saône. Les indicateurs épidémiques qui s’aggravent – un taux d’incidence de 486 pour 100 000 habitants – « ne permettent d’envisager [une] dérogation à la réglementation en vigueur ». La préfecture garantit qu’elle aidera les journalistes pour « identifier les restaurants pratiquant la vente à emporter mais les repas devront être pris individuellement ».

Ceci vous intéressera aussi
338 armes récupérées dans le Territoire de Belfort

L’opération d’abandon d’armes à l’État a été fructueuse dans le Territoire de Belfort. Plus de 300 armes et près de Lire l’article

En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal