Vesoul s’organise pour accueillir le procès de Jonathann Daval

Palais de justice de Vesoul en Haute-Saône.

Le procès de Jonathann Daval, jugé de « meurtre sur conjoint », s’ouvre lundi à la cour d’assise de la Haute-Saône, à Vesoul. Ce procès, très attendu, s’inscrit dans un contexte sanitaire particulier ; la préfecture de la Haute-Saône doit adapter l’organisation. Et aucune dérogation à l’ouverture des commerces n’est accordée.

Le procès de Jonathann Daval, jugé de « meurtre sur conjoint », s’ouvre lundi à la cour d’assise de la Haute-Saône, à Vesoul. Ce procès, très attendu, s’inscrit dans un contexte sanitaire particulier ; la préfecture de la Haute-Saône doit adapter l’organisation. Et aucune dérogation n’est accordée, même dans les restaurants.

Il y a trois ans, la découverte du corps d’Alexia Daval avait ému le pays, mais aussi le monde. Depuis, l’affaire a connu de multiples rebondissements (à lire ici). Ce lundi s’ouvre le procès de Jonathann Daval, son époux ; il est accusé de « meurtre sur conjoint » et risque la réclusion criminelle à perpétuité. L’effroi de 2017 se mesure aujourd’hui à l’intérêt prêté par les médias au procès. Une quarantaine de journalistes ont demandé une accréditation pour suivre les cinq jours de débat, du 16 au 20 novembre, organisés dans un contexte sanitaire particulier. Ce procès est « d’une ampleur inédite pour la ville de Vesoul », a confirmé à l’AFP, la préfecture de Haute-Saône.

Label « Grand procès »

La ville a obtenu le label « Grand procès » par le ministère de la Justice, confirme la préfecture dans un communiqué de presse. Ce label permet « d’assurer sa préparation dans les meilleures conditions ». De multiples réunions entre services de l’État, de la justice, des forces de sécurité et de la municipalité ont permis de régler l’organisation : sécurité publique, sanitaire, circulation…

« Dans ce contexte, la problématique de la restauration des journalistes a été étudiée. Si plusieurs options ont été envisagées, notamment l’ouverture exceptionnelle de quelques restaurants implantés dans le périmètre de sécurité, aucune n’a été retenue », écrit la préfecture de Haute-Saône. Les indicateurs épidémiques qui s’aggravent – un taux d’incidence de 486 pour 100 000 habitants – « ne permettent d’envisager [une] dérogation à la réglementation en vigueur ». La préfecture garantit qu’elle aidera les journalistes pour « identifier les restaurants pratiquant la vente à emporter mais les repas devront être pris individuellement ».

PUB
Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : les restaurants de Suisse romande rouvrent à partir du 10 décembre

Les gouvernements des cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg, Genève  et Jura ont décidé conjointement la réouverture des restaurants dès le Lire l'article

Belfort : six mois avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet
Tribunal de Belfort / palais justice / tribunal judiciaire

Une restauratrice a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet du Lire l'article

Covid-19 : « Nous ne sommes pas déconfinés », met en garde l’hôpital

Si la situation sanitaire s’améliore, la pression reste importante sur l’hôpital Nord-Franche-Comté. L’assouplissement du confinement inquiète les soignants. Une balade Lire l'article

Ruée dans les commerces, disparités franco-suisses, fêtes de fin d’année : les 3 pièges sur la route du déconfinement
Les réveillons de fin d'année sont considérés comme des facteurs de risque pour la propagation du virus. Le gouvernement difusera des recommandations. Image par Alexas_Fotos de Pixabay

Le message est répété et décliné à l'envi par le gouvernement, les médecins, les préfets : ce n'est pas un Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut