Une rentrée scolaire qui lance le chantier de la refonte de l’école

Plus de 200 000 élèves retrouvent les bancs de l’école pour cette rentrée 2022, dans l’académie de Besançon. Pour la première fois depuis 2019, la crise sanitaire n’est qu’un point de vigilance. Les autorités se projettent même dans l’avenir, évoquant une refondation de l’école de la République. Des chantiers, collaboratifs, doivent être lancés prochainement.   

Plus de 200 000 élèves retrouvent les bancs de l’école pour cette rentrée 2022, dans l’académie de Besançon. Pour la première fois depuis 2019, la crise sanitaire n’est qu’un point de vigilance. Les autorités se projettent même dans l’avenir, évoquant une refondation de l’école de la République. Des chantiers, collaboratifs, doivent être lancés prochainement.   

Selon les prévisions, 203 511 élèves reprennent les chemins de l’école, cette semaine, dans l’académie de Besançon (lire les données précises par ailleurs), de la maternelle aux lycées, en incluant les formations post-bac dispensées dans les établissements secondaires, dans les établissements publics et privés. Et un soupçon de normalité reprend ses droits à l’occasion de cette rentrée scolaire 2022. La crise sanitaire n’est pas derrière nous, mais elle a nettement « reculé », valide Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique Bourgogne-Franche-Comté et rectrice de l’académie de Besançon, lors d’une conférence de presse, ce mardi 30 août.

Les protocoles suivis dans les écoles sont moins strictes. Tous les cours seront, pour le moment, suivis en présentiel. Le port du masque, même s’il est fortement conseillé, n’est plus obligatoire. On ne requiert pas non plus de limiter le brassage. Évidemment, on ne peut que recommander de respecter les gestes barrières et d’aérer régulièrement les locaux, mais le contexte est plus favorable que lors des deux précédentes rentrées scolaires. Au sujet de l’aération des salles de classe, les écoles de l’académie sont très nombreuses à être dotées de détecteurs de CO2, permettant de savoir quand il est pertinent d’aérer. Rien que dans le Territoire de Belfort, 35 communes (77 communes ont une école dans le département) ont décidé d’équiper leurs bâtiments scolaires de détecteurs de CO2, matériels subventionnés jusqu’au 31 décembre.

La rectrice annonce une rentrée « apaisée, maîtrisée et engagée », assurant « que tous les enseignants devant élèves sont nommés » dans l’académie, dans le 1er degré. Seulement 0,7 % des emplois sont à pourvoir garantit-elle également.

Nathalie Albert Moretti, rectrice de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, rectrice de l'académie de Besançon, professeure des universités (©Rectorat de Besançon).

Orientation

Nathalie Albert-Moretti a annoncé la volonté de construire « l’école de demain », alors que l’on observe « une addition de crises majeures » : sanitaire ; économique ; géopolitique ; et climatique. « L’école doit jouer son rôle », assure-t-elle, en garantissant « l’excellence » pour chaque élève et « l’égalité des chances ».  

Un fonds dédié à l’innovation pédagogique, doté de 500 millions d’euros, va être créé, alors que le ministère de l’Éducation nationale enregistre une enveloppe supplémentaire de 3,5 milliards d’euros dans son budget. Le 8 septembre, le conseil national de la refondation est lancé, avec comme premier chantier, bâtir l’école de demain sera lancé. « À chaque école de bâtir son projet », assure la rectrice, qui promet une méthode partant du terrain. « C’est un exercice de démocratie directe », souligne Nathalie Albert-Moretti. Dans le Territoire de Belfort, l’inspection d’académie a déjà annoncé qu’elle voulait par exemple promouvoir des duos entre les directeurs d’école et les principaux de collège, afin de favoriser les liens entre les cycles glisse Marianne Tanzi, inspectrice d’académie, directrice académique des services de l’éducation nationale (Dasen) dans le Territoire de Belfort. Elle veut encourager « à travailler ensemble ».

L'équipe de direction de la direction académique des services de l'Éducation nationale du Territoire de Belfort (©TQ).

Cette méthode doit aussi être reprise pour rapprocher les écoles du tissus économiques, avec en filigrane un objectif : lutter contre la chute démographique, qui entraîne une baisse des élèves et des fermetures de classe. « En 10 ans, le département a perdu 1 867 élèves, observe Marianne Tanzi. C’est totalement corrélé à la baisse démographique départementale. » À l’échelle de l’académie de Besançon, la dynamique est similaire. Par rapport à la rentrée 2021, on enregistre une baisse de 1,6 % du nombre d’élèves attendus dans les classes à le rentrée. En parallèle, le rectorat souligne que « le taux d’encadrement est en constante amélioration depuis la rentrée 2013 ». Et dans le Territoire de Belfort, aucune décision provisoire (ouverture ou fermeture) n’a été prise au printemps. Aucune fermeture n’est donc prévue après la rentrée confirme-t-on à l’inspection d’académie.

Pour contrecarrer la chute démographique, l’école veut se rapprocher du milieu économique, pour permettre aux élèves locaux de trouver du travail localement, pour disposer aussi des formations correspondant aux métiers en tension localement. Cet objectif rejoint ainsi celui de l’orientation. Un travail est justement lancé, sachant que l’on estime qu’un enfant a en moyenne dans son spectre une vingtaine de métiers. Un champ restreint. Et une réalité préjudiciable, notamment pour les catégories les plus défavorisées. Il faut élargir le champ des possibles et les inciter à oser. Il y a des « problème de censure chez certaines familles », reconnait relève Nathalie Roinard, inspectrice d’académie, qui suit le dossier orientation dans le Territoire de Belfort. L’école doit donner cette ouverture. Des expérimentations sont lancées, notamment dès la 5e, avec des sensibilisation. « Nous allons travailler avec les entreprises pour qu’elles connaissent l’écoles et pour que l’école connaissent les entreprises », glisse Marianne Tanzi. Un travail doit aussi être mené autour de la voie professionnelle, pour qu’elle soit « choisie » et non « subie ».

Les chiffres de la rentrée dans le Territoire de Belfort

> Premier degré

12 454 élèves, contre 12 871 en 2021 (public et privé confondus)

> Collèges

7 118 élèves, contre 7 229 en 2021

> Lycées (généraux, technologiques et professionnels)

5 191 élèves, contre 5 080 en 2021

> Post bac

455 étudiants (en lycée), contre 476 en 2021.

Ces données sont des prévisions de fréquentation à la rentrée.

Ceci vous intéressera aussi
Belfort: le centre de dépistage du covid à nouveau dans les anciens locaux de la chambre de métiers
Centre de dépistage covid-19 BioAllans, installés dans les anciens locaux de la chambre des métiers et de l'artisanat, à Danjoutin.

Le centre belfortain de dépistage du covid revient dans les anciens locaux e la chambre des métiers dès ce samedi Lire l’article

Territoire de Belfort : les mesures de restrictions d’eau sont levées

Les mesures de restriction de l’usage de l’eau sont levées indique la préfecture du Territoire de Belfort dans un communiqué Lire l’article

Territoire de Belfort : des allègements sur les restrictions en eau 

La Savoureuse à Belfort, le 9 août dernier. | ©Le Trois - EC Les précipitations du mois de septembre ont Lire l’article

Dans le Territoire de Belfort, « le risque » feux de forêt amène à repenser les moyens 

Nicolas Sauget est capitaine de sapeurs-pompiers au service départemental d’incendie et de secours dans le Territoire de Belfort. Chef du Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal