Un bâtiment logistique de 76 000 m2 à l’Aéroparc de Fontaine

Une nouvelle activité va être implantée à l’Aéroparc de Fontaine. Une activité de logistique, avec la construction d’un bâtiment d’envergure de plus de 7 ha.

Une nouvelle activité va être implantée à l’Aéroparc de Fontaine. Une activité de logistique, avec la construction d’un bâtiment d’envergure de plus de 7 ha. Une activité qui devrait permettre la création de 1 000 emplois annoncent les élus.

Le permis de construire a été déposé ce jeudi, à 10 h 30. À 11 h, Damien Meslot, président du Grand Belfort et président de l’agence de développement économique du nord Franche-Comté (ADNFC), et Florian Bouquet, président du conseil départemental du Territoire de Belfort et président de la Sodeb, spécialisée dans l’aménagement du territoire, ont dévoilé le projet en mairie de Belfort.

Après deux ans de négociations, la société Vailog a retenu l’Aéroparc de Fontaine pour construire un bâtiment logistique de 76 000 m2, dont 6 000 m2 seront consacrés aux bureaux. Les premiers contacts ont été noués en 2017, à l’occasion d’un salon professionnel parisien dédié aux transports et à la logistique. L’ADNFC fréquente le salon SITL (Semaine internationale du transport et de la logistique) depuis 2016. « L’objectif étant d’attirer l’attention plus particulièrement des prescripteurs (les « brokers » et conseils en immobilier logistique d’une part, les promoteurs-constructeurs d’autre part) sur les opportunités du nord Franche-Comté, dans un marché logistique monopolisé par la fameuse « Dorsale » Le Havre-Paris-Lyon-Marseille », détaille l’agence économique dans son dossier.

80 millions d’euros d’investissement

La société a acheté un terrain de 18,4 ha, au prix de 1,8 million d’euros,  le prix du marché. 80 millions d’euros doivent être investis par l’entreprise pour construire cette plateforme. « Le projet sera développé avec les technologies les plus avancées du secteur et dans le plus grand respect de l’environnement, avec une certification environnementale de type BREEAM, de niveau au moins « Very Good » et de nombreuses solutions techniques de réduction de la consommation énergétique », garantit l’ADNFC.

À côté du nouveau bâtiment, 530 places de parking sont envisagées et on parle de deux équipes de travail. Ce qui fait dire à Damien Meslot que cette implantation devrait permettre la création de 1 000 emplois. L’entreprise pourra s’appuyer sur un vivier de main d’œuvre, le Territoire de Belfort enregistrant un taux de chômage supérieur à 10 % (source : Pôle emploi, 2017), un taux dépassant la moyenne régionale et nationale. Au 3e trimestre 2019, le Territoire de Belfort comptait 7 780 demandeurs d’emploi de catégorie A, tenus de chercher un emploi et sans emploi.

L’entreprise a été séduite par la localisation et les grands terrains disponibles. « Le nord Franche-Comté́ a pour atout sa position privilégiée sur l’axe Rhin-Rhône à proximité́ de l’Allemagne et de la Suisse, au centre d’un bassin de 100 millions de consommateurs dans un rayon de 400 km et un réseau autoroutier de qualité́ », a apprécié Damien Meslot. Le centre logistique sera installé à proximité de l’autoroute.

Un groupe italien

Vailog appartient à un groupe italien, le groupe Segro. Le siège est à Milan. Elle est cotée à la bourse de Londres. C’est un opérateur immobilier important. L’un des leaders en Europe. « La société a un patrimoine immobilier de plus de 7,8 millions de m2 », note Florian Bouquet, avec des bâtiments à Londres, Paris, Amsterdam, Düsseldorf ou encore Berlin. Ce patrimoine immobilier est valorisé à hauteur de 13 milliards d’euros. En France, l’entreprise gère un patrimoine de plus d’1,5 milliard d’euros annonce également le président du Département.

Les collectivités locales vont investir 1,2 million d’euros pour assurer une desserte directe entre l’autoroute et la plateforme, via la R.D. 60. Un rond-point sera aménagé et une desserte sera construite depuis l’ancienne piste d’aviation de l’Otan et la route départementale. Les camions ne traverseront donc pas les villages.

Le destinataire final non dévoilé

Vailog n’est pas le client final. Il gère du patrimoine immobilier qu’il met ensuite à disposition de ses clients. « Ses clients, remarque Florian Bouquet, incluent les principaux groupes industriels et de distribution mondiaux parmi lesquels DHL, FedEx, Zalando, Amazon, La Poste, Ikea, Alstom, British Airways. » Le futur destinataire est peut-être inscrit dans cette liste.  

 « Sans les outils de développement économique et sans nos équipes de l’ADNFC, nous n’aurions pas eu cette implantation », se félicite Damien Meslot. Selon lui, Vailog a notamment apprécié  « la compétence des équipes ». Et il glisse également pourquoi il était pressé de régler la question de la gouvernance de l’Aéroparc, après la fin du syndicat mixte qui le gérait.

L’activité doit débuter dans deux ans, fin 2021. Damien Meslot a soufflé, en fin de conférence de presse, que deux nouvelles implantations étaient sur le point de se concrétiser.

Défilement vers le haut