Reprise de Bombardier: le patron d’Alstom attend « avec confiance » la décision de Bruxelles

Le patron d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, a déclaré vendredi qu’il attendait « avec confiance » la décision de Bruxelles sur le projet de rachat de Bombardier Transport, attendue dans la journée, estimant avoir eu un « dialogue fluide » avec la Commission européenne.

(AFP)

Le patron d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, a déclaré vendredi qu’il attendait « avec confiance » la décision de Bruxelles sur le projet de rachat de Bombardier Transport, attendue dans la journée, estimant avoir eu un « dialogue fluide » avec la Commission européenne.

« Nous attendons avec confiance la décision de la Commission européenne qui doit intervenir dans la journée », a dit Henri Poupart-Lafarge sur France Inter. 

Alstom souhaite racheter Bombardier Transport pour former un leader mondial du transport ferroviaire.  L’an dernier, un projet de fusion avec Siemens avait été bloqué par la Commission européenne qui craignait une position trop dominante en Europe dans la signalisation ferroviaire et les trains à grande vitesse. Cette fois, « le dialogue avec Bruxelles a été extrêmement fluide, extrêmement rapide puisque nous avons annoncé la transaction avec Bombardier au mois de février, donc cinq mois après nous avons la décision », a souligné le patron d’Alstom.  « Je crois qu’il y a un dialogue de confiance qui a pu se nouer. Est-ce que c’est la conséquence des difficultés du précédent dossier ou pas ? Je n’en sais rien », a-t-il ajouté.

Inquiétude face à la vente de Reichshoffen

Henri Poupart-Lafarge a affirmé qu’il n’y aurait « pas de casse » sociale dans le cadre de cette fusion. « Le rapprochement s’inscrit dans une dynamique positive. Le carnet de commandes de Bombardier a plus de 30 milliards, notre carnet de commande est à plus de 40 milliards. Nous avons l’un et l’autre de nombreux contrats à exécuter. Nous aurons besoin de tout le monde », a-t-il dit.

Pour convaincre la Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe, Alstom a proposé plusieurs mesures, notamment la cession des trains Coradia Polyvalent produits par Alstom pour le marché français – appelés Regiolis par la SNCF – ainsi que son site de production de Reichshoffen, situé en Alsace.

Ce projet a suscité une vive inquiétude parmi les salariés de l’usine. Le patron d’Alstom assure que leur activité ne sera pas menacée. « Nous allons faire en sorte que le repreneur de ce site donne un avenir positif à tous les salariés de Reichshoffen », a-t-il promis. « C’est logique. Quelqu’un qui va racheter le site de Reichshoffen, c’est pour en faire sa porte d’entrée pour le marché français et autour, ce n’est pas pour le détruire », a encore affirmé Henri Poupart-Lafarge.

« Nous avons des marques d’intérêt d’un certain nombre d’acteurs ferroviaires », a-t-il dit, interrogé sur des repreneurs potentiels. « Je suis très confiant que nous allons trouver un repreneur qui puisse donner à tous les salariés de Reichshoffen l’avenir qu’ils méritent ».

Ceci vous intéressera aussi
L’hydrogène, nouvelle piste pour les transports

Sur rails, sur route ou dans les airs, l'hydrogène constitue une piste majeure pour réduire l'empreinte carbone des transports, qui Lire l'article

Covid-19 : face à la 3e vague, Emmanuel Macron parle aux Français à 20h
Emmanuel Macron s'exprime devant les Français ce mercredi 31 mars à 20h.

Fermer les écoles en avançant les vacances? Étendre les mesures de freinage à d'autres départements? Ou bien "pousser les murs" Lire l'article

La SNCF commande 12 trains à hydrogène à Alstom
La SNCF a commandé ses 12 trains hydrogène Alstom, pour 4 régions pionnières.

Lancé en Allemagne en 2018, le train à hydrogène doit enfin démarrer en France avec la signature d'un contrat pour Lire l'article

[Tribune] « L’action de nos militaires n’est guère compatible avec les 35 heures »
Jean-Pierre Chevènement et Cédric Perrin co-signent une tribune dans Le Monde pour alerter sur les risques d'une directive européenne sur le temps de travail pour le modèle de l'armée française.

Appliquer à l’armée la directive européenne du temps de travail, comme le propose l’avocat général de la Cour de justice Lire l'article

Défilement vers le haut