Montbéliard : Rod Barthet en tête d’affiche de Mon Baby Blues Festival en septembre

Annulé en 2020 à cause de la crise sanitaire, le festival Mon Baby Blues Festival sera de retour du 1 au 4 septembre pour célébrer son sixième anniversaire. L’Atelier des Môles programme 3 jours consacrés à la musique blues et ses différentes tendances bien Rock’n’Roll.

Éva Chibane

Annulé en 2020 à cause de la crise sanitaire, le festival Mon Baby Blues Festival sera de retour du 1 au 4 septembre pour célébrer son sixième anniversaire. L’Atelier des Môles programme 3 jours consacrés à la musique blues et ses différentes tendances bien Rock’n’Roll.

Jeudi 3 juin, l’Atelier des Môles a tenu une conférence de presse pour annoncer la programmation et le déroulement du festival Mon Baby Blues. C’est dans la bonne humeur que se sont retrouvés les bénévoles, les commerçants partenaires, mais aussi Rod Barthet, tête d’affiche du festival après un an et demi d’arrêt. « On a dû enlever les toiles d’araignée avant de vous accueillir », s’amusent les bénévoles. Optimistes, ils espèrent un festival sans jauge réduite : « On devrait avoir des annonces d’ici le 15 juin. On a des chances de ne pas avoir de jauges réduites. » Les mesures sanitaires ont mis un coup d’arrêt au festival l’année dernière, qui devait fêter son sixième anniversaire. Encore très jeune, ce rendez-vous blues veut s’installer durablement dans le paysage local.

Le festival est soutenu par Pays de Montbéliard Agglomération et la Ville de Montbéliard. Dans ce contexte, le festival sera étendu dans la ville. Il sera possible de se rendre à des concerts à l’office de tourisme de Montbéliard, mais aussi au bar le Baaron par exemple, chez l’une des commerçantes partenaires de l’Atelier des Môles ! Au programme, de nombreux artistes. Rod Barthet en tête d’affiche, dans un univers musical proche de Bashung et Hubert-Félix Thiéfaine, en passant par John Lee Hooker. Des textes intelligents, des riffs endiablés, de la bonne humeur, c’est ce qu’on pourra retrouver lors de son concert. D’autres artistes, comme Vanja Sky, jeune artiste de blues électrique moderne, ou encore Jessie Lee & The Alchemists, passés par The Voice, sauront ravir les amateurs de blues-rock. Pour les amateurs de concerts orchestraux, Alexis Evans, proche de la soul, se produira avec un ensemble de cuivres et des chœurs. Des surprises sont à prévoir, comme le « Warm Up », un concert inédit en partenariat avec le Moloco.

Une programmation éclectique

Pour que le festival se déroule au mieux, et après plus d’un an et demi de fermeture, les bénévoles de l’association ont pensé à tout. Tout d’abord, un lave-vaisselle. Si ça peut paraître anecdotique, cela permettra de laver tous les verres à 60 °C, le virus étant très sensible aux températures élevées. Après 40 ans sans TPE, il sera désormais possible de payer par carte bancaire au bar de la salle. Auriane, l’une des bénévoles en rigole : « Finis d’entendre les clients demander où est le distributeur, et leur expliquer qu’ils doivent remonter la rue pour retirer de l’argent. » Des nouveautés qui faciliteront la vie durant le festival !

Avec l’aide de SEM numerica et d’un groupe d’étudiants, Auriane Steiner, une bénévole, a développé un nouveau concept : une application mobile. Quitte à faire grogner certains anciens ! Pour réserver, payer son billet et être alerté des concerts à venir, il faudra utiliser l’appli. Et au bout de trois concerts, le quatrième sera gratuit. Que ceux qui ne sont pas alertes des nouvelles technologies se rassurent : « Il existait déjà une carte de fidélité papier. » Et cela ne va pas changer ! Des plus anciens aux plus jeunes, chacun pourra trouver son bonheur grâce à une programmation riche, qui promet un festival endiablé.

  • Mon Baby blues festival, du 1er au 4 septembre. Les billets seront proposés entre 7 et 21 euros – Pass 3 jours : 36 euros. La programmation finale sera annoncée d’ici 15 jours.
Ceci vous intéressera aussi
Le pays de Montbéliard finaliste pour être capitale française de la culture 2024

Trois agglomérations, Alès, Bourg-en-Bresse et Montbéliard, sont finalistes pour devenir en 2024 la deuxième "capitale française de la culture", a Lire l'article

Pour les infirmières en psychiatrie dans le privé, l’amour du travail ne suffit plus

Plusieurs infirmiers en psychiatrie témoignent des mauvaises conditions dans le privé. Salaires inégaux, heures à gogo, intérimaires pour remplacer les Lire l'article

Proch’Parole à l’écoute des proches des patients souffrant de troubles psychiques

À l’initiative de trois infirmières, l’association hospitalière de Bourgogne-Franche-Comté a mis en place un groupe de parole destiné aux familles Lire l'article

Nord Franche-Comté : les eaux de baignade sont de bonne qualité

L’Agence Régionale de Santé (ARS) déploie chaque année une surveillance sanitaire de la qualité de l’eau des zones de baignade. Lire l'article

Défilement vers le haut