Malsaucy : 8 tonnes de poissons sains repêchés lors de la vidange

Un virus qui atteint les carpes Koï a nécessité, lors de la vidange du Malsaucy, un protocole spécifique pour l'éradiquer et différencier les carpes saines de celles malades. Au total, ce sont 8 tonnes de poissons sains qui ont pu être relâchés.
Le triage des poissons s'est déroulé du 16 au 18 novembre. | ©CD90 J.F.Lamy
Un virus qui atteint les carpes Koï a nécessité, lors de la vidange du Malsaucy, un protocole spécifique pour l'éradiquer et différencier les carpes saines de celles malades. Au total, ce sont 8 tonnes de poissons sains qui ont pu être relâchés.

Une vidange complète pour éradiquer un virus. C’est ce que le Département a dû faire à l’étang du Malsaucy, avec un protocole de pêche sanitaire spécifique. Pour cause, en 2021, de nombreux cas de virus KHV (herpès virus de carpe koï) ont été identifiés en France, et dans l’étang du Malsaucy. S’il n’est pas transmissible à l’homme et aux animaux domestiques, le virus a la vacuité de contaminer et de tuer certaines espèces de poissons de la famille des carassins et des carpes. Ce virus se transmet  très facilement : par contact physique entre poissons, ou d’un poisson à un matériel contaminé dans un autre étang. 

Du 16 au 18 novembre, une vidange a donc été organisée avec la fédération de pêche du Territoire de Belfort. Une vidange avec des enjeux différents que celles qui ont pu être opérées auparavant : il fallait désinfecter l’étang et le matériel nautique. Et stopper la contagion aux espèces menacées dans l’étang (et potentiellement dans les autres points d’eau à proximité). 

Lors de cette vidange, l’étang a été lentement vidé (une vidange commencée le 15 octobre). Une fois l’étang vide, l’ensemble des poissons ont été pêchés puis triés par espèces pour identifier celles vectrices du virus. Ceux-ci ont été abattus. « Cette étape, exigée par la loi, s’[est faite] après l’anesthésie des poissons pour limiter tout stress ou souffrance animale », précise le Département dans son communiqué. Ont aussi été abattues les espèces nuisibles (poissons-chats). « Leur volume a représenté une demi-benne, envoyée en unité d’équarrissage », est-il détaillé. 

8 tonnes de poissons sains

Avant la vidange complète, le 8 novembre, le Département avait indiqué « que l’estimation de la population des poissons concernés reste très approximative en raison de la forte mortalité déjà observée en 2021.» Finalement, ce sont 8 tonnes de poissons sains qui ont pu être relâchés pour alevinage dans divers sites du Territoire de Belfort (canaux,étangs). Certains ont été conservés en réserve dans ce que l’on appelle un étang nourrice, qui permettra de les réinsérer dans l’étang du Malsaucy une fois le niveau d’eau revenu à son niveau normal au printemps, après les pluies de l’hiver. En attendant, l’étang sera maintenu en assec pour une durée de trois mois environ, période qui permettra de tuer le virus, puisqu’il ne survit pas hors de l’eau. Mais aussi de réaliser des opérations de maintenance : curages des dépôts de vases, reprofilage de la nouvelle zone de plage, entretien du barrage. 

« Tout a été mis en œuvre pour que le virus ne soit pas disséminé vers d’autres étangs. Cette vidange vient clôturer notre action en permettant l’éradication du KHV du site. En espérant qu’il ne revienne pas », explique Didier Vallverdu, vice-président en charge de l’environnement. 

Ceci vous intéressera aussi
Des manifestants moins nombreux, mais toujours bien visibles [photos]

Même si le nombre de manifestants a baissé ce mardi, la mobilisation se maintient en France et dans le nord Lire l’article

Hydrogène : Engie et Stellantis s’associent pour des offres professionnelles

Stellantis et Engie s’associent pour proposer une offre complète hydrogène incluant véhicules et station, à destination des professionnels. Avec trois Lire l’article

Belfort : les salariés d’Alstom réclament plus d’augmentation

Entre 150 et 200 personnes ont bloqué l’entrée du site Alstom, à Belfort, au Trois-Chênes, ce mardi matin. Elles manifestent Lire l’article

Ces associations inquiètes de perdre des jeunes retraités 

Plusieurs associations du nord Franche-Comté sont inquiètes du projet de réforme qui propose de faire passer de 62 à 64 Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal