Ludovic Maire, nouveau pilote de la brasserie du musée Peugeot [vidéo]

La brasserie du musée de l’Aventure Peugeot change de cap. L’association vient de recruter le chef Ludovic Maire pour tenir la barre de l’établissement et proposer une offre plus qualitative

La brasserie du musée de l’Aventure Peugeot change de cap. L’association vient de recruter le chef Ludovic Maire pour tenir la barre de l’établissement et proposer une offre plus qualitative, basée sur des produits frais et de saison. Avec la ferme intention de plus s’ouvrir vers l’extérieur.

Qu’on se le dise ! La brasserie, c’était un peu le point faible du musée de l’Aventure Peugeot. Carte peu alléchante. Service minimum. Dommage, compte tenu du cadre : une ambiance 1900 au cœur d’un écrin de belles carrosseries qui ont fait l’histoire de la marque au Lion. Qui savait, par exemple, que l’on pouvait aller à la brasserie sans passer par le musée ? Sur la droite du bâtiment, l’établissement dispose d’une entrée propre. La signalétique sera prochainement revue sur le parking pour mettre la brasserie en avant et inviter les gens à venir s’y asseoir.

La gestion de la brasserie du musée était assurée par un prestataire extérieur à l’Aventure Peugeot–Citroën–DS, association chargée de veiller et de promouvoir le patrimoine industriel de Peugeot et Citroën. « Il était nécessaire d’internaliser le réceptif, convient Frédéric Beurier, directeur administratif, financier et commercial de l’Aventure Peugeot. L’objectif, faire revenir du monde au cœur du musée et accueillir plus de mariages, d’anniversaires, de repas d’entreprises ou d’autres événements dans ce lieu super. » En clair, s’ouvrir au public et sortir de l’image poussiéreuse du musée en développant l’activité événementielle. Avec le salon Europe et le salon Rodolphe (au cœur du musée), l’association dispose de salles pouvant accueillir de 200 à 250 personnes assises pour ce type d’événements. Mais cette logique dépasse l’événementiel. Elle s’applique aussi au quotidien à l’offre de la brasserie du musée et aux prestations de repas servis dans les salons privés au déjeuner, pour des séminaires par exemple.

Frais et de saison

Pour ce faire, l’Aventure a mis les petits plats dans les grands. Elle a recruté le chef Ludovic Maire, spécialiste de petites douceurs contre la mélancolie. On connaît de lui ses macarons, sa torche aux marrons, ses Crocs du Lion… Il détenait jusqu’à maintenant une pâtisserie en centre-ville de Belfort. Certains ont connu cet ancien boulanger avec son restaurant Côté salé, rue du Comte-de-la-Suze, également à Belfort. Sa marque de fabrique : la qualité. « Je vais en course tous les jours », sourit le discret Ludovic Maire.

La brasserie du musée ne va pas se transformer en restaurant gastronomique. Par contre, on cherche de la cuisine de bonne gamme, fraîche (surtout !) et de saison. Avec une carte réduite et une offre à l’ardoise. Le marqueur brasserie sera aussi accentué. On trouvera une proposition grill ou encore des burgers, avec un pain confectionné par un boulanger. Forcément, on trouvera aussi des frites, maison. « Aujourd’hui, on épluche 15 kg de pommes de terre par jour », relève Ludovic Maire. La cuisine de brasserie se doit d’être rapide, mais qualitative. En parallèle, il y a une proposition pour les déjeuners accueillis dans les salons privés, qui doit tendre vers le gastronomique. Les repas seront plus fins. Ce ne seront pas exactement les mêmes cuisines. Mais il y aura un point commun : des produits sains.

0
Le nombre de places assises dans la brasserie. Les salons privés peuvent accueillir une centaine de personnes.

La dimension locale des produits est importante, quand c’est possible et pertinent. Ludovic Maire est en train de constituer ses réseaux. « Nous devons être le relais de cet amour de la région de la famille Peugeot », insiste Frédéric Beurier. L’équipe du chef est composée de six personnes, scindée en deux équipes : l’une travaille pour la brasserie, l’autre pour les salons.

Pour compléter l’offre de restauration, la brasserie proposera aussi des douceurs, pour le goûter notamment, avec des pâtisseries confectionnées par Ludovic Maire, qui a été élu champion d’Europe de pièces artistiques en sucre et vice-champion de France de macarons. « Il va amener son savoir-faire de salon de thé », confie, satisfait, Nicolas Salin, le responsable des outils numériques à l’Aventure Peugeot–Citroën–DS. Ce dernier ne manque pas d’idées pour développer le lieu, comme des ouvertures au public en soirée par exemple. Pour faire du musée autre chose qu’un établissement touristique. Une bonne adresse de Sochaux.

Défilement vers le haut