Louis Deroin : « Je regrette que les acteurs politiques locaux se la jouent solo »

Louis Deroin, le président de la CPME 90, le syndicat patronal des petites et moyennes entreprises, avait des choses à dire. Et il les a exprimées clairement, lundi soir, à l’occasion de ses vœux 2020. Sans être nommé, une personne était particulièrement visée : Damien Meslot

Louis Deroin, le président de la CPME 90, le syndicat patronal des petites et moyennes entreprises, avait des choses à dire. Et il les a exprimées clairement, lundi soir, à l’occasion de ses vœux 2020. Sans être nommé, une personne était particulièrement visée : Damien Meslot, maire de Belfort et président du Grand Belfort. Les sujets : la hausse de la cotisation foncière des entreprises (CFE) ; l’implication du tissu économique local à la décision politique ; et la construction d’une chambre de commerce et d’industrie (CCI) du nord Franche-Comté (MAJ le 15/01/2020 à 19h30).

1. Les fortes hausses de la CFE

Le premier dossier qui fait grincer des dents concerne la cotisation foncière des entreprises (CFE) : « C’est une augmentation moyenne de près de 100 % – avec des cas à plus de 250 %– que les PME subissent », dénonce le président Louis Deroin. Le 15 décembre, la CPME 90, avec 11 autres organisations (Chambre des métiers et de l’artisanat, la CAPEB, la Vallée de l’Énergie, la fédération du bâtiment, la CCI…) a adressé un courrier aux élus du Grand Belfort pour les alerter sur cette situation, dénoncée depuis un an. Selon Louis Deroin, ce courrier n’a pas eu de réponse. « Force est de constater que notre manque d’appétence aux mouvements syndicaux démonstratifs est une faiblesse dans nos combats », sourit Louis Deroin. La CPME 90 va surfer sur la campagne électorale pour interpeller l’ensemble des candidats du Grand Belfort en leur demandant de se positionner pour un retour à la situation précédente. La position du candidat (oui, non, ne se prononce pas) sera publiée par le syndicat avant l’échéance électorale.

2. Dynamisme économique

« Il est à regretter que les acteurs politiques locaux se la jouent solo ignorant les acteurs économiques représentatifs du tissu local », tance Louis Deroin dans sa prise de parole, abordant le dossier de diversification du tissu industriel lié au plan de suppression de postes à General Electric. Pourtant, le syndicat travaille avec l’État et la Région confirme-t-il. C’est donc l’absence de travail avec les acteurs politiques belfortains qui l’agace. Ce « fossé entre décision politique locale et (…) réalité du terrain » s’exprime également dans le dynamisme économique selon Louis Deroin, à l’occasion de la mise en route de la société d’économie mixte Semaville, construite pour dynamiser le commerce en centre-ville. « Dès le premier dossier (la gestion du Flunch, NDLR), [Semaville] se trouve en porte à faux avec le tissu économique local », regrette Louis Deroin. Des projets étaient évoqués par des entrepreneurs locaux. La mairie a pris la main sur le dossier. « Notre vision y a-t-elle été entendue ? questionne-t-il avant de répondre : Non. » Puis d’interroger : « Où sont les PME dans la gouvernance de ces choix ? » Et de déplorer : « Force est de constater que les modèles actuels de gouvernance ne nous donnent droit au mieux qu’à des strapontins consultatifs. » On n’est pas loin du réquisitoire !

3. Une CCI du nord Franche-Comté

La CPME 90 porte mal son nom. Le syndicat a été relancé il y a une dizaine d’années, mais avec l’ambition de le faire rayonner à l’échelle du nord Franche-Comté, ce qui est le cas aujourd’hui. Louis Deroin aimerait que d’autres institutions embraient le pas pour avoir plus de cohérence dans le territoire. On a le Pôle métropolitain ou l’agence de développement économiques. Des sociétés d’économie mixte pourraient suivre… Il reconnaît que les acteurs économiques ne sont pas forcément à la hauteur, abordant le dossier de la chambre de commerce et d’industrie « de plein exercice » à l’échelle du nord Franche-Comté. « La CPME 90 passera donc à la vitesse supérieure en 2020 afin de faire aboutir la création d’une CCI nord franc-comtoise autonome [pour porter] la voix du monde économique nord franc-comtois face à nos élus politiques », relève le président. Selon nos informations, le nouveau préfet du Territoire de Belfort, David Philot, regarde avec une attention particulière ce dossier.

Investir les listes électorales

Dans son allocution, Louis Deroin invite ses congénères à investir « les outils politiques de prise de décision ». Il suggère d’être présent sur les listes électorales, mais sans « partisanisme ». Certains ont entendu son message, comme Dominique Balduini, membre du conseil d’administration de la CPME 90. Il rejoint la liste de Marie-José Fleury, sur laquelle le député européen Christophe Grudler apparaît en 2e position. Dominique Balduini a dû démissionner de son poste de président du cluster de la Vallée de l’Énergie. Pour le moment, cette fonction est assurée par le premier vice-président du Cluster, Jean-Luc Habermacher. Un autre membre du conseil d’administration, Roland Jacquemin se présente à Vézelois.

Ceci vous intéressera aussi
Jean-Marie Girier : « L’État sera présent financièrement dans tous les projets hydrogène »

Pendant une heure, Jean-Marie-Girier, préfet du Territoire de Belfort, a accordé une interview exceptionnelle au Trois sur les enjeux du Lire l'article

[Zéro déchet] J’ai testé le shampoing solide
Du Shampoing solide, confectionné par Fleur, pour le blog l'An vert.

Éco-gestes, zéro déchets, consommation responsable, autant de concepts effrayants qui lutteront contre un ennemi commun : nos habitudes. Il y Lire l'article

Covid-19 : « Nous ne sommes pas déconfinés », met en garde l’hôpital

Si la situation sanitaire s’améliore, la pression reste importante sur l’hôpital Nord-Franche-Comté. L’assouplissement du confinement inquiète les soignants. Une balade Lire l'article

Confinement: les nouvelles règles à partir de ce samedi 28 novembre
La jauge de 8 m² dans les commerces devrait signer le retour des files d'attente, comme lors du premier confinement.

Le message des préfets du Doubs, du Territoire de Belfort et de Haute-Saône est le même à l'occasion de conférences Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut