Le réseau Optymo gratuit pendant les épisodes de pollution

L'ensemble du réseau de transport Optymo sera gratuit pendant les épisodes de pollution de l'air.

Le syndicat mixte des transports en commun du Territoire de Belfort, qui gère le réseau de bus Optymo, a décidé de mettre en place la gratuité de l’ensemble du réseau (urbain, suburbain, scolaire et PMR) lors des épisodes de pollution.

Le syndicat mixte des transports en commun du Territoire de Belfort, qui gère le réseau de bus Optymo, a décidé de mettre en place la gratuité de l’ensemble du réseau (urbain, suburbain, scolaire et PMR) lors des épisodes de pollution.

Les transports et les déplacements routiers représentent 26 % des consommations d’énergie, 32 % des émissions de gaz à effet de serre et 24,62 % de la pollution de l’air indique le syndicat mixte des transports en commun, se référant au diagnostic Climat-Air-Énergie, de juin 2020. « Il faut réduire les gaz à effet de serre », convient Marc Rovigo, le directeur du syndicat mixte des transports en commun  (SMTC) du Territoire de Belfort, qui gère le réseau de bus Optymo.

Dorénavant, le réseau sera totalement gratuit « pendant les pics de pollution », indique-t-il. En cas d’alerte émise par la préfecture du Territoire de Belfort, à la suite d’une communication du réseau ATMO, qui surveille la qualité de l’air, les réseaux urbain, suburbain, scolaire et PMR d’Optymo seront gratuits. L’information sera inscrite sur les girouettes des bus. Les personnes pourront prendre les bus sans valider leurs titres de transports. « En cas de validations fortuites avec le Pass Optymo, celles-ci ne seront pas prises en compte lors de la facturation », indique Marc Rovigo.

« L’aire urbaine est concernée par un plan de protection de l’atmosphère (PPA), replace le directeur du SMTC, et des mesures sont déjà prises pour réduire les épisodes de pollution que nous pouvons rencontrés (limitation de vitesse sur autoroute par exemple). Le SMTC souhaite s’inscrire dans cette démarche pour préserver la qualité́ de l’air et être acteur du PPA. » Cette décision implique pour l’autorité organisatrice du transport une perte de 9 000 euros de recettes par jour de gratuité. Mais « c’est une décision nécessaire », assure le directeur.

Un à deux épisodes de pollution par an

Pour Optymo, c’est aussi l’occasion de « faire changer les comportements », relève le directeur, en encourageant les habitants à utiliser les réseaux de transport en commun. L’augmentation du prix du carburant peut aussi encourager à changer ses moyens de déplacement. Cette décision s’inscrit dans une politique globale du syndicat de diminuer son empreinte carbone. En 2023, sa flotte de bus urbains comptera 7 bus roulant à l’hydrogène-énergie. « Et nous sommes déjà dans les discussions pour acheter les 20 prochains, prévus pour 2025. » Avec ces 27 bus, ce seront 3 000 tonnes de CO2 qui ne seront pas rejeté dans l’atmosphère. Et en 2025, la flotte Optymo sera composée à 50 % de véhicule zéro émission.

Sur les cinq dernières années, on a observé, annuellement, une à deux périodes de pollution, allant de un à quatre jours rappelle l’ATMO Bourgogne-Franche-Comté. « Les polluants incriminés étaient l’ozone (été 2019) et les particules (en février et mars 2018, mars 2020, février 2021, janvier 2022) », détaille Élise Darlay, chargée de communication à ATMO Bourgogne-Franche-Comté. « En termes d’épisodes de pollution, les années se suivent mais ne se ressemblent pas, prévient-elle, avant d’expliquer : Au-delà de l’impact de nos activités sur les émissions de polluants dans l’atmosphère (trafic routier, chauffage résidentiel, industrie, agriculture…) et parfois de phénomènes naturels (poussières sahariennes, éruptions volcaniques), la météo joue un rôle prépondérant dans le transport et la transformation des polluants. Ainsi, entre un hiver très doux et un hiver très rude, ou entre un été maussade et un été caniculaire, nous n’observerons pas les mêmes phénomènes en termes de pollution atmosphérique. »

Quotidiennement, Optymo assure entre 33 et 35 000 voyages.

Nouveau tarif pour les étudiants

Optymo met en place de nouveaux tarifs pour les étudiants. Le pass Optymo passera de 36 euros à 18 euros (plafond) pour les étudiants dès le 1er septembre, et à 13 euros pour les boursiers. Les tarifs n’étaient « pas adaptés » reconnaît la régie de transport, car les étudiants « ne bénéficient d’aucun avantage contrairement aux salariés, qui eux, peuvent bénéficier de la prime transport (remboursement de 50% du coût des transports en commun par l’employeur) ». L’abonnement du pass Campus, pour voyager sur le réseau du Territoire de Belfort et du pays de Montbéliard, à 38 euros, passe à 18 euros (moins de 26 ans) et le pass OK qui permet de voyager sur les trois réseaux (Montbéliard, Belfort, Héricourt, TER) est à 54 euros. « En effet, suite aux réflexions menées au niveau du Pôle Métropolitain et aux vues des difficultés que peuvent rencontrer les étudiants, leur mobilité́ est un enjeu majeur et nous nous devons de les accompagner dans leurs déplacements à moindre coût », indique Optymo.

Ceci vous intéressera aussi
Territoire de Belfort : le risque de rupture d’alimentation en eau potable est sérieux 

Lors d’une conférence de presse mercredi 10 août, le préfet du Territoire de Belfort, Raphaël Sodini est revenu sur les Lire l'article

L’histoire entremêlée du Jura suisse et de l’Aire urbaine Belfort-Montbéliard

Depuis le Moyen Age, l'Aire Urbaine et son voisin suisse possèdent une histoire commune. Cette proximité s'est renforcée depuis la Lire l'article

Covid-19 : plus de passe sanitaire demandé à l’entrée de l’hôpital Nord Franche-Comté

L’hôpital Nord Franche-Comté lève le filtrage lié au passe sanitaire à l’entrée de ses établissements, dès le lundi 1er août, Lire l'article

Des vers luisants dans la nuit

Les habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté sont invités à participer à une enquête en ligne pour recenser les vers luisants Lire l'article

Défilement vers le haut