Jonathann Daval conduit aux urgences après un malaise, audience reportée à jeudi

Coup de théâtre au procès de Jonathann Daval : alors qu’il était en plein interrogatoire sur le meurtre de sa femme Alexia, l’accusé a fait un malaise mercredi soir, poussant le président de la cour d’assises à suspendre les débats jusqu’à jeudi.

(AFP)

Coup de théâtre au procès de Jonathann Daval : alors qu’il était en plein interrogatoire sur le meurtre de sa femme Alexia, l’accusé a fait un malaise mercredi soir, poussant le président de la cour d’assises à suspendre les débats jusqu’à jeudi. – mis à jour le 19 novembre à 06h59.

Jonathann Daval, qui comparaît depuis lundi devant les assises de la Haute-Saône pour meurtre sur conjoint, était interrogé depuis environ une heure par le président de la cour Matthieu Husson lorsqu’il a blêmi et s’est évanoui dans le box. Les deux membres de l’escorte de l’administration pénitentiaire l’ont alors évacué du box. « Selon un premier diagnostic, il a fait un malaise vagal » mais son état de santé est « rassurant », a indiqué à l’AFP l’avocat général, Emmanuel Dupic, selon lequel M. Daval a été placé « en observation » à l’hôpital de Vesoul pour la nuit. Le magistrat a tablé sur une « reprise du procès (jeudi) matin sans changement ».

Jonathann Daval subira un examen médical « juste avant la reprise de l’audience pour garantir parfaitement ses conditions de santé », a-t-il ajouté. « Il a été immédiatement pris en charge (…) dans des conditions médicales optimum et tout a été fait pour que le procès puisse reprendre demain », a indiqué l’un de ses avocats, Me Randall Schwerdorffer. Selon lui, il était « trop tard pour faire un interrogatoire. La journée a été très dense émotionnellement », a-t-il ajouté.

"Excuses"

Ce malaise est survenu alors que M. Husson questionnait notamment l’accusé sur les difficultés du couple à avoir un enfant. « Il fallait absolument qu’on ait un enfant, tout était absolument fixé sur la grossesse: l’enfant, l’enfant, l’enfant », expliquait alors M. Daval quelques instants avant de s’évanouir. « Pour moi, étant donné que je ne pouvais pas avoir d’érection, même avec le traitement, entendre les reproches, que j’étais pas un homme… Je m’éloignais d’elle, je fuyais la situation. Je faisais exprès de rentrer tard », a-t-il poursuivi, avant de s’effondrer un peu plus tard dans son box.

Auparavant, M. Daval, qui s’exprimait véritablement pour la première fois depuis le début du procès, avait présenté ses « excuses » aux proches d’Alexia. « Même si c’est pas excusable ce que j’ai fait », avait-il aussitôt ajouté, silhouette frêle et voix étranglée par l’émotion. Quant à la soirée du meurtre, survenu dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, il avait également maintenu la version livrée en fin d’instruction : Alexia lui demande un rapport sexuel qu’il refuse.

Une dispute éclate et « se termine dans l’escalier où je l’ai frappée, étranglée ». Il a ensuite placé le corps dans son véhicule professionnel avant de le déposer le matin suivant dans un bois près de leur domicile de Gray-la-Ville (Haute-Saône). Le corps d’Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, a été retrouvé deux jours plus tard.

Pendant trois mois, Jonathann Daval s’est fait passer pour un veuf éploré avant d’être interpellé en janvier 2018. Il avait avoué le meurtre avant de se rétracter et d’inventer un complot familial, pour finalement reconnaître à nouveau les faits. Cet informaticien de 36 ans, qui a aussi reconnu avoir incendié en partie le corps de son épouse, soutient en revanche ne jamais avoir voulu la tuer.

"Frustrée"

« C’est un dossier extrêmement particulier », avec des « auditions de qualité (…) qu’on ne peut pas interrompre, ce qui explique qu’on finisse tard et que le procès perdure, alors qu’on est déjà très en retard » sur le planning des audiences, prévues jusqu’à vendredi, a abondé Me Schwerdorffer.  Les parties civiles, très critiques quant aux excuses et à la version présentées mercredi par l’accusé, ont désormais les yeux tournés vers l’audience de jeudi.  « Ce n’était pas des excuses, c’était trop minime. Moi, j’en attends beaucoup plus », a déclaré après l’audience Isabelle Fouillot. « Je suis frustrée. Attendons demain, on espère que ça reprenne et qu’il réponde aux questions du juge ».

PUB
Ceci vous intéressera aussi
La famille d’Alexia réclame une peine « à la hauteur de nos souffrances, Daval prêt à « payer »
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

Jonathann Daval s'est dit prêt à "payer" pour le meurtre de sa femme Alexia, vendredi devant les assises de la Lire l'article

Réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval
Palais de justice de Vesoul en Haute-Saône.

L'avocat général a demandé la perpétuité. Les avocats de la défense doivent plaider ce samedi après-midi, pour un verdict attendu Lire l'article

« Pardon, pardon », demande une dernière fois Jonathann Daval
Me Randall Schwerdorffer

Les avocats de Jonathann Daval ont réclamé ce samedi après-midi « un jugement, pas une vengeance », avant que l'accusé ne demande Lire l'article

Jonathann Daval condamné à 25 ans de réclusion criminelle
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

Epilogue de la semaine de procès à Vesoul: Jonathan Daval est condamné à 25 ans de prison. Ses avocats ont Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut