Hôpital Nord-Franche-Comté : la réanimation demande plus de reconnaissance

Le personnel des services de réanimation de l’hôpital Nord-Franche-Comté ont manifesté ce mardi après-midi. Il demande plus de reconnaissance des spécificités de ses métiers. Un métier encore plus sous tension depuis un an, avec la crise sanitaire.

Le personnel des services de réanimation de l’hôpital Nord-Franche-Comté a manifesté ce mardi après-midi. Il demande plus de reconnaissance des spécificités de son métier. Un métier encore plus sous tension depuis un an, avec la crise sanitaire.

« La réanimation n’est pas en promotion. Nos compétences sont votre assurance », peut-on lire sur un panneau des manifestants. Sur un autre, on découvre : « Métier formidable, statut fort minable. » Le message est clair. Dans le cadre d’un mouvement national, plusieurs dizaines de membres des équipes de réanimation de l’hôpital Nord-Franche-Comté se sont mobilisés ce mardi 11 mai. Ils ont dénoncé « l’absence de reconnaissance de la spécificité et des compétences nécessaires à l’exercice en réanimation et soins continus », observe ce mouvement dans une motion qu’ils ont remis à l’agence régionale de santé (ARS).

Ils remarquent que « le développement des technologies et des procédures de pris en charge en réanimation ont induit ces dernières années une évolution majeure des compétences ». La crise sanitaire a augmenté la tension sur ces services depuis un an. Et le personnel a le sentiment qu’on demande « toujours plus », sans « qu’aucune  revalorisation ne soit proposée ». Le personnel alerte sur le rythme de travail, la « cadence soutenue », accentuée la encore par la crise sanitaire, entraînant « un épuisement des équipes ». « Les renforts des collègues [aides-soignants et infirmiers] ont été appréciés, observe la motion, mais ils ont aussi démontré les carences entre les socle de formations initiales et les compétences exigées par l’exercice en réanimation et unités de soins continus », note la motion.

Les signataires demandent une revalorisation salariale, une formation diplômante reconnaissant cette spécificité et une réévaluation du nombre d’infirmières, aide-soignantes et kinésithérapeutes, en augmentant le ratio par lit du service de réanimation et de soins continus. Surtout, ils veulent que ce ratio soit calculé en fonction du nombre de lits et non pas du taux d’occupation.

Ceci vous intéressera aussi
Des pochettes de pain pour interpeller sur les violences faites aux femmes

À l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, le 25 novembre, la préfecture du Lire l’article

Nord Franche-Comté : qu’ont voté les députés sur la constitutionnalisation du droit à l’avortement ?

3 votes pour. 2 votes contre. Dans le nord Franche-Comté, les élus de gauche et de droite se sont unis Lire l’article

Le fonds Maugis a fléché 37 millions d’euros vers 15 entreprises

Les membres du fonds Maugis ont visité des entreprises ayant bénéficié de l’accompagnement. Et de se rendre compte, sur le Lire l’article

L’hôpital Nord Franche-Comté s’équipe de huit nouveaux postes d’hémodialyse

L’hôpital Nord Franche-Comté a investi dans huit nouveaux postes d’hémodialyses. Un investissement chiffré à environ 650 000 euros pour faire Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal