Haute-Saône : ce qu’il faut retenir des attaques du loup à Fougerolles

Loup

Depuis le 26 août, 9 attaques d’un loup ont été recensées dans le secteur de Fougerolles, dans le nord de la Haute-Saône. Des ovins et des bovins ont été tués ou blessés. Des tirs de défense simple sont autorisés par la préfecture. Quatre informations à retenir.

Depuis le 26 août, 9 attaques d’un loup ont été recensées dans le secteur de Fougerolles, dans le nord de la Haute-Saône. Des ovins et des bovins ont été tués ou blessés. Des tirs de défense simple sont autorisés par la préfecture. Quatre informations à retenir.

1. Des attaques atypiques

Neuf attaques d’un loup ont été recensées dans le secteur de Fougerolles, en 15 jours, à partir du 26 août. 15 brebis ont été tuées ou euthanasiées et 8 ont été blessées. 5 bovins ont été tués ou euthanasiés et 1 blessé. Les attaques ont été observées aussi dans les Vosges, à Val-d’Ajol, commune voisine de Fougerolles. Les indices ont rapidement permis de confirmer la présence d’un loup. Mais le comportement du loup est « atypique », note la préfecture de Haute-Saône. « S’il se comporte comme un loup en recherche d’un nouveau territoire et testant les limites des protections, ses réactions sont inhabituelles : il n’hésite pas ainsi à se rendre dans les stabulations, au plus près des habitations », observe la préfecture de Haute-Saône, en s’appuyant sur les observations de l’office français de la biodiversité.

2. Filets de protection, surveillance, mais...

Les réponses à cette situation ont été « graduées », note la préfecture : 400 m de filets de protection électrifiés ont été installés ; un dispositif d’effarouchement, de type cerbère (sonore et visuel) a été déployé ; une surveillance de nuit par les louvetiers, avec possibilité de tir d’effarouchement (6 nuits, sur 3 élevages) a été organisées. « Une demande de crédits d’urgence est en cours pour une commande de filets de protection et de dispositifs d’effarouchement complémentaires », indique la préfecture. Mais de nouvelles attaques ont cependant été déplorées, dans la nuit du 9 au 10 septembre, dont l’une dans une exploitation touchée déjà deux fois.

3. Des tirs de défense simple autorisés

Face à sa décision d’autoriser des tirs de défense simple contre le loup, la préfecture de Haute-Saône prend des précautions : « La finalité des nouvelles mesures à mobiliser est la défense des troupeaux et non l’élimination du loup. » Et elle prévient qu’elle ne remet pas en cause le statut « protégé » du loup. Plusieurs mesures juridiques existent pour recourir aux tirs. Et il faut distinguer :

  • Le tir d’effarouchement (moyens de tirs non létaux)
  • Le tir de défense simple (1 seul tireur posté à proximité d’un troupeau protégé, le loup est tiré en situation d’attaque)
  • Le tir de défense renforcé (jusqu’à 10 tireurs postés à proximité d’un troupeau protégé, le loup est tiré en situation d’attaque)
  • Le tir de prélèvement (action de recherche du loup encadrée par un lieutenant de louveterie, type battue administrative, en présence des troupeaux mais sans notion de proximité).

Si les tirs de défense simple, c’est que malgré les mesures d’effarouchement, les attaques n’ont pas cessées. Ces tirs de défense contre le loup ne sont autorisés que pour deux éleveurs, qui ont « saisi » la préfecture de Haute-Saône et qui « remplissent les conditions réglementaires ».

Attaque d'un bovin dans le secteur de Fougerolles, par un loup
Un veau victime d'une attaque d'un loup, dans le secteur de Fougerolles (Crédit : office français de la biodiversité).

4. Le loup, espace protégée

Le loup est de retour dans l’Hexagone depuis 1992. Il est revenu naturellement. L’espèce est protégée en France depuis 1993. « Toute forme de détention, de capture ou de mise à mort intentionnelle est interdite », rappelle la préfecture de Haute-Saône. La mise à mort d’un loup est un délit qui peut être puni de deux ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende. Un plan national est en place depuis 2018 et jusqu’en 2023, visant des actions permettant l’équilibre entre préservation de la biodiversité et protection des éleveurs dont les troupeaux peuvent subir des attaques. Le loup est considéré comme un régulateur pour la biodiversité. « Il régule des espèces qui, en surnombre, pourraient nuire à notre écosystème, comme les cerfs ou les sangliers », explique-t-elle. « De plus, lors de leurs activités de prédation, les loups disséminent les carcasses de leurs proies sur un vaste territoire. Ils permettent ainsi aux autres charognards de se nourrir plus aisément en apportant des nutriments dans les sols », poursuit-elle. À l’inverse, le loup peut occasionner des dégâts sur des troupeaux. Des mesures sont prévues, en faveur des éleveurs, en cas de prédation. « Il doit permettre à chaque éleveur de défendre efficacement son troupeau », remarque la préfecture.

Ceci vous intéressera aussi
Loup ou grand chien ? Deux attaques de troupeau en Haute-Saône
Les analyses faites jusqu'à présent n'ont pas permis de déterminer s'il s'agit d'un loup ou d'un grand chien. Image par Christel SAGNIEZ de Pixabay

Les analyses faites jusqu'à présent n'ont pas permis de déterminer s'il s'agit d'un loup ou d'un grand chien.| © Image Lire l'article

Attaque d’un loup : tirs de défense autorisés en Haute-Saône
Attaque d’un loup : tirs de défense autorisés en Haute-Saône

L’inquiétude est forte dans le nord de la Haute-Saône à la suite d’attaques de loup sur des élevages ovins et Lire l'article

Les trois bons plans des conquérantes #8
Cécile et Lucie du blog À La Conquête de l'Est propose tous les 15 jours 3 bons plans.

Tous les quinze jours, Cécile et Lucie, les deux merveilleuses blogueuses d’À La Conquête de l’Est, confient leurs bons plans Lire l'article

Haute-Saône : une nouvelle attaque du loup à Fougerolles
Nouvelle attaque de Loup à Fougerolles, en Haute-Saône, ce 21 septembre.

Après plusieurs jours de calme, le loup a tué un nouveau bovin, dans la nuit de dimanche à lundi, à Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut