Foussemagne : l’ancienne synagogue soutenue par le loto du Patrimoine

L’ancienne synagogue de Foussemagne a été retenue par le loto du Patrimoine 2022, qui sélectionne chaque année un bâtiment historique par département pour soutenir sa restauration.

L’ancienne synagogue de Foussemagne a été retenue par le loto du Patrimoine 2022, au titre du Territoire de Belfort. Ce loto, organisé dans le cadre de la mission Stéphane Bern, sélectionne chaque année un bâtiment historique en péril par département pour soutenir sa restauration.

Foussemagne dispose d’une particularité peu commune. Pendant près d’un siècle, ce village du Territoire de Belfort, situé à la limite du Haut-Rhin sur la route reliant la cité du Lion à Altkirch, a été le seul de France à avoir une synagogue et pas d’église. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, non pas parce qu’une église a été construite, mais parce que la synagogue est désacralisée ; elle a été fermée en 1940 après avoir été saccagée et pillée par les Nazis. Pour autant, des éléments architecturaux cultuels sont toujours visibles.

Ce bâtiment, construit en 1864-1865, a été sélectionné pour le Territoire de Belfort par la mission Stéphane Bern, dans le cadre du loto du Patrimoine 2022. Cette mission est déployée par la fondation du Patrimoine. Depuis son lancement en 2018, elle a aidé 745 bâtiments pour les travaux de restauration – dont 90 projets emblématiques du patrimoine régional et 655 sites départementaux (un site par département métropolitain et collectivité d’outre-mer – comme la galerie de l’hôtel de ville de Delle ou l’école en bois de Ronchamp en 2020 (notre article) et l’église Sainte-Croix de Chèvremont en 2021. Ce loto a apporté plus de 100 millions d’euros à la Mission Bern depuis son lancement, dont 21 millions d’euros en 2021.

« Très mal au point »

La synagogue, installée au cœur du village Foussemagne, non loin de la mairie, est « très mal au point », confirme Arnaud Miotte, le maire du village, joint par téléphone. Après la Seconde Guerre mondiale, cette bâtisse de 140 m2 au sol, selon la municipalité, a servi de dépôt à un artisan. Elle a été rachetée par la mairie en 2008, dont le maire était Louis Massias. Le bâtiment est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1984. À l’époque, le conseil municipal voulait y installer un musée de l’histoire juive. Le projet « est tombé à l’eau », confirme Arnaud Miotte. Le village n’avait pas la surface financière nécessaire pour réaliser l’investissement, ni pour assurer son fonctionnement.

Ce bâtiment en mauvais état reste pourtant « une grande problématique » pour le village, qui n’a pas non plus les moyens de l’entretenir, ni de le restaurer. « C’est intenable pour un village comme Foussemagne », indique le maire. À l’automne 2020, le Grand Belfort approuve une délibération dans laquelle la synagogue est déclarée d’intérêt communautaire. C’est l’agglomération qui en prendra donc soin. « Face aux nombreux désordres structuraux du bâtiment, le Grand Belfort était inquiet de voir disparaitre ce patrimoine », explique le Grand Belfort dans un communiqué. Avec cette décision, c’est aussi une épée de Damoclès qui disparaît pour le village.

Un projet final à définir

Le Grand Belfort a donc porté le projet de rénovation auprès de la mission Stéphane Bern, pour un montant de 1,4 million d’euros HT, comprenant une rénovation complète de la toiture, des maçonneries extérieures, des menuiseries, de l’électricité, des sols et des murs intérieurs. Un architecte a rendu un projet de rénovation au printemps.

« La sélection de la synagogue de Foussemagne (…) est une excellente nouvelle pour notre agglomération et un véritable coup de pouce pour la réhabilitation de la synagogue », apprécie Damien Meslot, président Les Républicains du Grand Belfort. « C’est une grande satisfaction », confie Arnaud Miotte, qui remercie sincèrement tous les acteurs de ce projet et en particulier le Grand Belfort. Ces annonces ouvrent des perspectives pour ce patrimoine « remarquable » installée au centre du village.

Le projet pourrait bénéficier d’un financement du loto du Patrimoine pouvant atteindre 300 000 euros. Le conseil régional a également acté une subvention, confirme Arnaud Miotte, et la fondation du Patrimoine accompagne par ailleurs le projet, via des donations. « Je proposerai que les travaux de la synagogue de Foussemagne soient inscrits dès le budget 2023 », indique Damien Meslot, dans un communiqué.

Aujourd’hui, le projet final n’est pas encore acté. On évoque la création d’une salle pouvant accueillir des expositions temporaires, des conférences mais aussi les associations du Grand Belfort, car le bâtiment est d’intérêt communautaire. Mais il reste à être « défini » précisément approuve Arnaud Miotte.

Ceci vous intéressera aussi
« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Voitures neuves : quatrième mois de rebond en novembre

Les ventes de voitures neuves ont poursuivi leur léger rebond en novembre, pour le quatrième mois consécutif, et devraient s'approcher Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal