FCSM : Louis Souvet et Jean-Claude Plessis en appellent à Carlos Tavares

Louis Souvet, sénateur honoraire, ancien maire de Montbéliard, et Jean-Claude Plessis, ancien président du Football-Club Sochaux-Montbéliard ont adressé à Carlos Tavares, le patron de Peugeot, une lettre ouverte ce lundi 24 juin, lui demandant d’intervenir dans le sauvetage du club.

Louis Souvet, sénateur honoraire, ancien maire de Montbéliard, et Jean-Claude Plessis, ancien président du Football-Club Sochaux-Montbéliard, ont adressé à Carlos Tavares, le patron de PSA, une lettre ouverte ce lundi 24 juin, lui demandant d’intervenir dans le sauvetage du club.

« Nous pensons que l’entreprise que vous avez l’honneur de diriger, qui a créé le club de football en 1928 et l’a fait vivre pendant près de 90 ans, a aujourd’hui le devoir moral de porter secours à notre région mise en difficulté par l’hypothèse de la liquidation de ce symbole qu’est le FCSM. » Les mots sont forts. La situation alarmante. Louis Souvet et Jean-Claude Plessis veulent rappeler l’héritage de la marque au Lion. Son histoire commune avec l’un des plus vieux clubs de football professionnel français. Et le rôle qu’elle doit avoir dans la survie de cette institution.

Si les deux hommes respectent le choix de vendre le club en 2015, malgré la douleur, la lettre rappelle que « le club s’est retrouvé entre les mains de financiers inexpérimentés, plus soucieux de leurs intérêts personnels que préoccupés par la bonne gestion du club et son avenir, qui s’est gravement assombri aujourd’hui ». Le club est important pour les salariés de Peugeot, mais aussi pour les habitants de la région. « Cette aventure extraordinaire, portée par toute la « grande famille Peugeot », qui faisait la fierté de notre région et bien au-delà, ne peut être ignorée ! L’époque où les employés de l’entreprise devaient coller sur toutes les voitures qui quittaient les ateliers de Sochaux les autocollants « Je roule en Peugeot, j’aide ma région » est encore présente dans tous les esprits, rappellent les deux hommes. Savez-vous ce que représente pour une ville et pour un territoire comme les nôtres, et pour leur économie, un spectacle qui rassemble plus de 10 000 spectateurs tous les 15 jours, des spectateurs qui parcourent parfois 100, 150 ou 200 km pour venir supporter « leur club » ? » C’est bien tout un territoire qui s’exprime à travers leur voix et leur missive.

« Vecteur de communication positive »

Habilement, les deux hommes reviennent également sur les partenariats tissés par l’industriel avec le sport, à la suite de la polémique née d’Isabel Salas Mendes, la responsable des partenariats, qui déclarait le 29 mai que « Le football véhicule des valeurs populaires, or nous on veut monter en gamme ».

« Au regard de vos partenariats avec le tennis partout dans le monde, le rugby avec le Stade Toulousain, ou encore l’élection de Miss France, ce sauvetage du FCSM pourrait constituer pour le groupe PSA à la fois un vecteur de communication positive et une ressource importante pour l’économie d’un territoire », insistent Louis Souvet et Jean-Claude Plessis. Et de rappeler les partenariats tissés avec des sélections nationales ou des clubs de football par les marques suivantes : Mercedes, BMW, VW, Fiat… « Et n’oublions pas la présence de TAG Heuer dans plusieurs championnats de football européens, ce qui traduit un positionnement haut de gamme », ajoutent les deux hommes.

Louis Souvet et Jean-Claude Plessis rappellent l’enjeu : un héritage menacé. « Il est de notre devoir commun de tout mettre en œuvre pour le sauvegarder », insistent-ils, en invitant « solennellement » Carlos Tavares à aider la région à sauver le FC Sochaux-Montbéliard et son centre de formation en s’engageant « à leurs côtés ». Cet investissement ne peut être que temporaire, « afin d’assainir une situation rendue intenable par les précédents investisseurs, et ainsi rassurer et sécuriser les futurs acquéreurs ».

La lettre ouverte joue sur l’aspect émotionnel de ce dossier. Sur l’attachement viscéral au club. Sur le rêve des Francs-Comtois qui espèrent de voir « leur équipe retrouver le rang auquel la famille Peugeot l’a porté patiemment et courageusement ».

La lettre ouverte

Les co-signataires

Marie-Noëlle Biguinet, maire de Montbéliard

Albert Matocq-Grabot, maire de Sochaux

Charles Demouge, Président de Pays de Montbéliard Agglomération

Marie-Guite Dufay, Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté

Christine Bouquin, Présidente du conseil départemental du Doubs

Damien Meslot, maire de BELFORT, Président du Grand Belfort

Frédéric Barbier, député de la 4e circonscription du Doubs

Ian Boucard, député de la 1re circonscription du Territoire de Belfort

Annie Genevard, députée de la 5e circonscription du Doubs

Denis Sommer, député de la 3e circonscription du Doubs

Martial Bourquin, sénateur du Doubs

Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort

Michel Raison, sénateur de la Haute-Saône

Georges Menegaux, président des Anciens Joueurs du FCSM

Défilement vers le haut