Dopage: la suspension d’Ophélie Claude-Boxberger portée à quatre ans par le Conseil d’Etat

Dans l'affaire Claude-Boxberger, l'audience pour "empoisonnement" aura lieu le 17 décembre

 Le Conseil d’Etat a suspendu l’athlète Ophélie Claude-Boxberger pour quatre ans, soit deux ans de plus que ce qu’avait décidé la commission des sanctions de l’AFLD, pour avoir été contrôlée positive à l’EPO en septembre 2019.

(AFP)

 Le Conseil d’Etat a suspendu l’athlète Ophélie Claude-Boxberger pour quatre ans, soit deux ans de plus que ce qu’avait décidé la commission des sanctions de l’AFLD, pour avoir été contrôlée positive à l’EPO en septembre 2019.

L’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) avait réclamé huit ans de suspension et avait fait appel devant le Conseil d’Etat de la décision de la commission des sanctions, instance indépendante, de prononcer une sanction de deux ans à l’encontre de la sportive. Cette sanction de quatre ans avait été requise par le rapporteur public. Celui-ci avait estimé à l’audience que les « circonstances particulières » soulevées par la défense de l’athlète ne permettaient pas de réduire la suspension. En revanche, il n’a pas retenu le délit supposé de falsification.

L’athlète a déjà purgé deux ans d’interdiction et avait fait son retour à la compétition en novembre dernier en remportant les 10 km de Colmar. Elle est désormais interdite de compétition pour deux nouvelles années à compter de la notification de la décision du Conseil d’Etat, soit vraisemblablement jusqu’à fin avril 2024.  « Elle est complètement effondrée », a fait savoir son entourage à l’AFP, et ce timing augure mal d’un retour pour les JO de Paris où elle souhaitait courir le marathon.

En effet, en plus de la prise d’EPO, l’AFLD demandait à ce que l’athlète soit sanctionnée également pour avoir falsifié des éléments du contrôle antidopage, notamment en influençant le témoignage de son ex-entraîneur et ex-beau-père, Alain Flaccus. Celui-ci s’était dans un premier temps accusé d’avoir injecté de l’EPO à l’athlète lors d’un massage avant de revenir sur ses aveux. L’AFLD estimait que ce témoin avait été manipulé par l’athlète, et avait également menti sur sa géolocalisation les jours précédant son contrôle. La commission des sanctions de l’AFLD, instance indépendante, ne l’avait pas suivie sur cette voie, et avait été sensible aux arguments de la défense d’Ophélie Claude-Boxberger. En septembre 2021, Alain Flaccus, poursuivie par Ophélie Claude-Boxberger pour « empoisonnement », avait été relaxé par le tribunal de Montbéliard (Doubs).

L’AFLD s’est dite mardi, dans un communiqué, « satisfaite » que le Conseil d’Etat applique la sanction de quatre ans « au titre de la présence d’EPO ». S’agissant de la falsification, la décision est « éclairante » pour l’AFLD. Elle « confirme que le fait d’inciter un témoin à mentir sur l’origine d’une substance interdite est susceptible de caractériser une infraction de falsification, de même que, selon les circonstances, le fait de manquer à ses obligations de localisation ».

Mais, en l’espèce le Conseil d’Etat a estimé que « le niveau de preuves n’était pas suffisant ». La commission des sanctions de l’AFLD ne l’avait pas suivie sur cette voie de la falsification. L’AFLD, désormais pourvue de pouvoirs d’enquête, estime que ceux-ci lui permettront à l’avenir de « mieux établir les falsifications rencontrées dans les procédures antidopage ».

Ceci vous intéressera aussi
Faurecia Siedoubs : l’heure est au rattrapage après la fin de la grève

Après 4 jours de grève à Faurecia Siedoubs, la production a repris ce samedi. Pour rattraper le retard, les salariés Lire l'article

900 000 euros d’investissement pour les Ehpad de la fondation Arc-en-Ciel

Améliorer le bien-être. Susciter l’envie de jouer à plusieurs, de voyager et faire du sport  grâce à des outils innovants.  Lire l'article

Un livre sur l’histoire tumultueuse du FC Sochaux-Montbéliard et de Peugeot

La ferveur résonne de nouveau dans le cœur des habitants du pays de Montbéliard à la faveur d’une fin de Lire l'article

Montbéliard : le Périgord brillera sous les Lumières de Noël en 2022
Lumières de Noël à Montbéliard.

La 36e édition des Lumières de Noël se tiendra du 26 novembre au 24 décembre, avec un invité d’honneur venu Lire l'article

Défilement vers le haut