Des distilleries de Pontarlier et Fougerolles aident à produire du gel hydroalcoolique

Distillerie Armand Guy Pontarlier

Certaines distilleries franc-comtoises cèdent leurs stocks d’alcool pour produire du gel. L’une d’entre elles va même produire à partir de mardi du gel pour l’hôpital de Vesoul et les pharmacies locales.

(AFP)

Certaines distilleries franc-comtoises cèdent leurs stocks d’alcool pour produire du gel. L’une d’entre elles va même produire à partir de mardi du gel pour l’hôpital de Vesoul et les pharmacies locales.

Des distilleries du Doubs et de Haute-Saône ont décidé de céder une partie de leurs stocks d’alcool pour permettre la fabrication du gel hydroalcoolique nécessaire aux professionnels de santé pour se protéger du coronavirus, a-t-on appris ce samedi 21 mars 2020.

La distillerie Armand Guy de Pontarlier (Doubs), capitale française de l’absinthe, a décidé de céder « au prix d’achat » 3000 litres de son stock d’alcool à 96 degrés à des fabricants de gel hydroalcoolique et à des pharmaciens, avec l’accord des douanes, a indiqué à l’AFP le patron de l’entreprise, François Guy. « Si nous sommes livrés la semaine prochaine, nous pourrons donner plus de cet alcool » d’ordinaire utilisé pour la fabrication d’absinthe et d’apéritifs, a-t-il ajouté. « Mon grand-père me racontait que pendant la Libération, il y avait beaucoup de blessés, aussi bien français qu’allemands, et l’hôpital manquait d’alcool pour désinfecter. Il avait alors donné ses derniers stocks d’alcool à l’hôpital », raconte le distillateur qui fera don de 400 litres de gel hydroalcoolique, produit avec son alcool, à l’hôpital de Pontarlier.

L’activité de la distillerie est presque à l’arrêt, les 14 employés sont à leur domicile. « Les bars sont fermés et, heureusement, rares sont les gens qui boivent seuls: nos ventes se sont écroulées, donc ça aurait été égoïste de garder nos stocks », note François Guy.

Une ligne pour fabriquer du gel à partir de mardi

À Fougerolles-Saint-Valbert (Haute-Saône), la distillerie d’eaux-de-vie et d’absinthe Paul Devoille a fourni de son côté depuis la fin de semaine dernière « à prix coûtant » 500 litres d’alcool à 96 degrés aux pharmacies. Les officines les transforment en gel ou en solution hydroalcoolique après avoir ramené la teneur en alcool « entre 70 et 75 degrés », a expliqué à l’AFP Hugues de Miscault, le dirigeant de la société. Ce « dépannage » pourrait déboucher sur un soutien de plus grande envergure, selon le dirigeant de la société de 19 salariés, qui a pris contact avec l’Agence régionale de santé (ARS).

Dans la même commune surnommée la « capitale de la cerise », la distillerie Peureux, qui emploie 80 personnes, va fabriquer elle-même des solutions hydroalcooliques à partir de mercredi prochain, en lui dédiant son atelier principal de production. Cette ligne « aura la capacité de produire de 10 000 à 15 000 litres par semaine » dans un premier temps, pour le centre hospitalier de Vesoul, les pharmacies locales et le personnel soignant de proximité, a précisé à Bernard Baud, président des Grandes Distilleries Peureux-Massenez.

Défilement vers le haut