Départementales : les 6 informations à retenir dans le Territoire de Belfort

La gauche veut avancer unie pour les élections départementales du Territoire de Belfort.

Le premier tour des élections départementales s’est tenu ce dimanche 20 juin. Le président Les Républicains Florian Bouquet a été réélu dès le premier tour, en s’imposant très largement devant la candidature de l’ex secrétaire départemental du rassemblement national. La droite est en ballotage favorable. Mais la gauche peut jouer les trouble-fêtes.

Le premier tour des élections départementales s’est tenu ce dimanche 20 juin. Le président Les Républicains Florian Bouquet a été réélu dès le premier tour dans sn canton, en s’imposant très largement devant la candidature de l’ex secrétaire départementale du rassemblement national. La droite est en ballotage favorable à l’échelon départemental. Mais la gauche peut jouer les trouble-fêtes. Le point, en 6 informations.

1. Bouquet-Morallet largement réélu

Si la droite gagne les élections départementales dimanche prochain, Florian Bouquet va sortir renforcé de ce scrutin. L’actuel président du conseil départemental et son binôme, Maryline Morallet, sont les seuls à avoir gagné dès le premier tour, enregistrant la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de bulletins supérieur à 25 % des inscrits. Avec 2 901 voix en leur faveur, cela équivaut à 26,75 % des inscrits. Et dans le contexte d’une forte abstention, ce n’est pas neutre (lire ci-dessous).

2. Une abstention record

Même le binôme Les Républicains Cédric Perrin – Anaïs Von Aesh, seul en course dans le canton de Delle, n’a pas pu se qualifier dès le premier tour. Car en plus de recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés, il fallait également enregistrer un nombre de votes au moins égal à 25 % des inscrits. À l’échelle du département, l’abstention s’élève à 66,68 %, contre 44,76 % en 2015. Dans le canton de Belfort, l’abstention monte à 73,58 %, à 71,53 % dans le canton de Delle et à 70,65 % dans Belfort 3. Même aux Européennes, en 2019, traditionnellement un scrutin moins mobilisateur, on n’avait que 48 % d’abstention. Cette forte abstention prive également le binôme Les Républicains Didier Vallverdu et Rachel Couvreux d’une victoire dès le 1er tour.

3. La droite en ballotage favorable

À l’échelle du département, les binômes Les Républicains enregistrent 44,72 % des suffrages exprimés. Dans le canton de Giromagny, le binôme Didier Vallverdu-Rachel Couvreux arrive très largement en tête, enregistrant 61,20 % des suffrages exprimés, très loin devant le binôme formé par Fatima Mammar et Éric Parrot, avec 27,63 %. Dans le canton de Belfort 2 (centre-ville), le binôme sortant Marie-Hélène Ivol – Sébastien Vivot arrive largement en tête, avec plus de 20 points d’avance sur le binôme divers gauche.

4. Le Rassemblement national sur la touche

Dans le canton de Châtenois-les-Forges, le binôme de l’ancienne secrétaire départementale du Rassemblement national – elle a démissionné de son poste à la suite de désaccords avec Julien Odoul, tête de liste RN aux Régionales – est largement battu avec 55,46 points d’écart avec le binôme de Florian Bouquet Maryline Morallet. Il y a même 2 070 voix d’écart entre les deux binômes. Dans le canton de Grandvillars, le binôme Rassemblement national termine en 3e position, avec 24,13 % des votes exprimés, contre 27,55 % au binôme Les Républicains Alexandre Mançanet-Pascale Gabilloux et 48,33 % au binôme divers gauche Isabelle Mougin et Christian Rayot. En 2015, le Front national était au second tour et le binôme divers gauche avait gagné d’un souffle. À l’époque, le FN avait enregistré 2 371 voix au 1er tour contre 1 016 ce dimanche. Soit plus de deux fois moins de votes.

5. Les binômes de la majorité présidentielle désavouée

Le MoDem et La République en Marche (LREM) avaient cinq binômes engagés à l’occasion de ces élections : trois pour le MoDem (Belfort 2, Belfort 3 et Giromagny) ; deux pour LREM (Belfort 1 et Valdoie). Ils ne seront présents au second tour dans aucun canton. À Belfort 1, Bruno Kern et Betty Devillairs terminent troisièmes, derrière le binôme Samia Jaber et Bastien Faudot (43,26 % des suffrages exprimés) et celui de Les Républicains composé de Tony Kneip et Charlène Authier-Beyer (28,71 % des suffrages exprimés). Dans le centre-ville, le binôme MoDem arrive aussi 3e. À Belfort 3, où Christophe Grudler et Julie De Breza avaient gagné en 2015, le binôme MoDem composé de Jean-Christophe Messin et Cindy Girard arrive dernier, plus de 6 points derrière le binôme de gauche et 18,1 points derrière celui des candidats Les Républicains Ian Boucard et Loubna Ketfi-Charif. Dans le canton de Giromagny, le binôme MoDem termine également en 3e position, très loin des deux autres, avec 11,17 % des suffrages exprimés, contre 27,63 % pour le binôme de l’union de la gauche et 61,20 % pour celui Les Républicains. Dans le canton de Valdoie, le binôme LREM arrive aussi en 3e position, avec 21,13 % des suffrages exprimés, contre 44,27 pour le binôme divers droite Marie-France Cefis-Pierre Carles et 34,6 % pour le binôme divers gauche Vincent Jeudy et Corinne Laroche.

6. Ces cantons qui peuvent basculer

Si la droite arrive largement en tête, la situation n’est pas forcément très nette pour le second tour. La gauche sort renforcée dans deux de ses bastions : Belfort 1 et Granvillars. Des cantons, aujourd’hui à droite, peuvent également basculer. Celui de Bavilliers, par exemple. Le binôme de gauche composé d’Emmanuel Formet, actuel maire de Danjoutin, et Marie-Dominique Beluche, devance le binôme Les Républicains d’Éric Koeberlé et Delphine Macchi de 42 voix ! En 2015, Éric Koeberlé avait fait basculer le canton à droite avec Marie-Claude Chitry-Clerc. Dans le canton de Belfort 3, la non qualification de la liste MoDem au second tour et un appel à voter contre le binôme Les Républicains (la gauche l’avait fait en 2015 en faveur du candidat MoDem Christophe Grudler) peut favoriser le binôme divers gauche, qui enregistre 232 voix de moins que le binôme Les Républicains du député Ian Boucard. Celui-ci a 43,28 % des suffrages exprimés et celui de gauche 31,55 % La ventilation des 498 voix du binôme MoDem concentre l’enjeu de ce canton. Une dynamique similaire peut être observée dans le canton de Valdoie. Toutefois, le binôme de Marie-France Cefis et Pierre Carles enregistre une avance plus confortable, avec 329 voix de plus que le binôme de gauche.

la droite en passe de conserver la grande majorité des départements

(AFP) La prime aux sortants a fonctionné en Bourgogne-Franche-Comté où la droite, qui détient six des huit départements de la région, est en bonne position pour conserver la majorité des conseils départementaux dans son escarcelle, avec un vote RN globalement en baisse. En Côte-d’Or et en Saône-et-Loire, la droite est en position très confortable, ses présidents respectifs sortants Alain Sauvadet (UDI) et André Accary (DVD) étant même réélus dès le premier tour (avec 61,14% et près de 77% respectivement). Dans l’Yonne aussi, la droite et le centre arrivent en tête dans la plupart des cantons, le président sortant Patrick Gendraud (LR) frôlant la victoire dès le premier tour dans son fief de Chablis, avec 53,04%. Dans le Territoire de Belfort, la droite est en ballotage favorable pour conserver le département, alors que le président sortant, le Républicain Florian Bouquet, a été réélu dans son canton dès le premier tour. Même scénario dans le Jura où le président sortant Clément Pernot (LR) a été réélu dans son fief de Champagnole, la majorité sortante de droite arrivant largement en tête dans la plupart des cantons. Dans le Doubs, la droite est en tête dans une grande partie des cantons, bien que la gauche soit plébiscitée dans le canton de Besançon, et la présidente sortante Christine Bouquin (DVD) espère conserver la présidence du département. Dans la Nièvre, la gauche pourrait être en mesure de conserver son fief mais elle est sous pression à la fois de la droite et du RN. En Haute-Saône, le président sortant divers gauche Yves Krattinger (ex-PS) a été réélu dans son canton et la gauche a un léger avantage au niveau départemental, mais en l’absence de triangulaire, la droite emmenée par le sénateur LR et ancien secrétaire d’Etat Alain Joyandet peut encore espérer l’emporter.

Ceci vous intéressera aussi
338 armes récupérées dans le Territoire de Belfort

L’opération d’abandon d’armes à l’État a été fructueuse dans le Territoire de Belfort. Plus de 300 armes et près de Lire l’article

En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal