Covid-19 : le Grand Est retient son souffle avant « la vague » [carte interactive]

Avec plus d’un tiers des décès enregistrés en France, le Grand Est paie le prix fort pour l’épidémie de coronavirus, ses hôpitaux, déjà en surchauffe, s’apprêtant à affronter cette semaine une « nouvelle vague importante » de patients.

Avec l’AFP (par Damien Stroka, avec Murielle Kasprzak à Metz et Angela Schnaebele à Besançon)

Avec plus d’un tiers des décès enregistrés en France, le Grand Est paie le prix fort pour l’épidémie de coronavirus, ses hôpitaux, déjà en surchauffe, s’apprêtant à affronter cette semaine une « nouvelle vague importante » de patients. – mis à jour le 24 mars à 19h40.

« La situation continue de s’aggraver. » La phrase revient en boucle dans chacun des communiqués de presse de l’agence régionale de santé (ARS) Grand Est sur la progression du Covid-19. Et chaque jour aussi depuis le début de la pandémie, le nombre de contaminations et de décès ne cesse d’augmenter. Lundi soir, dans les dix départements du Grand Est, l’agence dénombrait ainsi 2 348 personnes infectées par le virus, dont 526 en réanimation. 335 personnes ont succombé dans la région. C’est plus d’un tiers des morts dénombrés en France, où le Covid-19 a fait 860 morts, alors que la région accueille 8,35 % de la population totale (données Insee, population totale au 1er janvier 2017). En Bourgogne-Franche-Comté, 62 décès en établissements de santé (soit 7,2 % des décès enregistrés en France) étaient enregistrés ce lundi 23 mars, 410 patients étaient hospitalisés, dont 115 en réanimation. La Bourgogne-Franche-Comté accueille 4,26 % de la population française.

Parmi eux, cinq médecins, dont quatre issus de l’Est de la France, décédés ce week-end. Deux exerçaient dans le Haut-Rhin, foyer majeur de contamination après un rassemblement de quelque 2 000 fidèles d’une église évangélique, fin février à Mulhouse. Contaminés, certains d’entre eux avaient involontairement répandu le virus à travers la France.

Aléas

« On est en ordre de marche, la difficulté va être la hauteur de la vague. Le pic est attendu en milieu de semaine et va durer quinze jours, trois semaines, mais ce sont des prévisions avec beaucoup d’aléas », renchérit Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Nancy. « L’organisation qu’on a ne va pas durer huit semaines », s’inquiète-t-il.

Pour faire face, l’ARS Grand Est a doublé « les capacités d’accueil en réanimation ». « Près de 900 lits » sont disponibles sur l’ensemble d’une région où, avec 58 patients en réanimation, les départements de Champagne-Ardennes (Aube, Haute-Marne, Marne et Ardennes) sont moins touchés (258 en Alsace et 210 en Lorraine).

Des évacuations (vidéos ci-dessus) de patients vers d’autres hôpitaux français mais aussi vers plusieurs pays limitrophes (Allemagne, Suisse…) ont d’ores et déjà eu lieu pour soulager plusieurs hôpitaux, notamment celui de Mulhouse, renforcé cette semaine par un hôpital de campagne militaire. Cela suffira-t-il pour affronter la déferlante qui s’annonce ? Céline Durosay est infirmière à l’hôpital Nord-Franche-Comté. « On sait que ça va être très long, on se demande quand le haut de la vague va arriver », confie la secrétaire nationale de la coordination nationale Infirmière, qui peste contre l’absence de matériel, notamment de masques, pour se protéger du virus. Car le personnel soignant est en première ligne.

Un TGV sanitaire

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, l’a lui-même annoncé devant l’hémicycle clairsemé de l’Assemblée : ce TGV sanitaire « transportera 30 malades de Strasbourg et Mulhouse vers des territoires où il y a de la place ». C’est une « première en Europe », a-t-il insisté. Contacté par l’AFP, le ministère de la Santé a toutefois précisé ensuite que ce train sanitaire permettra « dans un premier temps l’évacuation de 20 patients » vers les Pays-de-la-Loire, jeudi. Une autre première a marqué la journée de mardi: l’admission d’un premier malade sous les tentes kaki de l’hôpital de campagne déployé par le Service de santé des armées au pied de l’hôpital civil de Mulhouse. Dans les deux cas, il s’agit de désengorger les hôpitaux du Grand Est, proches de la rupture devant l’afflux croissant de patients.

Aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS), 253 des 12 500 salariés ont ainsi été testés positifs, a indiqué Christophe Gautier, son directeur général. L’établissement a mis en place « un protocole de dépistage systématique » des personnels présentant des symptômes du Covid-19 et ceux qui sont positifs« ne travaillent pas », a-t-il indiqué à France Bleu Alsace.

Ceci vous intéressera aussi
La quatrième édition de l’opération Iceberg est lancée

Le programme d’accompagnement expérimental d’artistes émergents Iceberg a débuté sa quatrième édition. Onze groupes sont accueillis par ce dispositif franco-suisse, Lire l'article

Rottner : l’hôpital de campagne des armées « va faire du bien »
Jean Rottner Mulhouse

Le président du conseil régional du Grand-Est, Jean Rottner, ancien maire de Mulhouse, un des foyers de l'épidémie du coronavirus Lire l'article

Mais que se passe-t-il autour de la distribution des masques ?

Deux fois, les commandes de masques passées par le conseil régional Bourgogne-Franche-Comté ont été réquisitionnées par l’État. Le conseil régional Lire l'article

A l’aéroport de Bâle-Mulhouse, l’écouvillon avant le passeport et les bagages

Depuis samedi, des tests de dépistage du Covid-19 ont été mis en place de manière "obligatoire et systématique" à l'EuroAirport Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut