Bourogne : les fusiliers du Roy du 1er RA se mobilisent pour le don de sang

Depuis plusieurs semaines, l’établissement français du sang alerte sur les niveaux très faible de réserve de sang. Les militaires du 1er régiment d’artillerie de Bourogne se sont mobilisés pour cette cause.

Depuis plusieurs semaines, l’établissement français du sang alerte sur les niveaux très faible de réserve de sang. Les militaires du 1er régiment d’artillerie de Bourogne se sont mobilisés pour cette cause.

Depuis début 2020, le don de sang cumule un déficit de 27 % de recrutement alors que la dynamique était à la hausse de 4% par an en moyenne depuis 2014 indique l’établissement français du sang (EFS) dans un communiqué de presse, fin janvier. La situation est grave. Les réserves sont faibles. « L’incertitude dans laquelle le monde est plongé depuis 2 ans n’a pas épargné l’établissement français du sang en impactant l‘organisation des collectes, la mobilisation des citoyens et donc les réserves en produits sanguins », indique l’EFS. Les collectes en entreprises se sont réduites, conséquence du télé-travail. La mise à disposition des salles dans les villages s’est raréfiée, notamment à cause de l’impossibilité d’y appliquer le protocole sanitaire. « Ce manque de nouveaux donneurs dans notre région historiquement largement au-dessus des taux moyens de nouveaux donneurs, inquiète », relève l’EFS. Quelques opérations ont été organisées, notamment dans des lieux d’exception, comme des châteaux, au musée des beaux-arts de Besançon (Doubs) ou des boîtes de nuit. Mais cela ne suffit plus.

Soixante militaires du 1er régiment d’artillerie de Bourogne se sont donc mobilisés, le 9 février, en faveur de l’établissement français du sang. Le régiment a été « alerté » par les « faibles réserves en produits sanguins », indique le régiment dans un communiqué. Une situation compliquée par la crise sanitaire. « La fréquentation en deçà de l’attendu des collectes mobiles et des maisons du don depuis quelques semaines ne permet plus au stock régional de l’EFS de retrouver un niveau acceptable pour assurer sereinement leur mission d’autosuffisance », rappelle le régiment. « C’est la première fois qu’on se déplace à la maison du don [de Belfort]  », confie le sous-lieutenant Timothée. Habituellement, les militaires se mobilisent avec le service de santé des armées ou avec l’EFS, mais en accueillant un camion au régiment, à Bourogne. Mais face à l’urgence, ils ont organisé une collecte supplémentaire. Cela permet aussi de renforcer le lien existant entre le régiment et son territoire d’accueil.  

« C’est le moment de passer le cap, de tendre le bras pour la première fois et de le faire à plusieurs pour se lancer. Les malades ont besoin de vous ! » clame Marion Le Blond, Directrice communication-marketing à l’EFS Bourgogne-Franche-Comté. Les militaires du 1er RA ont montré la voie. « Toujours », sourit le sous-lieutenant Timothée. L’EFS doit trouver de nouveaux donneurs et remplacer les 20 600 donneurs de la région qui quitte le contingent des donneurs de sang chaque année. « Avec 26 000 patients soignés chaque année dans la région, les réserves de sang doivent correspondre à la diversité en groupes sanguins et phénotypes de toute la population riche de tant de différences génétiques », détaille l’établissement français du sang.

Ceci vous intéressera aussi
Bourogne : plein feu sur le LRU du 1er régiment d’artillerie

Le 1er régiment d’artillerie de Bourogne est le seul régiment français a disposer du lance-roquette unitaire (LRU). Cette arme est Lire l'article

Quand le monde des entreprises et celui des armées se lient autour d’un club

Rapprocher le monde des armées de celui de l’entreprise. Favoriser l’acculturation. Telle était l’ambition des acteurs qui ont signé une Lire l'article

Les Restos du cœur proposent un service itinérant dans le Territoire de Belfort

Dès le mois de juillet 2022, la section départementale des Restos du Cœur met en place un centre itinérant pour Lire l'article

Déchets : les élus de Pays de Montbéliard Agglomération gardent leur usine d’incinération et rejettent le Sertrid

Les élus du conseil communautaire du Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) ont décidé de rénover leur usine d’incinération pour traiter Lire l'article

Défilement vers le haut