Belfort : la CPME 90 demande aux manifestants de respecter le droit de commercer

La confédération des petites et moyennes entreprises prend position sur les manifestations qui se déroulent depuis plusieurs semaines à Belfort. Elle demande aux manifestants de respecter le droit « à commercer »

La confédération des petites et moyennes entreprises prend position sur les manifestations qui se déroulent depuis plusieurs semaines à Belfort. Elle demande aux manifestants de respecter le droit « à commercer ».

La CPME 90 a fait paraître un communiqué, vendredi matin, pour exprimer sa position sur les manifestations des dernières semaines. La confédération s’adresse directement aux manifestants. « Si votre droit à manifester est totalement respectable, le droit des commerçants à commercer, celui des boutiques à pouvoir gagner leur vie et celui des citoyens à consommer dans nos commerces de proximité aussi ! », argue le communiqué. Il y a une semaine, l’association des commerçants faisait paraître elle aussi un communiqué pour exprimer leur mécontentement : « Les commerçants du centre-ville et leurs salariés, spectateurs et victimes malgré eux des diverses manifestations répétitives dans le cœur de ville, crient leur ras-le-bol et leur colère ». Un message qui n’a pas plu à un certain nombres de manifestants, qui estiment que la désertification du centre-ville n’a rien à voir avec les manifestations.

« Voulez-vous ajouter à cette crise sanitaire, une crise économique et sociale ?»

La CPME90, dans son communiqué met l’accent sur le social : « Nous sommes encore dans le tunnel de la crise. Le sujet de la santé est essentiel mais celui de faire vivre notre économie aussi ! Voulez-vous voir vos commerces préférés disparaître, usés par une crise sanitaire aux conséquences économiques qui les a mis à genoux, ne tenant que par le seul espoir de voir redémarrer leur activité avant le retour des charges et des remboursements ? »

Le communiqué poursuit : « Manifestants ! Nous entendons certains d’entre vous nous répondre que les commerces ne sont en fait que des boutiques de grandes enseignes. Oui ! C’est parfois vrai. Pour autant dans ces boutiques, il y a majoritairement des franchisés indépendants et probablement quelqu’un de votre entourage qui est employé dans l’une de ces boutiques. Manifestants ! Voulez-vous ajouter à cette crise sanitaire, une crise économique et sociale ? Nous sommes bien évidemment convaincus que non ! »  La confédération, appelle, enfin, les manifestants à ne pas se comporter comme « les moutons d’une poignée anonyme de loups, plus motivés par le buzz que par la cause ». Une demande est formulée, à la fin de ce communiqué : celle de faire de nouveaux « choix de parcours » pour les manifestations. « Nous savons être imaginatifs dans le respect du contexte et de l’environnement. Nous en appelons à votre sens du respect et de l’imagination », conclut le communiqué.

Ceci vous intéressera aussi
Anaïs Voy-Gillis : « On ne relocalise pas pour relocaliser »

La désindustrialisation est un fait en France. On ne conteste pas ce constat. Les raisons sont quant à elles plus Lire l'article

[Replay] Revoir les échanges du forum national industriel Reconstruire

Le Trois est partenaire du forum national Reconstuire une industrie française souveraine et responsable, ce mercredi 20 octobre à Belfort. Lire l'article

À Belfort, Arnaud Montebourg milite pour un Made in France XXL

À l’occasion du forum Reconstruire, qui promeut une industrie française souveraine et responsable, ce mercredi à Belfort, le candidat à Lire l'article

Le collectif Reconstruire formule 10 propositions pour rebâtir l’industrie française

À Belfort, le forum Reconstruire une industrie française souveraine et responsable s’est tenu ce mercredi 20 octobre. Il est porté Lire l'article

Défilement vers le haut