Ballon d’Alsace : l’oeuvre de Saype survolée par la Patrouille de France pour le centenaire

Pour les 100 ans du Territoire de Belfort, l’artiste Saype a inauguré ce vendredi une œuvre monumentale de land art au sommet du Ballon d’Alsace. Au même moment, la Patrouille de France s’est élancée dans les airs pour un hommage au centenaire

Pour les 100 ans du Territoire de Belfort, l’artiste Saype a inauguré ce vendredi une œuvre monumentale de land art au sommet du Ballon d’Alsace. Au même moment, la Patrouille de France s’est élancée dans les airs pour un hommage au centenaire.

Il faisait gris, sur le sommet du Ballon d’Alsace ce vendredi matin. Depuis la maison du Tourisme, de nombreux marcheurs pressent le pas pour se rendre à la statue de la Vierge, afin d’admirer deux œuvres monumentales. Celle de Saype, artiste belfortain de land-art, désormais mondialement connu, qui a réalisé une peinture géante dans l’herbe. Et celle, dans les airs, de la patrouille de France, qui s’apprête à laisser derrière elle ses fumées bleu-blanc-rouge.

« Je suis né à Belfort en 1989. Depuis, j’ai eu de la chance de travailler partout dans le monde. Mais c’est ici (au Ballon d’Alsace) que j’ai appris à skier, que j’ai fait de la rando avec mes potes. C’est un endroit emblématique pour moi », raconte Saype, un peu ému, présent déjà depuis plusieurs jours au sommet du Ballon pour réaliser son œuvre, composée avec de la peinture biodégradable composée de charbon de bois et de craie. 

En fond, on distingue l'oeuvre, au sol, sous forme de tâches grises et noires. © Jean-François Lamy

Pour entrevoir son œuvre, il faut crapahuter une bonne dizaine de minutes depuis la maison du Tourisme. Du sol, difficile de la distinguer. Des formes noires et grises se perçoivent dans l’herbe. Il faut monter encore plus haut, pour visualiser la création dans son ensemble. Et c’est chose faite pour la Patrouille de France, qui quelques minutes plus tard à peine,  passe au-dessus de nombreuses têtes émerveillées. « Je reviens 40 ans en arrière, c’est beau ! », crie une femme à la vision des huit avions. Une fumée bleu-blanc-rouge envahit le ciel. Finalement, c’est eux qui ont eu la meilleure vue sur l’œuvre de l’artiste Belfortain. 

Une création symbolique

Après le très attendu passage de la patrouille de France, Saype raconte, en aparté: « Je n’ai pas l’habitude de travailler sur commande. D’habitude, je travaille de manière autonome. Sur cette œuvre, j’ai dû beaucoup réfléchir pour réussir à avoir le bon mélange entre travail autonome et respect de l’événement en jouant avec les symboles.» 

Ces symboles : un enfant, qui représente l’avenir, la naïveté. Un TGV, en référence à Alstom. Une guitare, « pour la richesse culturelle incroyable du département avec le Fimu, les Eurockéennes, la fête de la musique.» Des plots, pour symboliser les fortifications Vauban. Mais aussi le casque adrian, référence moins connue, construit pendant la 1ère guerre mondiale par les usines Jappy à Beaucourt.

À la louche, l’artiste estime que l’œuvre mesure 5 000 m2. « J’ai travaillé dessus pendant un an, pour la conceptualiser, trouver l’œuvre qui interagissait le mieux avec le lieu. Ensuite, sur place, il a fallu trois jours de boulot plein de peinture et 3 jours de photo-shooting ». Pour la voir : il faut y aller dans les dix jours, estime l’artiste, avec un temps qui oscille entre soleil et pluie et qui fera repousser l’herbe rapidement. 

[ En images ]

Photos prises par l’équipe de production de l’artiste Saype

Ceci vous intéressera aussi
Depuis Plancher-Bas, Romain Chatton s’organise pour traverser l’Atlantique en voilier

Romain Chatton, 52 ans, vit à Plancher-Bas. En 2017, après un infarctus, il se lance le défi de traverser l’Atlantique Lire l’article

L’international malien Yatabaré (Sochaux) incarcéré à Besançon

L'international malien de Sochaux (L2) Sambou Yatabaré a été incarcéré après une condamnation à de la prison ferme dans une Lire l’article

L’hôpital Nord Franche-Comté parvient à maintenir le service du Samu en journée

L’une des deux lignes de la structure mobile d’urgence et de réanimation (Smur) de l’hôpital Nord Franche-Comté était menacée de Lire l’article

FCSM : Charles Demouge dénonce des comportements de « voyous »

Il n’était pas à l’ordre du jour, mais le sujet du transfert du centre de formation et d’entraînement du FCSM Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal