Audincourt : après les violences urbaines, une lettre au ministre de l’Intérieur

Marie-Claude Gallard, maire d’Audincourt, et Martial Bourquin, sénateur du Doubs, interpellent dans un courrier Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, pour avoir plus d’effectif de policiers à la suite des violences urbaines observées ce week-end à Audincourt.

Marie-Claude Gallard, maire d’Audincourt, et Martial Bourquin, sénateur du Doubs, interpellent dans un courrier Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, pour avoir plus de policiers à la suite des violences urbaines observées ce week-end à Audincourt.

« Le week-end du 14-Juillet, le quartier des Champs-Montants (QPV) à Audincourt s’est transformé en terrain de guérilla urbaine. » Ce sont des cris de désarrois. De ras-le-bol devant une situation qui leur échappe. Marie-Claude Gallard, maire d’Audincourt, et Martial Bourquin, sénateur du Doubs, adressent une lettre au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, à la suite de l’épisode de violence observé ce week-end dans des quartiers d’Audincourt. Des barrages ont été édifiés. Des voitures ont été brûlées. Et des bâtiments publics, une halte-garderie et le centre social Saint-Exupéry, ont été incendiés. Et un policier a été blessé. « C’est intolérable », dénoncent les deux élus. « Avec l’incendie de la halte-garderie, ce sont plusieurs familles qui sont privées d’un service pendant plusieurs semaines », déplore Martial Bourquin, joint par téléphone.

Les élus déplorent l’abandon des quartiers. Et l’impunité qui s’y développe. « Les effectifs de police ne sont en effet plus en nombre suffisant pour assurer la paix civile dans nos quartiers, dans nos villes », regrettent-ils, précisant qu’ils alertent depuis plusieurs mois sur des violences urbaines (rodéos, voitures incendiées, projectiles lancés sur les forces de l’ordre et les pompiers). Plus loin, ils notent : « Sur notre territoire, nous ressentons un contraste de plus en plus criant entre les moyens très importants déployés dans certains endroits ou sur certaines missions et ceux trop faibles dédiés à nos quartiers. »

Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, s’est rendu ce lundi à Audincourt, pour constater les dégâts. Il s’était déjà exprimé sur les réseaux sociaux, le 14 juillet au matin, à la suite de la nuit de violence (lire ci-dessous).

Couvre-feu

Marie-Claude Gallard et Martial Bourquin estiment qu’il manque une trentaine de policiers dans la circonscription du commissariat de Montbéliard, dont dépend également Héricourt. « Audincourt et le pays de Montbéliard se sentent abandonnés, poursuivent-ils. Sentiment renforcé par l’absence de la nomination d’un sous-préfet, suite au décès il y a deux mois de Jackie Leroux-Heurtaux, sous-préfet de Montbéliard. »

Dans la lettre, les deux élus disent attendre l’envoi de forces de police exceptionnelles, pour mettre en place un couvre-feu, qui concerne les enfants de moins de 14 ans, après 22 h, apprend-t-on auprès de France bleu Belfort-Montbéliard. Les deux élus attendent du ministre la mise en place, enfin, d’un groupe local de traitement de la délinquance. « Nous avons besoin d’un couple police justice qui fonctionne ensemble », remarquent-ils.

« Où qu’ils vivent, les Français ont tous droit au même niveau de sécurité. C’est là l’un des droits fondamentaux que la République se doit de garantir », écrivent-ils en conclusion.