Audincourt : après le décès du jeune Mehdi, plus jamais ça

Une marche blanche pour soutenir la famille, se remémorer et alarmer. À l’approche des beaux jours, le décès du jeune Mehdi, 14 ans, la semaine dernière, après un accident de scooter, a soulevé des inquiétudes concernant la pratique du deux-roues chez les jeunes générations. 

Une marche blanche pour soutenir la famille, se remémorer et alarmer. À l’approche des beaux jours, le décès du jeune Mehdi, 14 ans, la semaine dernière, après un accident de scooter, a soulevé des inquiétudes concernant la pratique du deux-roues chez les jeunes générations. Avec un seul mot d’ordre : plus jamais ça. 

Les mots manquent à chacun, ce vendredi matin, à Audincourt, quartier des Champs-Montant. Les visages sont graves. Les larmes coulent sur les joues. Quand la parole se libère, les tremolos prennent le dessus. Le mardi 29 mars, un jeune de 14 ans, Mehdi, tombe d’un scooter et se blesse grièvement. Transporté à Besançon en hélicoptère, il succombe à ses blessures 15 jours plus tard. Ce vendredi matin, c’était le moment de lui rendre hommage, d’apporter du soutien à la famille, partie en Algérie pour l’enterrement, lors d’une marche blanche organisée par la MJC Saint-Exupéry d’Audincourt.

Ils étaient une centaine à s’être réunis. Ses jeunes amis étaient nombreux, pour porter une longue banderole en son hommage où était inscrit : « Repose en paix Mehdi : Ensemble pour que cela n’arrive plus ». Ses amis proches, des connaissances de collège, des professeurs, des amis de la famille, des membres de la MJC et de la mairie, dont le maire socialiste Martial Bourquin. Tous, ont retracé le chemin qu’à fait Mehdi en scooter ce jour-là. « C’était la première fois qu’il montait sur un scooter, qu’un copain lui avait prêté. Il a paniqué en voyant une voiture et a heurté le trottoir avant de tomber », explique la directrice de la MJC Saint-Exupéry, Aurélie Vrignaud Kakudji.

Solennellement, tout le monde s’est dirigé vers le lieu de l’accident, avant de prendre la parole. Une parole difficile, mais nécessaire. Le maire d’Audincourt a exposé : « Le décès d’un jeune n’est pas dans l’ordre des choses. C’était un jeune garçon qui soulevait l’amitié. À Audincourt, nous avons eu de nombreuses victimes d’accident de la route. Alors, pour Medhi, plus jamais ça.» Un leitmotiv repris par toutes les personnes qui ont pris la parole, une cousine du jeune garçon, une maman du quartier. Prévenir : l’essence de cette marche était aussi là, à l’aube des beaux jours. Avec l’envie de faire comprendre aux jeunes qu’un accident arrive vite, et qu’il faut faire attention. « Cela peut arriver à tout le monde. Mehdi était un jeune garçon très calme. Nous espérons que cela aidera à faire prendre conscience aux jeunes des dangers de la route pour que l’on ne perde plus jamais personne », a expliqué, très émue, la directrice de la MJC. 

Ceci vous intéressera aussi
Audincourt : des renforts de police après des violences urbaines
Le commissariat de police de Belfort va accueillir 5 policiers supplémentaires dans ses effectifs.

La préfecture du Doubs a annoncé vendredi le déploiement de renforts de police à Audincourt où des épisodes de violences Lire l'article

Audincourt : le Moloco engage des actions culturelles sur le chansigne

Le 26 novembre, le groupe The Moorings, groupe de rock celtique, va donner un concert au Moloco entièrement chansigné. Cette Lire l'article

Le retour des concerts debout entre optimisme et méfiance face au passe vaccinal

Lors d’une conférence de presse ce jeudi, le premier ministre a annoncé le retour des concerts debout le 16 février. Lire l'article

Les violences urbaines ternissent l’horizon des cités du pays de Montbéliard

Le pays de Montbéliard (Doubs) a longtemps bénéficié de l'industrie automobile, mais dans ses quartiers populaires désormais marqués par la Lire l'article

Défilement vers le haut