Alstom et Engie s’allient pour développer le fret ferroviaire à l’hydrogène

Alstom et Engie ont annoncé mercredi la signature d’un partenariat pour développer de puissantes locomotives de fret propulsées par une pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène.

(AFP)

Alstom et Engie ont annoncé mercredi la signature d’un partenariat pour développer de puissantes locomotives de fret propulsées par une pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène.

Le constructeur ferroviaire Alstom « conçoit une solution hydrogène à partir d’un système de piles à combustible de forte puissance pouvant alimenter des locomotives électriques dans des secteurs non électrifiés », ont indiqué les deux groupes dans un communiqué. L’énergéticien Engie doit fournir de son côté l’hydrogène renouvelable pour alimenter ces locomotives chargées de tirer des trains de 2 000 tonnes.

Alstom commercialise déjà des trains de passagers à hydrogène : 41 rames ont été commandées par deux Länder allemands et des expérimentations ont eu lieu en Autriche, aux Pays-Bas (avec Engie), en Pologne, en Suède et en France. « L’idée est d’optimiser l’utilisation des locomotives électriques existantes, et quelque part de tuer le diesel, évitant de consommer des millions de litres par an pour le fret », a déclaré à l’AFP Raphaël Bernardelli, vice-président d’Alstom. « Il y une volonté de doubler la part du ferroviaire: il faut accompagner ça par une décarbonation totale », a-t-il souligné.

Avec quelques centaines de kilomètres d’autonomie, les piles à combustible auront pour mission de remplacer le diesel sur les voies non électrifiées, soit 15 à 20 % d’un trajet selon les études d’Alstom et de ses partenaires. L’entreprise vise une mise en service pour la fin de l’année 2025, alors que la SNCF promet la fin du diesel pour 2035, et la Deutsche Bahn pour 2040. Des opérateurs nord-américains et australien travaillent également sur des solutions semblables pour le fret. Le développement de cette solution sera principalement confié à des sites français, tels Belfort, Tarbes ou Aix-en-Provence.

Alstom fait partie des 15 industriels présélectionnés par le gouvernement français pour bénéficier d’une aide publique au titre des programmes européens PIIEC de soutien aux technologies de rupture (comme l’hydrogène) et à la recherche. Engie compte de son côté sur cette nouvelle application pour renforcer la place de hydrogène dans les transports lourds, qu’il développe par exemple avec les camions du secteur minier. « On a mis en place des capacités renouvelables importantes. Demain, la demande va être tirée par les usages de façon plus importante et corrélée », a souligné Sébastien Arbola, directeur général adjoint d’Engie chargé des activités de production thermique, hydrogène et de fourniture d’énergie.

Ceci vous intéressera aussi
Alstom : la fabrication à Belfort du TGV du futur n’efface pas les doutes [analyse]
Belfort va assembler les motrices du TGV du futur, mais des doutes persistent sur la pérennité du site.

L’assemblage des motrices du TGV du futur sera fait à Belfort. Une nouvelle rassurante, mais loin d’être suffisante pour dépasser Lire l'article

David Journet : « Poursuivre le développement du site » d’Alstom Belfort

Alstom a publié ce mercredi un communiqué de presse officialisant la nomination de David Journet à la tête de l’usine Lire l'article

Alstom : activité solide, mais exercice en perte

Le constructeur ferroviaire Alstom a publié mercredi de bons chiffres de ventes et des commandes record sur son exercice décalé Lire l'article

Didier Vallverdu : « J’ai toujours fait preuve d’une loyauté absolue »

Puni par le parti Les Républicains à la suite de sa candidature dissidente, Didier Vallverdu répond aux reproches formulées par Lire l'article

Défilement vers le haut