Alstom : activité solide, mais exercice en perte

Le constructeur ferroviaire Alstom a publié mercredi de bons chiffres de ventes et des commandes record sur son exercice décalé 2021/22 (clos fin mars), mais a fini l’année dans le rouge en raison d’éléments comptables exceptionnels.

(AFP)

Le constructeur ferroviaire Alstom a publié mercredi de bons chiffres de ventes et des commandes record sur son exercice décalé 2021/22 (clos fin mars), mais a fini l’année dans le rouge en raison d’éléments comptables exceptionnels.

Atteignant 15,5 milliards d’euros, le chiffre d’affaires annuel est en hausse de 11% par rapport aux ventes combinées sur l’exercice précédent d’Alstom et de Bombardier Transport, acheté début 2021. Les prises de commandes ont parallèlement bondi de 33 %, à 19,3 milliards d’euros. Le carnet de commandes s’est étoffé de 9 % pour atteindre le niveau record de 81 milliards au 31 mars.

Le PDG Henri Poupart-Lafarge a salué « une très bonne année ». Les résultats « sont totalement en ligne avec nos objectifs, tant en termes de performance financière qu’opérationnelle », s’est-il félicité. Alstom a pourtant dû passer une dépréciation de 441 millions d’euros correspondant à la valeur comptable de sa participation dans le constructeur ferroviaire russe Transmashholding, dont il détient 20 % du capital. « C’est une participation financière (…), qui n’a plus de pendant opérationnel depuis quelque temps », a indiqué le PDG à des journalistes. « Rien n’est exclu » quant à une éventuelle cession de cette participation, a-t-il dit. « Nous ne sommes pas acculés, on verra ! »

Cette dépréciation et d’autres charges exceptionnelles, liées à l’intégration de Bombardier Transport, se sont traduites par une perte nette de 581 millions d’euros sur l’exercice, contre un résultat positif de 247 millions lors de l’exercice précédent. Henri Poupart-Lafarge a néanmoins confirmé ses perspectives optimistes présentées en juillet 2021, estimant que Bombardier devrait être pleinement digéré dans trois ans, ce qui se traduira notamment par une amélioration de la rentabilité.

Ceci vous intéressera aussi
Alstom : la fabrication à Belfort du TGV du futur n’efface pas les doutes [analyse]
Belfort va assembler les motrices du TGV du futur, mais des doutes persistent sur la pérennité du site.

L’assemblage des motrices du TGV du futur sera fait à Belfort. Une nouvelle rassurante, mais loin d’être suffisante pour dépasser Lire l'article

David Journet : « Poursuivre le développement du site » d’Alstom Belfort

Alstom a publié ce mercredi un communiqué de presse officialisant la nomination de David Journet à la tête de l’usine Lire l'article

Alstom et Engie s’allient pour développer le fret ferroviaire à l’hydrogène

Alstom et Engie ont annoncé mercredi la signature d'un partenariat pour développer de puissantes locomotives de fret propulsées par une Lire l'article

Samia Jaber : « J’ai fait un acte fort, j’attends le retour »

Samia Jaber a décidé de retirer sa candidature aux élections législatives, dans la 2nd circonscription du Territoire de Belfort. Elle Lire l'article

Défilement vers le haut