À Valdoie, Biocoop parie sur le développement du vrac

Les magasins Biocoop de Valdoie et de Belfort sont portés par une société coopérative de consommateurs créée en 1987, Le Grenier Vert. Après quelques années délicates, la coopérative repart de l’avant. Le magasin de Valdoie vient de se refaire un lifting, au cours duquel il a renforcé son offre de vrac.

 

Les magasins Biocoop de Valdoie et de Belfort sont portés par une société coopérative de consommateurs créée en 1987, Le Grenier Vert. Après quelques années délicates, la coopérative repart de l’avant. Le magasin de Valdoie vient de se refaire un lifting, au cours duquel il a renforcé son offre de vrac.

+ 13,4 %. C’est l’augmentation, entre 2018 et 2019, de la valeur des achats de produits alimentaires issus de l’agriculture biologique en France. En 2019, le chiffre d’affaires de cette catégorie de produits s’élève à 11,9 milliards d’euros. Ce chiffre d’affaires du marché alimentaire bio n’était que de 6,4 milliards d’euros en 2015. Et dorénavant, plus de 6 % de la consommation alimentaire des ménages est consacrée aux produits bio indique l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique. Cette tendance a été renforcée pendant le confinement estime Michèle Gauthier, présidente du conseil d’administration du Grenier Vert, qui gère les deux magasins Biocoop de l’agglomération belfortaine, à Valdoie et Belfort. « Il y a une demande », confirme-t-elle. Et elle s’observe aussi à Belfort. Le Grenier vert enregistre une augmentation de son chiffre d’affaires de 8,9 % entre 2018 et 2019.

Dans cette dynamique, la coopérative, forte de plus de 5 000 sociétaires, a décidé de rénover son magasin de Valdoie (chauffage, isolation, éclairage) et de renforcer son offre de vrac. Elle passe de 115 à 220 références, en doublant notamment le nombre de silos où l’on trouve les fruits secs, les céréales, les légumineuses, du café, les graines ou encore du riz et des biscuits. On propose même du miel en vrac. Le Grenier vert accompagne ainsi une tendance forte.

Selon le Réseau Vrac, en 2019, ce marché a dépassé pour la première fois la barre du milliard d’euros de chiffre d’affaires, s’établissant à 1,2 milliard d’euros et enregistrant une croissance de 41 % entre 2018 et 2019. Et selon le cabinet Nielsen, 40 % des Français déclarent acheter en vrac. Cette dynamique du vrac s’inscrit aussi dans un esprit « zéro déchet » promue par la coopérative. Deux journées d’animations (lire par ailleurs) seront consacrées justement à cette dynamique, « pour parler du bio de façon concrète et du 0 déchet », précise Evelyne Petit, administratrice de la coopérative. Avec une dynamique autour du « faire soi-même » poursuit-elle (programme ci-dessous).

PUB

Plus de produits locaux

En parallèle, le Grenier vert souhaite intensifier son offre issue d’une production locale. Aujourd’hui, 15 % de ses produits viennent de producteurs locaux, installés dans un rayon de moins de 150 kilomètres. Cela représente 60 producteurs, dont 12 sont installés dans le Territoire de Belfort, comme un producteur de farines, des maraîchers, mais aussi un producteur de fromages de chèvre et un producteur de charcuterie. « Bientôt, nous aurons des pâtes faites à Giromagny », se réjouit Sébastien Dabsalmont, le directeur. Le renforcement de cette offre locale se fait beaucoup par le bouche-à-oreille, mais aussi par le réseau des producteurs. « Je me promène aussi sur les marchés », sourit le directeur. C’est en faisant un marché du soir qu’il a justement rencontré une nouvelle productrice de miel.

L’autre part des produits des deux magasins est achetée aux plateformes du réseau Biocoop, qui s’appuie notamment sur un réseau de vingt groupements de producteurs, en respectant les préceptes du commerce équitable, qu’il soit nord-sud ou nord-nord. Et le transport ne se fait pas par avion lorsque l’on importe des produits assure Michèle Gauthier, qui insiste sur les dynamiques de la coopérative : la satisfaction du consommateur ; la satisfaction du producteur ; un producteur si possible local ; un producteur bien payé ; et une cohérence dans l’offre, notamment avec des produits de saison.

0
Le nombre de salariés du Grenier vert, répartis sur les deux magasins de Valdoie et Belfort.

Dès le 28 octobre, Biocoop propose à Valdoie un dispositif Click ans Collect (commande depuis www.bio.coop) permettant d’acheter 3 800 produits emballés ou en vrac du magasin de Valdoie et de payer en ligne. Les fruits et légumes seront disponibles à terme. Le retrait se fera en magasin, à Valdoie. « Pendant le confinement, on a proposé de préparer des caddies à la suite de commandes par téléphone et par mail, raconte Michèle Gauthier. Au vue de cette expérience, on s’est inscrit dans ce développement proposé par Biocoop. » Après plusieurs années délicates, « la coopérative se redresse », confirme Michèle Gauthier. Et il y a une volonté de se développer.

  • Vendredi 23 et samedi 24 octobre : deux journées d’animations au magasin Biocoop de Valdoie.

Ceci vous intéressera aussi
Valdoie : Michel Zumkeller et Corinne Coudereau démissionnent du conseil municipal
Michel Zumkeller et Corinne Coudereau démissionnent du conseil municipal de Valdoie.

Le député Michel Zumkeller (UDI) et Corinne Coudereau (UDI), élus d’opposition, ont démissionné du conseil municipal de Valdoie. Le recours Lire l'article

Valdoie : la gestion de la Villa des Sapins transférée à l’ASEA
La MECS Villa des Sapins, à Valdoie, a été placée sous administration provisoire

La MECS La Villa des Sapins est située à Valdoie. | ©Google Street view Le conseil départemental du Territoire de Lire l'article

Bernard Bensaid : « Nous offrons la bonne solution »
Bernard Bensaid, président et fondateur de Doctegestio.

Le président et fondateur de Doctegestio, un groupe qui rayonne dans l’univers de la santé, du médico-social, mais aussi de Lire l'article

Florian Bouquet : « Il a été notifié à Servir le transfert des activités de La Rosemontoise »

Le 7 novembre, l’association Servir n’aura plus la gestion de l’Ehpad de La Rosemontoise, à Valdoie. Celle-ci vient de lui Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut