A nouveau des montres françaises majoritairement produites en Franche-Comté

Un jeune entrepreneur lance une marque de montres dont 86 % des composants sont fabriqués en France dans treize entreprises françaises. Sept d’entre elles sont franc-comtoises.

Les premières montres certifiées Origine France Garantie, fabriquées pour l’essentiel en Franche-Comté, berceau historique de l’horlogerie française, seront commercialisées début septembre sous la marque Routine, selon leur créateur, Florian Chosson.
La marque était présentée en avant-première ce mercredi 29 août à Besançon où le « Musée du temps » rappelle cette tradition incarnée autrefois par Lip.
Ingénieur, Florian Chosson, 28 ans, entend « rebâtir une filière horlogère françaises ». 86 % des composants des montres à quartz Routine sont fabriqués par treize entreprises françaises, dont sept sont installées en Franche-Comté, souligne-t-il.
Un quatorzième fournisseur qui apporte les éléments du mouvement a son siège en Suisse, aux Brenets, juste à la frontière avec le Doubs, et les verres sont importés d’Allemagne.
Le label « Origine France Garantie » avait été lancé en 2011 par Yves Jégo, ancien député UDI-Agir-Indépendants et natif de Besançon, pour promouvoir le made in France.

« 95% du prix des montres irrigue l’économie française »

Deux modèles, assemblés à Sancey (Doubs), seront mis en vente le 4 septembre via la plateforme de financement collaboratif Ulule, à 295 € et 345 €, pour des livraisons prévues avant Noël. Une cocarde bleu blanc rouge trône fièrement en leur centre.
Les mouvements, achetés « en pièces détachées, sont assemblés en France », souligne le jeune entrepreneur. Sans aucune force marketing, son projet a permis de relancer la fabrication de cadrans à Morteau (Doubs) et de fermoirs à boucle déployée à Villard-Saint-Sauveur (Jura). « 95 % du prix des montres irrigue l’économie française », bien au-delà des 50 % du prix de revient exigés par la certification Origine France Garantie, se félicite Florian Chosson.
« Aujourd’hui, on est à 86% de composants français, mais ce n’est qu’un début », ajoute-t-il, visant les 100 % d’ici à cinq ans. L’entreprise basée à Romans (Drôme), prévoit la production de 300 montres en octobre et novembre.
Selon le président de la chambre de commerce et d’industrie du Doubs, Dominique Roy, une cinquantaine d’entreprises horlogères emploient « plus de 2 000 salariés à Besançon » auxquels s’ajoutent « les 13 000 frontaliers doubiens qui travaillent dans l’horlogerie en Suisse ».

(AFP)

Ceci vous intéressera aussi
Nord Franche-Comté : qu’ont voté les députés sur la constitutionnalisation du droit à l’avortement ?

3 votes pour. 2 votes contre. Dans le nord Franche-Comté, les élus de gauche et de droite se sont unis Lire l’article

Le fonds Maugis a fléché 37 millions d’euros vers 15 entreprises

Les membres du fonds Maugis ont visité des entreprises ayant bénéficié de l’accompagnement. Et de se rendre compte, sur le Lire l’article

L’hôpital Nord Franche-Comté s’équipe de huit nouveaux postes d’hémodialyse

L’hôpital Nord Franche-Comté a investi dans huit nouveaux postes d’hémodialyses. Un investissement chiffré à environ 650 000 euros pour faire Lire l’article

Malsaucy : 8 tonnes de poissons sains repêchés lors de la vidange

Un virus qui atteint les carpes Koï a nécessité, lors de la vidange du Malsaucy, un protocole spécifique pour l'éradiquer Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal