À Fessenheim, Novarhena gaspille un demi-million d’euros avant de se saborder 

Ce devait être la locomotive de la reconversion du territoire de Fessenheim (Haut-Rhin), c'est devenu un fiasco: la société Novarhena, créée à l'initiative des pouvoirs publics, s'est autodissoute vendredi, sans avoir mené un seul projet mais en ayant gaspillé un demi-million d'euros.
La société Novarhena devait permettre de développer l'activité sur le territoire de Fessenheim. | ©CC BY-SA 3.0

Par Antoine Pollez de l’AFP

Ce devait être la locomotive de la reconversion du territoire de Fessenheim (Haut-Rhin), c'est devenu un fiasco: la société Novarhena, créée à l'initiative des pouvoirs publics, s'est autodissoute vendredi, sans avoir mené un seul projet mais en ayant gaspillé un demi-million d'euros.

Février 2019: deux ans après la décision présidentielle de fermer la plus ancienne centrale nucléaire du pays, « un projet de territoire » est signé en grande pompe en présence du ministre de la Transition écologique, François de Rugy, des collectivités locales et même de certaines autorités allemandes. Tous affirment une ambition commune: développer l’activité pour faire du territoire de Fessenheim la « référence à l’échelle européenne en matière d’économie bas carbone », et compenser la perte des 2.000 emplois, directs et indirects, qu’engendre l’arrêt des deux réacteurs nucléaires.

Pour y parvenir, et conformément à la décision de Sébastien Lecornu, l’ex-secrétaire d’Etat à l’Ecologie, une société d’économie mixte (SEM) sera créée: une société privée dont le capital est majoritairement détenu par des organismes publics. Baptisée Novarhena, elle aura pour mission « de conduire les projets d’aménagement et de développement économique » et de « mettre en oeuvre concrètement » les 40 actions présentées dans le projet de territoire. La première de ces actions, et l’objectif principal de la SEM Novarhena, est l’aménagement d’un nouveau parc d’activité, baptisé EcoRhena, qui doit « attirer des entreprises créatrices d’emploi », « sur une superficie potentielle de 220 hectares », le long du Grand Canal d’Alsace, parallèle au Rhin. Mais dès 2020, la surface de la future zone est divisée par quatre.

En raison de « réservoirs de biodiversité » et de « corridors écologiques », le périmètre dédié à l’accueil des entreprises passe de 220 à 56 hectares. A l’époque, les élus locaux s’indignent de voir que l’Etat n’accorde aucune dérogation aux règles environnementales pour favoriser la reprise économique locale. « Avec la fermeture de la centrale, on espérait un regard bienveillant de l’Etat pour aménager cette zone, mais on ne nous a pas fait de cadeaux », regrette le maire de Fessenheim, Claude Brender.

Rien de concret

Avril 2021: la société Novarhena est finalement créée, dotée d’un million d’euros de capital, dont 80% d’argent public, apporté par la Région Grand-Est, la Caisse des dépôts, le Département, EDF, la Chambre de commerce et l’Agglomération de Mulhouse. Les 20% restants proviennent de banques françaises et de collectivités allemandes.

Un an et demi plus tard, Novarhena ne compte aucune réalisation à son actif. « Rien de concret », concède Lara Million, conseillère départementale et régionale, propulsée malgré elle présidente de cette société fin 2021. Novarhena a cependant dépensé près de la moitié de son capital, soit 480.000 euros, en frais de fonctionnement. « C’est à 70% environ le salaire du directeur général », Xavier Marques, admet Lara Million. Le recrutement, pour 5.500 euros net mensuels, de cet ancien directeur marketing chez Adidas, et ex-dirigeant de Pataugas (chaussures), avait pourtant fait tiquer certains responsables. « Il a sans doute des compétences, mais en termes d’aménagement… Est-ce qu’il sait ce qu’est une concession d’aménagement ? Ça ne met pas en confiance », souligne une source proche du dossier. Xavier Marques n’a pas souhaité répondre aux questions de l’AFP. Consciente du gâchis, Lara Million découvre aussi que, pour 56 hectares et non 220, les élus locaux n’ont pas l’intention de faire appel à une société pour aménager la zone. « Dès que j’ai compris l’issue, j’ai informé les partenaires, nous avons décidé de dissoudre la SEM » Novarhena, explique-t-elle. Et la société a été dissoute vendredi matin, lors d’une assemblée générale extraordinaire. 

Chantage du gouvernement

Localement, ce fiasco irrite. « Quand la SEM a été créée, on savait déjà qu’il n’y aurait qu’une soixantaine d’hectares à aménager », pointe le député local, Raphaël Schellenberger (LR). « Il y a ce chantage du gouvernement de dire: c’est l’outil de la requalification de Fessenheim, on s’est engagé, il faut le faire.

Tout dans l’histoire de Fessenheim est du même ordre: on s’est engagé ? Il faut le faire. On s’est engagé à fermer (la centrale) ? Il faut fermer. On s’est engagé à créer une SEM ? Il faut la créer. Est-ce que ça a du sens ? Là n’est pas la question », analyse-t-il. Seule source de satisfaction pour le territoire: même réduite, la zone d’activité EcoRhena va bientôt voir le jour.

Signe de la qualité du travail préparatoire accompli par les élus locaux en lien avec les services déconcentrés de l’Etat, l’autorisation environnementale accordée par le préfet, indispensable pour entamer les travaux, n’a pas été attaquée par les associations écologistes. Sur place, les fouilles préventives et les premières opérations de défrichage ont débuté. « Je suis optimiste, nous avons des contacts avec des entreprises » intéressées, précise Gérard Hug, président de la communauté de communes Pays Rhin-Brisach, qui comprend Fessenheim. « Nous n’avons jamais été aussi proches des bonnes nouvelles. » 

Ceci vous intéressera aussi
Nord Franche-Comté : qu’ont voté les députés sur la constitutionnalisation du droit à l’avortement ?

3 votes pour. 2 votes contre. Dans le nord Franche-Comté, les élus de gauche et de droite se sont unis Lire l’article

Le fonds Maugis a fléché 37 millions d’euros vers 15 entreprises

Les membres du fonds Maugis ont visité des entreprises ayant bénéficié de l’accompagnement. Et de se rendre compte, sur le Lire l’article

L’hôpital Nord Franche-Comté s’équipe de huit nouveaux postes d’hémodialyse

L’hôpital Nord Franche-Comté a investi dans huit nouveaux postes d’hémodialyses. Un investissement chiffré à environ 650 000 euros pour faire Lire l’article

Malsaucy : 8 tonnes de poissons sains repêchés lors de la vidange

Un virus qui atteint les carpes Koï a nécessité, lors de la vidange du Malsaucy, un protocole spécifique pour l'éradiquer Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal