5 nouveaux policiers attendus au commissariat de Belfort

Le commissariat de police de Belfort va accueillir 5 policiers supplémentaires dans ses effectifs.

Dans la foulée des annonces d’Emmanuel Macron dans Le Figaro, 5 arrivées de policiers sont confirmées au commissariat de Belfort, en 2021, vraisemblablement après l’été.

Dans la foulée des annonces d’Emmanuel Macron dans Le Figaro, cinq arrivées de policiers sont confirmées au commissariat de Belfort, en 2021, vraisemblablement après l’été.

Un an avant l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a occupé le terrain de la sécurité, ce lundi 19 avril, lors d’une visite à Montpellier. La veille au soir, le président de la République avait accordé une longue interview au Figaro sur ces questions. Le quotidien dévoilait notamment le renforcement des effectifs de la police et de la gendarmerie et présentait les affectations selon les circonscriptions. Le président de la République promet de tenir son engagement de créer 10 000 postes de policiers pendant son quinquennat. Selon le chef de l’État, relayé par Le Monde, 6 214 postes ont déjà été créés. « Chaque Français verra plus de bleu sur le terrain en 2022 qu’en 2017. Ça rassure les gens, ça dissuade les délinquants », précise Emmanuel Macron dans son entretien au Figaro.

Dans le Territoire de Belfort, ce sont cinq créations de poste qui sont validées. Mais cinq créations « nettes », relève Jean-Marie Girier, préfet du Territoire de Belfort, en visite au commissariat de la cité du Lion, ce mardi. C’est-à-dire que si l’on enregistre cinq départs, dix arrivées doivent être enregistrées. Jean-Marie Girier a rappelé que depuis le mois de septembre, on a enregistré l’arrivée de quatorze policiers et de deux adjoints de sécurité, mais aussi l’arrivée de nouveaux équipements, notamment des véhicules. « C’est un signal fort envoyé à celles et ceux qui sont quotidiennement sur le terrain », insiste Jean-Marie Girier, qui n’hésite pas à glisser que ces investissements « réparent » des années de vache maigre.  Ces effectifs seront tournés « vers le terrain », garantit le commissaire-divisionnaire Thomas Kieffer, directeur départemental de la sécurité publique. « La voie publique est le cœur du métier », abonde Jean-Marie Girier.

Ces nouveaux policiers doivent arriver après l’été. 43 nouveaux postes sont également annoncés dans la circonscription de Besançon annonce la préfecture du Doubs. Aucun renfort n’a été annoncé au commissariat de Montbéliard, où 8 nouveaux policiers ont été affectés à la suite de la visite de Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, au mois de février (notre article).

La lutte contre les stupéfiants

C’est l’objectif numéro 1 : la lutte contre les stupéfiants. « C’est la mère des bataille », insiste Jean-Marie Girier. Depuis septembre, 40 dealers ont été interpellés, 200 consommateurs verbalisés, 162 kg de résine de cannabis ont été saisis, 451 kilos d’herbe et 1,5 kilos de cocaïne. Les opérations sont multipliées. Le message est martelé. C’est un « signal » envoyé à la population précise le préfet, qui évoque « un enjeu de confiance ».

« Encourageant mais pas suffisant »

Cette nouvelle est accueillie avec « enthousiasme », confie la capitaine Fadila Bouaraara, du syndicat Synergies officiers. « Ce qui est important est toutefois de réfléchir en termes de mission », poursuit l’officier du commissariat de Belfort, qui alerte sur des missions qui sont parfois assumées par la police, mais qui ne sont pas des missions de police. La volonté du directeur d’affecter les recrues à des postes « opérationnels » semble aller en ce sens. « C’est encourageant mais pas suffisant », relève pour sa part le délégué départemental du syndicat Alliance, Sébastien Garcia. Et de citer les services avec des effectifs en souffrance : police secours ; le judiciaire ; les renseignements. « On ne peut pas être exigeant d’un côté et ne pas mettre les moyens nécessaires de l’autre. Ce sont des principes qui entrent en contradiction », poursuit-il. « La police nationale a besoin de forces vives car elle se doit d’être performante pour l’équilibre de la société et la protection des citoyens. Ce n’est pas négociable », appuie-t-il.

Selon le syndicat Alliance, on compte 122 agents aujourd’hui au commissariat de Belfort. Le directeur parle de près de 170 personnes, tous les corps confondus. Au début des années, Sébastien Garcia évoque le chiffre de 240 fonctionnaires à Belfort, avec la présence de trois bureaux aux Résidences, dans le quartier des Vosges et aux Glacis, en plus du commissariat central.

Ceci vous intéressera aussi
Départementales : la gauche unie dans le Territoire de Belfort… mais

Il n’y aura qu’un binôme de gauche par canton qui se présentera aux élections départementales des 20 et 27 juin. Lire l'article

General Electric : 300 personnes soutiennent le piquet de grève

300 personnes se sont réunies une nouvelle fois au piquet de grève, avenue des Trois-Chênes, à Belfort, ce mercredi midi. Lire l'article

General Electric : pas de licenciements contraints, le blocage levé chez Steam

Les organisations syndicales et la direction ont trouvé un accord pour ne pas avoir de départs contraints apprend-t-on de sources Lire l'article

Des tote-bags solidaires, pour aider les étudiants les plus précaires

C’est en s’inspirant des voisins alsaciens que deux amies, Cécile Amarger, co-fondatrice du blog touristique À la conquête de l’Est, Lire l'article

Défilement vers le haut