3 informations à retenir sur les Jardins du Square [photos]

Les Jardins du Square, installés sur un terrain de 55 ha et délimités par le square Lechten, l’avenue Jean-Jaurès et la rue Saint-Antoine, sont un projet immobilier programmé sur le site de l’ancien hôpital.

Les Jardins du Square, installés sur un terrain de 55 ha et délimités par le square Lechten, l’avenue Jean-Jaurès et la rue Saint-Antoine, sont un projet immobilier programmé sur le site de l’ancien hôpital. Ils vont bientôt sortir de terre. La première pierre a été posée samedi 28 septembre. Les livraisons des six immeubles s’étalent de 2021 à 2022.

1. La place du végétal

Ce « nouveau quartier », pour reprendre les mots de Marcelin Prevot, l’un des deux promoteurs du projet, est placé sous le signe du vert. Déjà, il est bordé en partie par le square Lechten, classé aux Monuments historiques. Un square qui sera même agrandi pour l’occasion. Ensuite, les trois immeubles qui donneront sur ce square (îlot B) ont des façades en gradin et disposent tous de balcons végétalisés. Tous les appartements de cet îlot donne sur le parc, qui se poursuit donc à la verticale. Les jardinières sont même dotées d’un système d’arrosage automatique, afin de garantir le fleurissement. Il y a plusieurs variétés de plantes, « pour fleurir à différents moments de l’année », relèvent les deux promoteurs. Et ce sont des espèces persistantes. Les toits, non accessibles au public, sont aussi végétalisés.

La parcelle, de 6 500 m2, est dotée d’un parking de 150 places en sous-sol, sur la totalité de l’espace. Au-dessus, une dalle de 60 cm de terre végétalisée est prévue pour façonner un jardin intérieur à ce quartier. Ainsi, les immeubles de l’îlot A donnent également sur un espace végétalisé. Au centre de ce parc intérieur, « il y a même une partie en pleine terre, pour avoir deux gros arbres en développement », indique Laurent Tonelli, l’autre promoteur du projet.

2. Des logements confortables

Ce projet a été façonné par les architectes belfortains de l’Atelier Alain Calmus. Il est divisé en deux lots. Le premier lot, le lot B, donne sur le square. Les trois immeubles du second lot, le lot A, ont vue sur le jardin intérieur. Les premières livraisons, celles du lot B, sont attendues au premier trimestre 2021. Les deuxièmes, en 2022. Le permis de construire autorise la fabrication d’une centaine de logements. Ce sont finalement 87 logements qui sont programmés. On trouve quelques logements F2 (entre 40 et 50 m2), mais se sont principalement des logements de type F3 (entre 65 et 70 m2) et des logements de type F4 (entre 90 et 100 m2) qui sont commercialisés. Un appartement mesure même près de 150 m2. « Ce sont des surfaces confortables », relève Laurent Tonelli. Tous les logements ont une terrasse, qui fait en moyenne 40 % de la surface de l’appartement. Les concepteurs du quartier ont travaillé sur un espace dégagé. Les immeubles sont construits en bordure de parcelle, afin d’avoir ce jardin intérieur. Il y a 35 mètres entre les façades du lot A et celles du lot B et 50 mètres entre les façades des deux immeubles situés aux extrémités du lot A, dont le pignon donne sur la rue Saint-Antoine.

Un soin particulier a été porté à l’isolation thermique et acoustique. « Chaque îlot est [également] dotée d’une pompe à chaleur air-eau », complète Laurent Tonelli, qui glisse que les immeubles répondent déjà à 80 % aux normes de la prochaine réglementation thermique (RT 2022). Ce système permet de chauffer l’eau sanitaire et de chauffer les appartements grâce à un système de chauffage au sol. Le système peut être aussi utilisé l’été, pour rafraîchir les pièces de 5 °C environ. Mais ce n’est pas une climatisation.

3. Les acheteurs au rendez-vous

Le prix, au m2, oscille entre 2 800 euros et 3 300 euros. Les acheteurs ne sont pas forcément des investisseurs, car la construction n’est pas éligible à un programme de défiscalisation. En revanche, de nombreux acheteurs ne viennent pas de Belfort, mais des communes alentours. Ils vieillissent et ne veulent plus entretenir leur maison. Ces personnes se rabattent donc sur ce type de bien, en centre-ville, « avec le confort », insiste Marcelin Prevot. Les logements du lot B, donnant sur le square, sont vendus à 50 % et ceux du lot A, à 40 %, révèlent les deux promoteurs. « C’est bien », confie, satisfait, Marcelin Prevot. Selon lui, ces résultats montrent que les appartements du lot A sont aussi attractifs que ceux donnant sur le square Lechten. Il analyse cela comme une conséquence de cet espace dégagé avec le jardin intérieur. L’espace est clos et sécurisé. Le jardin intérieur n’est donc pas ouvert au public. Une entrée mène directement au square Lechten.

Défilement vers le haut