Belfort, nouvelle capitale du volley féminin ?

Avec la présence ce mois d’août de l’équipe de France féminine de volley – qui jouera deux matchs au Phare de Belfort pour le compte des qualifications à l’euro 2019 – et la montée de l’équipe de l’ASMB en nationale, le volley veut s’imposer comme un sport féminin majeur à Belfort.

L’équipe de France féminine de volley-ball joue deux matchs de qualification pour le championnat d’Europe 2019 contre le Danemark et la Géorgie, les 15 et 22 août prochains, au gymnase du Phare à belfort. Elles auront pour l’occasion des supportrices de choix : l’équipe de volley féminine de l’ASM Belfort. Le club, présidé par Stéphane Marazzi, a lancé l’année passée un grand projet de reconstruction autour de cette équipe féminine, avec pour ambition d’en faire une équipe de nationale.
« C’est chose faite dès la première année, avec notre montée du championnat régional en Nationale 3, qui est le premier niveau national de France », félicite le président. Une belle réussite pour un club qui sait truster les premières places dans les catégories régionales jeunes, et notamment féminines, mais a du mal à conserver ses jeunes talents. « C’est la difficulté de ne pas avoir une très grande ville étudiante, on ne peut pas les garder après le bac », regrette Stéphane Marazzi.

Détection de jeunes talents

Belfort a déjà été une place forte du volley féminin, il y a un an. Loin du niveau auquel il devrait être, comparativement aux autres sports collectifs, la fédération française avait alors lancé dans la cité du Lion le projet France 2024. Axé sur la formation de la jeunesse, le projet cherche à avoir une équipe compétitive aux Jeux olympiques 2024 qui, pour rappel, pourraient se dérouler à Paris. Avec ces deux matchs de qualifications, la fédération commence à prendre ses aises dans le Territoire. Au point qu’un stage, réservé au moins de 15 ans de l’est de la France, est organisé les 7, 8 et 9 août, au Phare de Belfort. Et pas avec n’importe qui, puisque le staff technique de l’équipe de France dirige les entraînements. « À chaque fois qu’elles viennent, elles sont bien reçues ! Il y a du monde dans les tribunes, ce qui n’est pas toujours le cas. On est donc ravi », sourit le président du club belfortain, qui veut vraiment capitaliser sur ces venues de l’équipe de France de Volley dans la cité du Lion. Et la Ville semble bien suivre ce projet. Elle a accueilli les athlètes et fait la promotion des matchs avec une énorme affiche au niveau du rond-point de l’Espérance, près de l’Atria. Si la fièvre du volley féminin vous saisit également, le club de l’ASBM accueille, sur le terrain ou dans les tribunes, à partir du 23 septembre pour une première saison en nationale.

Mercredi 15 août, France-Danemark à 18 h – Mercredi 22 août, France-Géorgie à 20 h. Prix : 7 ou 10 euros. Possibilité de réserver en ligne.

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : « Cette mascarade a assez duré », déclare Cédric Perrin
Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de loi, approuvée au Sénat, pour avoir deux procurations au second tour des élections législatives de 2020, le 28 juin.

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort. | ©Le Trois – archives General Electric prévoit un nouveau plan social d’envergure en France, Lire l'article

General Electric : « Nationaliser pour mettre fin au carnage », affirme Belfort en Grand
Les élus d'opposition au conseil municipal de Belfort, de Belfort en Grand.

Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Bastien Faudot, de Belfort en Grand. | ©Le Trois x 3 Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Lire l'article

General Electric : « Bruno Le Maire joue les pompiers pyromanes », dénonce la CGT
Manifestation GE Belfort octobre 2019 diaporama (3)

La CGT réagit au nouveau plan social de General Electric chez Steam Power | ©Le Trois – archives « Après Gaz et Hydro, Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut