À la JonXion, la cuisine sociale et inclusive des Tables d’Uzel

À Meroux-Moval, en face de la gare TGV, une cafétéria nommée Les tables d’Uzel, à mi-chemin entre de la restauration classique et un self de qualité, a ouvert ses portes le 17 mars dernier. En son sein, douze travailleurs issus d’établissements ou services d’aide par le travail (Esat).

À Meroux-Moval, en face de la gare TGV, une cafétéria nommée Les tables d’Uzel, à mi-chemin entre de la restauration classique et un self de qualité, a ouvert ses portes le 17 mars dernier. En son sein, douze travailleurs issus d’établissements ou services d’aide par le travail (Esat). 

« Florian Bouquet (président du conseil départemental du Territoire de Belfort) nous a interpellés sur l’idée de créer une cafétéria inclusive en 2017 mais nous ne pensions pas en avoir les moyens », explique Corinne Redersdorff, directrice de l’Adapéi du Territoire de Belfort secteur travail protégé et activités. Finalement, l’Adapéi du Doubs, qui avait déjà de l’expérience dans le domaine, s’est associé au projet.  À deux, ils ont pu se lancer.

L’essence du projet : accompagner vers l’emploi des personnes en situation de handicap. En tout, la cafétéria emploie douze travailleurs d’Esat, de 18 à 50 ans. Mais aussi un responsable, un moniteur d’atelier et une personne chargée de l’insertion. « Cet endroit leur permet d’être dans un milieu protégé au regard du handicap tout en pouvant travailler dans un domaine qui leur plaît », explique Corinne Redersdorff. Les postes sont adaptés selon le potentiel de chacun et les tâches sont simplifiées, séquencées pour permettre à tous de se sentir à leur aise. Toutes les semaines, les travailleurs changent de poste, passant de la cuisine à la logistique, de la gestion de service à la plonge. Avec pour ambition d’être le plus polyvalent possible. Pour la plupart, c’est un premier poste dans la restauration. Mais d’après l’équipe encadrante, aucun problème de ce côté-là. Les travailleurs ont été « scotchant » lors de l’ouverture le 17 mars dernier. Tant par leur professionnalisme que par leur motivation.

Lucas et Jonathan, tous deux travailleurs à la cafétéria, témoignent de leur enthousiasme à travailler dans ce cadre. « Au début, c’était un peu stressant. Mais ça va beaucoup mieux », raconte Lucas. Pour Jonathan, pas de stress, la vocation est là. « Tout s’est très bien passé dès le début. Mais nous avions fait beaucoup de stage avant, ça a aidé », confie–t-il. En effet, depuis 2021, l’équipe a été formée dans différentes structures : l’Adapéi de Brognard, l’hôpital Nord Franche-Comté, le traiteur Le convivial, le CFA de Montbéliard, l’Ehpad de Beaucourt, le foyer Pierre Grison ou encore la cantine de la gendarmerie de Belfort.

S’ils tournent sur les postes, l’encaissement, qui reste un moment assez stressant, est tenu sur la base du volontariat. Lucas confie avoir hâte que ce soit son tour. Mais pour Jonathan, c’est un non plus catégorique. Il est beaucoup plus à l’aise en cuisine et manie « à la perfection la précision de la découpe », raconte Jérôme Chassignet, responsable du lieu. 

En plus d’être un lieu protecteur, Corinne Redersdorff insiste sur le fait que cet endroit est aussi un tremplin pour que ceux qui le sentent, le souhaitent, puissent intégrer le milieu ordinaire par la suite. Le lieu a aussi pour vocation de devenir un lieu pour les personnes en situation d’insertion ou de réinsertion. Ce n’est pas encore le cas, mais la directrice, Corinne Redersdorff, espère que les choses évolueront en ce sens d’ici peu. 

Objectif 200 couverts

Le lieu, ouvert depuis un peu moins de deux semaines suscite déjà beaucoup d’enthousiasme. « Nous avons eu beaucoup de retour positif sur la qualité des repas, la convivialité du lieu ». En effet, entre la moquette calfeutrée, les parois en bois, les plantes et les tableaux art-déco, il y fait bon vivre. 

Le lieu peut accueillir jusqu’à 200 couverts. Pour le moment, le service tourne plutôt autour de 60 couverts par jour. « Ce qui n’est pas plus mal pour débuter », rassure le responsable des lieux, Jérôme Chassignet. Mais l’équipe espère que l’endroit va se faire un nom rapidement. Juste en face de la gare de Meroux-Moval, à deux pas des cabinets médicaux et de l’hôpital Nord Franche-Comté, la cafétéria se situe sur un endroit de passage où travaillent chaque jour, en théorie, 450 personnes. « Avec le télétravail, c’est en réalité moins que ça malheureusement », expose Jérôme Chassignet Mais la base est bonne. « Aujourd’hui, ce sont les employés de la direction du Conforama qui sont venus jusqu’ici pour découvrir la cafétéria », se réjouit-il.

Il faut dire que cela vaut le coup. Chaque jour, au moins trois plats sont proposés et un menu entrée-plat-dessert coûte 10,90 euros. Outre la formule tradition, à 12,50 euros. Avec ces tarifs, la cafétéria se situe entre les cafétérias d’entreprises et les restaurants classiques. Tout en proposant des plats de qualité, de saison, et avec des aliments du coin. « Nous achetons au maximum local. Dans la région et en Alsace essentiellement. Nous avons un engagement fort de ce côté-là », raconte Jérôme Chassignet. Il détaille : « Nos œufs sont cherchés à 10 kilomètres d’ici, nos truites viennent de Delle, notre pain de Danjoutin, nos glaces de chez Erhard…» L’équipe espère que l’arrivée des beaux jours, et la mise en place de la terrasse extérieure ameutera encore plus de monde. N’hésitez pas à y passer. Le lieu est ouvert du lundi au vendredi de 11h à 14h.

[ En images ]

Photos prises par Samuel Carnovali

Ceci vous intéressera aussi
Optymo : Roland Jacquemin, nouveau président du SMTC
Rolland Jacquemin, maire de Vézelois, est le nouveau président du syndicat mixte des transports en commun (SMTC), créateur et gestionnaire d'Optymo.

Roland Jacquemin, maire de Vézelois, nouveau président du SMTC. | ©DR Le conseil syndical du syndicat mixte des transports en Lire l’article

Le début du chantier du centre de chirurgie de la JonXion envisagé fin 2021
Le début du chantier du centre de chirurgie de la JonXion envisagé fin 2021

La crise sanitaire entraîne du retard dans le lancement du projet du centre de chirurgie de la JonXion. On attendait Lire l’article

Municipales : le conseil d’État confirme les élections de Rougemont-le-Château, Châtenois-les-Forges, Meroux-Moval et Roppe
Sénatoriales : le Parti communiste appelle à une candidature de gauche

Cinq scrutins municipaux avaient été annulés, au cœur de l’été, par le tribunal administratif de Besançon. Une information que nous Lire l’article

Départementales : Florian Bouquet : « candidat » à sa « succession »
Florian Bouquet, président du conseil départemental du Territoire de Belfort, et candidat aux départementales 2021 dans le canton de Châtenois-les-Forges.

Florian Bouquet a lancé sa campagne aux élections départementales, organisées les 20 et 27 juin. Il brigue une nouvelle fois Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal