Le Canard raille la politique belfortaine !

Depuis un peu plus d’un mois, Le Canard Enchaîné semble apprécier les péripéties qui rythment la politique belfortaine.

Avec trois articles depuis le 13 décembre, Le Canard Enchaîné prend un malin plaisir à tourner en dérision les politiques belfortains. La dernière édition en date (du 24 janvier) met en avant les liens étroits qu’entretient Damien Meslot avec ses anciens assistants parlementaires dans un article intitulé « Le liant de Belfort ». Le journal satirique y explique que le maire de Belfort « a déjà trouvé du boulot à trois autres de ses ex-assistants » à savoir Cédric Perrin, Florian Bouquet et Frédéric Rousse. L’hebdomadaire conclut: « Pourvu que les électeurs trouvent, eux aussi, un boulot à Ian Boucard, sinon c’est le Meslot-drame assuré ! »

Damien Meslot avait déjà été cité il y a plusieurs mois à propos de son salaire, et le palmipède n’a donc pas eu à changer de parti politique pour traiter des informations à son goût. L’affaire des tracts lors des législatives de juin était visiblement trop belle pour qu’il passe à côté! C’est donc quelques jours seulement après l’annonce du Conseil constitutionnel (édition du 13 décembre) que l’on découvre au cœur de La Mare aux Canards un article intitulé « Fraudeur et gaffeur ».

Au-delà du rappel des faits, l’hebdomadaire tourne en dérision Ian Boucard « qui s’était, il est vrai, surpassé » pour avoir distribué de faux tracts, tout en ajoutant : « ce petit avait carrément fait figurer la facture correspondante dans son compte de campagne. » Avant de terminer, tout en retenue, « une bourde qui fait honneur à l’intelligence tactique du nommé Boucard ».

Rebelote une semaine plus tard, où Le Canard fait son mea culpa. Ne remettant plus en cause l’intelligence de Ian Boucard, il admet que cet aveu dans ses comptes de campagne était « d’une ardente nécessité », afin d’éviter à Ian Boucard d’être déclaré inéligible. « Entre le risque du ridicule et l’interdiction de se représenter, le choix a été vite fait… » caricature le journal satirique.

Si les politiques locaux veulent mettre Belfort sur la carte de la France, Le Canard semble un très bel outil, mais à quel prix ?

Ceci vous intéressera aussi
Confinement : des recours contre les autorisations de chasse en Haute-Saône et le Territoire de Belfort

Des ONG environnementales ont déposé une série de recours contre des arrêtés autorisant la chasse pendant le confinement pour limiter Lire l'article

Le Territoire de Belfort renforce le dispositif d’accueil d’urgence
Le Territoire de Belfort va disposer de 130 places d'hébergement d'urgence. (illustration - Photo Lechenie-narkomanii - Pixabay)

Le plan hivernal d'urgence a été lancé dès le 18 octobre dans le Territoire. Il restera en vigueur jusqu’au 31 Lire l'article

La plateforme emploi90.fr poursuit sa montée en puissance
Le conseil départemental a lancé la plateforme de recherche d'emplois emplois.90fr.

Le 30 juin, le conseil départemental du Territoire de Belfort lance la plateforme dédiée à l’emploi, emplois90.fr. C’est un outil Lire l'article

Les demandes du fonds de solidarité pour octobre ouvertes
Les demandes du fonds de solidarité pour octobre ouvertes

Depuis le 20 octobre, les entreprises peuvent accéder au formulaire de demande d’aides au titre du fonds de solidarité, à Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut