Hydrogène : l’Union européenne va créer une banque publique d’investissement

Lors de son discours sur l’état de l’Union européenne, ce mercredi 14 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé la création d’une nouvelle banque publique, capable d’investir 3 milliards d’euros dans le développement de l’hydrogène vert.

Lors de son discours sur l’état de l’Union européenne, ce mercredi 14 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé la création d’une nouvelle banque publique, capable d’investir 3 milliards d’euros dans le développement de l’hydrogène vert.

« Nous devons passer du marché de niche au marché de masse pour l’hydrogène. » Telle est la volonté d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, au sujet du déploiement de la technologie hydrogène. Ce développement doit se faire autour de l’hydrogène vert, qui doit permettre de décarbonner l’industrie et les transports. C’est ce qu’elle a déclaré à l’occasion de son discours de rentrée, sur l’état de l’Union européenne, ce mercredi 14 septembre.

L’Union européenne veut produire 10 millions de tonnes d’hydrogène renouvelable chaque année, d’ici à 2030. Mais aujourd’hui, cette production est encore coûteuse. Il faut donc « combler le déficit d’investissement et de mettre en relation l’offre et la demande futures », a-t-elle concédé lors de son discours de rentrée. Pour y remédier, elle a annoncé la création d’une nouvelle banque européenne de l’hydrogène. « Elle aidera à garantir l’achat d’hydrogène, notamment en utilisant les ressources du Fonds pour l’innovation », a-t-elle indiqué. Elle pourra investir 3 milliards d’euros « pour aider à construire le futur marché de l’hydrogène ». Selon elle, « l’hydrogène peut changer la donne pour l’Europe ».

Au mois de juillet, la Commission européenne a donné son feu vert pour le financement public massif de 41 projets hydrogène en Europe, à hauteur de 5,4 milliards d’euros. 500 millions d’aides sont dirigés vers le nord Franche-Comté, vers McPhy, Alstom et Faurecia (lire notre article). Ces projets sont situés dans 15 États membres, dont la France, l’Allemagne, l’Espagne ou encore l’Italie. On estime qu’ils pourront créer 20 000 emplois.  

Ceci vous intéressera aussi
Le Parlement européen retient le nucléaire dans la taxonomie verte

Les députés européens ont approuvé, ce mercredi 6 juillet, la proposition de la Commission européenne d’inclure le gaz et le Lire l’article

Christophe Grudler : « Le mix énergétique est une compétence des États »

Christophe Grudler, député européen MoDem, a fait le point sur les dossiers énergétiques qui agitent l’Union européenne, alors que la Lire l’article

Thierry Breton : « L’hydrogène propre est d’une importance incontournable pour l’Europe »

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a participé à l’ouverture du forum Hydrogen business for climate, organisé à Lire l’article

Christophe Grudler : « Construire cette idée Belfort-Montbéliard et hydrogène »

C’est le message de Christophe Grudler. L’Union européenne soutient Belfort. Et les choix stratégiques autour de l’hydrogène auront des retombées Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal