Femme découverte sans vie en Haute-Saône : l’autopsie conclut à une mort naturelle

Faverney

L’autopsie d’une femme de 35 ans découverte sans vie dans la nuit de samedi à dimanche en Haute-Saône, le corps couvert d’hématomes, a conclu à une mort naturelle, a annoncé lundi le procureur de Vesoul.

(AFP)

L’autopsie d’une femme de 35 ans découverte sans vie dans la nuit de samedi à dimanche en Haute-Saône, le corps couvert d’hématomes, a conclu à une mort naturelle, a annoncé lundi le procureur de Vesoul.

« La cause probablement naturelle du décès résulte d’un état de santé extrêmement dégradé et d’une très forte alcoolisation », a déclaré le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic, lors d’une conférence de presse. Selon l’autopsie pratiquée lundi, « aucune lésion n’était visible sur la victime qui souffrait d’asthme, d’un problème de foie et d’un problème sanguin entraînant rapidement des marques sur son corps quand elle chutait ou se cognait », a-t-il précisé. Le corps de cette femme de 35 ans, sans emploi, a été découvert sans vie par les secours et la gendarmerie dans son appartement de Faverney (Haute-Saône), à l’issue d’une soirée très alcoolisée. Un homme de 60 ans qui se trouvait avec elle avait donné l’alerte en affirmant qu’elle avait fait un malaise. Placé en garde à vue et finalement mis hors de cause, il sera remis en liberté lundi, a précisé le procureur.

Ceci vous intéressera aussi
Haute-Saône: une femme découverte morte à Faverney, un homme en garde à vue
Faverney

Un homme a été placé en garde à vue après la découverte en Haute-Saône dans la nuit de samedi à Lire l'article

Au sol, les JTAC guident les tirs des aéronefs de combat

Le 1er régiment d’artillerie de Bourogne a organisé, du 12 au 23 octobre, la 8e édition du Royal Blackhawk, une Lire l'article

Covid-19 : les chiffres de la pandémie en Bourgogne-Franche-Comté

La circulation du virus SARS-CoV-2 continue de croître en Bourgogne-Franche-Comté. Tous les départements dépassent les seuils d’alerte. Trois sont dans Lire l'article

Samuel Paty « méritait » de mourir : quatre mois de prison avec sursis pour une étudiante de Besançon
Hommage à Samuel Paty, le 21 octobre 2020 à Belfort.

Une étudiante en biologie de 19 ans, qui avait écrit sur Facebook que Samuel Paty "méritait" de mourir avant de Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut