Belfort veut créer une plateforme de e-commerce pour ses commerçants

Un site de vente en ligne uniquement réservé aux commerçants de Belfort fera son apparition dans les prochains mois. Il a pour but d’offrir une visibilité sur la toile et ramener la population dans les centres-villes.

Comment les commerçants indépendants de la ville de Belfort peuvent-ils contrer la vente sur Internet ? En créant leur propre plateforme répond la Ville. Dans le cadre du dispositif Action cœur de ville, lancé par l’État et qui propose une aide de 5 milliards d’euros pour 222 centres-villes en difficultés, la municipalité de Belfort souhaite donc mettre en place un site de vente en ligne. Chaque commerçant pourra ainsi mettre en ligne ses produits. « Tous les commerçants ne peuvent pas faire de vente en ligne, par manque de temps, de moyens, de connaissances… Nous leur mettons tout cela à disposition », a expliqué Florence Besancenot, adjointe chargée du commerce. La société E-City a été choisie pour réaliser ce projet. Il sera possible, soit d’être livré chez soi pour 5 euros de plus, soit de le récupérer directement dans la boutique. « Une offre de livraison, un moyen pour ramener du flux dans les magasins belfortains et une visibilité sur Internet. Voilà ce qu’apporte ce projet », a simplifié Florence Besancenot.

« Pas adapté » pour l’opposition

E-City devra donc aller à la rencontre des commerçants et leur proposer d’accéder à ce service. Les commerçants n’auront « pas de dépenses supplémentaires », ni « une importante implication en temps ». Pourtant, en cas de vente sur le site, ils devront tout de même reverser 10 % du prix à la plateforme. Un taux qui pourrait s’apparenter à un véritable jackpot pour E-City en cas de réussite. Mais l’opposition, en la personne de Samia Jaber, ne voit pas comment ce site pourrait fonctionner : « Comment voulez-vous être visible sur la toile face aux géants ? Il y a deux logiques sur la vente par Internet : soit des immenses plateformes, soit une marque. C’est à l’inverse de ce que vous proposez ! » Un investissement donc trop faible aux vues des enjeux pour la représentante de l’opposition, suivie par Emmanuel Fillaudeau, conseiller municipal non affilié, et commerçant à Belfort. Pourtant, difficile de refuser la moindre action envers les commerçants, dont « la situation est dramatique », selon l’adjointe en charge du commerce. La mise en place de ce projet représente un coût de 24 600 euros pour la collectivité.

Ceci vous intéressera aussi
F2J Japy et Gaussin, lauréats du fonds de modernisation de l’automobile et de l’aéronautique
Christophe Gaussin présente à la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté les véhicules assemblés à Héricourt.

Outre Avion Mauboussin (notre article de ce mardi matin), deux entreprises du nord Franche-Comté sont également lauréates du fonds de Lire l'article

Apsiis, un incubateur pour conserver les compétences d’intégration
Apsiis, un incubateur pour conserver les compétences d’intégration dans le nord Franche-Comté

C’est une sorte de task force. D’ici 18 mois, l’association Apsiis ambitionne de lancer des projets intégrant des métiers d’ingénierie Lire l'article

Hydrogène : Faurecia collabore avec Renault sur les systèmes de stockage
Le constructeur automobile Renault et l’industriel Faurecia ont annoncé une collaboration commune sur les système de stockage d’hydrogène pour les véhicules utilitaires légers

Le constructeur automobile Renault et l’industriel Faurecia ont annoncé une collaboration commune sur les système de stockage d’hydrogène pour les Lire l'article

Gaussin achète 10 Bluebus à Bolloré pour les transformer en véhicules autonomes

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum Lire l'article

Défilement vers le haut