Doubs : un couple retrouvé mort, probable féminicide suivi d’un suicide

Un couple a été retrouvé tué par balles mardi près de Besançon, un probable assassinat sur conjoint suivi d’un suicide noué sur fond de rupture, le cinquième féminicide en un an dans le secteur du tribunal Besançon, a annoncé mercredi le procureur de la République Etienne Manteaux.

(AFP)

Un couple a été retrouvé tué par balles mardi près de Besançon, un probable assassinat sur conjoint suivi d’un suicide noué sur fond de rupture, le cinquième féminicide en un an dans le secteur du tribunal Besançon, a annoncé mercredi le procureur de la République Etienne Manteaux.

Le drame s’est déroulé à Morre, près de Besançon. L’alerte a été donnée mardi après-midi par la fille de ce couple de trois enfants qui, en rentrant du collège, a trouvé la porte de la maison familiale fermée, a expliqué lors d’une conférence de presse Étienne Manteaux. En pénétrant dans le logement, secours et gendarmes ont découvert le couple assis côte à côte sur le canapé du salon, devant la télévision allumée.

La femme, assistante maternelle de 43 ans, mère d’un quatrième enfant d’une précédente union, présentait une blessure par balle au bras et une autre, « immédiatement » fatale, à la tempe. Son conjoint, employé dans le BTP de 48 ans, muni d’un fusil de chasse de calibre 12, était également mortellement blessé par balle à la tête, selon Étienne Manteaux. « L’hypothèse forte est qu’il s’agit d’un homicide » du conjoint sur sa compagne suivi d’un suicide, selon le procureur : après avoir tiré sur elle, sans doute par surprise, « l’homme a vraisemblablement retourné l’arme contre lui ».

Il semble avoir prémédité son geste, a poursuivi le magistrat : il a laissé des écrits, apposés sur le réfrigérateur, dont l’un indique « je vais lui éclater la gueule vers 15 h. » Selon le médecin-légiste, les décès sont survenus entre 15 h et 16 h. Une rupture non acceptée par le conjoint semble être à l’origine du drame : « Le matin même, la dame avait apporté à la mairie la rupture de Pacs » du couple, selon le procureur.

Cette dernière gardait un bébé de 21 mois au moment du drame. L’enfant, retrouvé sain et sauf dans une chambre par les secours, n’était pas apeuré et n’a a priori rien vu. Dans le ressort du tribunal de Besançon, « depuis environ 13 mois, il y a eu cinq homicides dans la sphère conjugale », a regretté le magistrat. « C’est toujours a priori l’annonce de la rupture à venir qui déclenche l’acte, comme s’il existait une dimension patrimoniale de la compagne pour certains hommes qui ne tolèrent pas qu’elles les quittent ».

Selon les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur, 122 femmes ont été victimes de féminicides en 2021, un nombre en hausse de 20% par rapport à 2020.

 

Ceci vous intéressera aussi
Sécheresse : l’alerte maximale déclenchée dans le haut Doubs

La préfecture du Doubs vient de placer la Haute Chaîne en crise sécheresse, le plus haut niveau d’alerte. Des restrictions Lire l’article

Des vers luisants dans la nuit

Les habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté sont invités à participer à une enquête en ligne pour recenser les vers luisants Lire l’article

Doubs : après l’interdiction de la pêche, de l’agacement et des inquiétudes
Les faibles précipitations entraînent une baisse des débits des rivières. On évoque une sécheresse printanière.

Le Doubs vient d’interdire la pratique de la pêche sur l’ensemble des cours d’eau de première catégorie du département. Un Lire l’article

L’Urssaf accompagne les victimes des incendies en Franche-Comté

L'Urssaf propose des remises et reports pour les professionnels victimes des incendies en Franche-Comté qui en feront la demande

Défilement vers le haut Aller au contenu principal