Belfort: dette, aménagement des berges de la Savoureuse et fonctionnement en 2018

Le débat d’orientations budgétaires a eu lieu ce jeudi 14 décembre au conseil municipal de Belfort. Dette, fonctionnement, projets: petit tour d’horizon de ce que devrait être l’année 2018.

Les collectivités sont inquiètes. L’effort économique qui leur est demandé depuis plusieurs années commence à sérieusement les mettre en difficultés. Et les collectivités préfèrent bien naturellement crier au scandale envers l’État, plutôt que d’augmenter les impôts locaux, et risquer de fâcher leur électorat. Résultat: c’est régime au pain sec, du moins pour les finances. Qu’on se rassure: nos politiques n’en sont pas là à Belfort. L’année 2018 sera dans la continuité, entre remboursements de dette, quelques projets, et diminutions des dépenses liées au fonctionnement.

Les projets et la dette, sources de conflit

Et si Damien Meslot terminait son mandat avec une dette supérieure à celle de son prédécesseur ? En claironnant haut et fort au début de son mandat l’état catastrophique dans lequel étaient les finances, il ne s’imaginait en être plus ou moins au même point aujourd’hui. En effet, l’encours de la dette est passé de 71 millions d’euros à 69 millions de 2014 à 2016. L’opposition n’a pas manqué de faire remarquer cela au maire, à quoi il a répondu être victime des baisses de dotations de l’État : « C’est une réduction cumulée de 10 millions d’euros! Notre gestion nous a permis, malgré cette baisse, de diminuer cette dette ». La capacité de désendettement a de son côté nettement baissé passant de 8,82 à 5,79 années.

« Et pour la création de votre trottoir inondable au prix d’une autoroute, » demande alors, avec le sens de la formule Bastien Faudot, évoquant l’aménagement des berges? « Un projet inutile, et bien trop cher » à son goût. Les premiers chiffres annoncés prévoyaient un budget de 18 millions d’euros, que rappelait l’élu MRC. Ce à quoi Damien Meslot a répondu qu’il « ne coûterait qu’un peu plus de 5 millions d’euros à la Ville. 18 millions, c’est le prix si on choisit des aménagements que l’on peut faire ou non. » Une nouveauté annoncée ce jeudi, donc.

Les dépenses de fonctionnement toujours plus basses

D’abord, il est important de noter que les taux d’imposition n’augmenteront pas l’année prochaine « comme je l’avais promis lors de mon élection » se félicite le maire. Cependant, le contribuable verra tout de même une augmentation sur sa fiche d’imposition: si les taux choisis par les villes et les départements n’augmentent pas, les bases, elles, indexées sur l’inflation, augmenteront. Avec 44 employés en moins, sur les plus de 800 personnes qui travaillent à la municipalité, la mairie espère continuer à baisser ses dépenses dans ce secteur.

Ces départs sont principalement des départs à la retraite non remplacés, selon l’adjoint aux finances, Sébastien Vivot. Par rapport au budget prévisionnel 2017, le budget final de l’année n’étant pas encore connu, la Ville propose une baisse de 2 millions d’euros la charge de dépense de fonctionnement.

Rendez-vous pour le budget primitif pour en avoir confirmation.

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : 300 suppressions de postes chez Steam Power en France, dont 240 à Belfort
GE - 300 suppressions de poste dans la branche steam/charbon

General Electric prévoit la suppression de 300 postes en France dans son entité steam/charbon, apprend-t-on de sources concordantes. Belfort serait Lire l'article

General Electric : « Je suis sidéré », déclare Damien Meslot

Damien Meslot, maire de Belfort. | ©Le Trois – archives La France va être encore sérieusement touchée par un plan de Lire l'article

General Electric : « Cette mascarade a assez duré », déclare Cédric Perrin
Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de loi, approuvée au Sénat, pour avoir deux procurations au second tour des élections législatives de 2020, le 28 juin.

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort. | ©Le Trois – archives General Electric prévoit un nouveau plan social d’envergure en France, Lire l'article

General Electric : « Nationaliser pour mettre fin au carnage », affirme Belfort en Grand
Les élus d'opposition au conseil municipal de Belfort, de Belfort en Grand.

Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Bastien Faudot, de Belfort en Grand. | ©Le Trois x 3 Samia Jaber, Jacqueline Guiot et Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut