Automobile : les constructeurs sous-estiment leurs émissions de CO2

98% des émissions de CO2 des constructeurs automobiles sont des émissions indirectes. | ©Stellantis

(AFP)

Les constructeurs automobiles sous-estiment leurs émissions de CO2, profitant de modes de calcul flous, accuse dans un rapport publié mercredi, l'ONG Transport & Environment (T&E).

Orientis vero limes in longum protentus et rectum ab Euphratis fluminis ripis ad usque supercilia porrigitur Nili, laeva Saracenis conterminans gentibus, dextra pelagi fragoribus patens, quam plagam Nicator Seleucus occupatam auxit magnum in modum.

Les grandes entreprises européennes vont devoir publier à partir de 2024 leur scope 3, qui totalise les émissions de gaz à effet de serre en amont de la production (transport, déplacements professionnels, investissements) et en aval (déchets, utilisation et fin de vie des produits).

Même s’ils sont en plein virage électrique, les constructeurs automobiles sont parmi les industriels les plus exposés, car 98 % de leur émissions sont indirectes, liées notamment au carburant qui fait rouler le véhicule. Pour mesurer leurs émissions, la plupart des constructeurs utilisent le test WLTP, réalisé en laboratoire, contrairement aux tests en conditions réelles dont les émissions sont plus importantes.

À 45,2 tonnes de CO2 par véhicule vendu, les constructeurs sous-estiment leurs émissions, selon T&E. Elles seraient au moins 50 % supérieures, à 68,2 tonnes en moyenne, selon une méthode de calcul ajustant les émissions avec un usage réel et prenant en compte une durée de vie plausible des véhicules, de plusieurs centaines de milliers de kilomètres.

Des entreprises assez transparentes

L’ONG met notamment en cause Stellantis, Hyundai-Kia ou BMW qui ont les résultats les plus divergents. Chez certains constructeurs comme Renault-Nissan, Honda ou Ford, les émissions pour chaque euro investi seraient supérieures à la moyenne des compagnies pétrolières Shell, BP et Exxon, selon T&E.

Ces données pourraient miner le score des constructeurs en matière de normes comptables environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). « Pour que l’on puisse parler d’investissement +verts+, il faut que les données soient fiables », a souligné dans un communiqué Marie Chéron de T&E France.

L’ONG demande notamment à ce que ce scope 3 soit mieux encadré et mieux pris en compte dans les notes ESG, qui conditionnent de plus en plus d’investissements. Selon Matthieu Maurin, cofondateur de l’Iceberg datalab, un fournisseur de données extra-financières sur les entreprises, il y a bien « un écart d’au moins 20 % » entre les données publiées par les constructeurs et leurs propres calculs. Toutefois, « ces entreprises publient leurs données et sont assez transparentes sur la façon dont elles sont calculées, contrairement à d’autres secteurs », comme l’agroalimentaire, tempère l’expert.

Ceci vous intéressera aussi
En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal