Audincourt : le suspect réfute un acte « politique » pour la coupure électrique du centre de vaccination

L’adolescent de 17 ans suspecté d’être à l’origine de la coupure d’électricité qui a touché le centre de vaccination d’Audincourt (Doubs) dimanche a assuré n’avoir eu « aucune intention malveillante » ou « politique », a indiqué jeudi le parquet de Montbéliard.

(AFP)

L’adolescent de 17 ans suspecté d’être à l’origine de la coupure d’électricité qui a touché le centre de vaccination d’Audincourt (Doubs) dimanche a assuré n’avoir eu « aucune intention malveillante » ou « politique », a indiqué jeudi le parquet de Montbéliard.

Ariane Combarel, procureur de la République, décrit dans un communiqué ce qui s’apparente davantage à une bêtise d’adolescent qu’à un acte revendicatif d’un opposant à la vaccination. Auditionné dans le cadre de l’enquête, le jeune suspect a annoncé s’être approché « par curiosité » du coffret d’alimentation électrique du centre de vaccination, situé à l’extérieur du bâtiment et qui n’était pas verrouillé.

Après avoir touché à certaines commandes, il aurait déclenché une alarme. « Paniqué » il s’est d’abord éloigné, avant de revenir pour manipuler « tous les disjoncteurs, ce qui a fait taire l’alarme ». Il a ensuite quitté les lieux. L’adolescent « affirme n’avoir eu aucune conscience que son geste pouvait mettre en péril les vaccins stockés » et n’avoir pas eu « d’intention malveillante » ou « politique ».

Le parquet précise qu' »aucun élément ne relie le mineur à un quelconque mouvement de mise en cause de la vaccination ». Une information judiciaire a cependant été ouverte jeudi pour « tentative de destruction de biens destinés à l’utilité publique », afin « d’approfondir les investigations », a indiqué Mme Combarel.

Dans ce cadre, le parquet a requis le placement sous contrôle judiciaire de l’adolescent. La coupure électrique, qui a duré moins d’une heure et demie grâce à l’intervention des services municipaux, avait « mis en péril les 5 383 doses de vaccins » stockées dans le bâtiment, selon Martial Bouquin, le maire d’Audincourt. L’élu a précisé à l’AFP qu’une analyse a permis d’établir que les doses étaient « en bon état », et que l’Agence régionale de santé a autorisé leur utilisation.

Ceci vous intéressera aussi
Nord Franche-Comté : qu’ont voté les députés sur la constitutionnalisation du droit à l’avortement ?

3 votes pour. 2 votes contre. Dans le nord Franche-Comté, les élus de gauche et de droite se sont unis Lire l’article

Le fonds Maugis a fléché 37 millions d’euros vers 15 entreprises

Les membres du fonds Maugis ont visité des entreprises ayant bénéficié de l’accompagnement. Et de se rendre compte, sur le Lire l’article

L’hôpital Nord Franche-Comté s’équipe de huit nouveaux postes d’hémodialyse

L’hôpital Nord Franche-Comté a investi dans huit nouveaux postes d’hémodialyses. Un investissement chiffré à environ 650 000 euros pour faire Lire l’article

Malsaucy : 8 tonnes de poissons sains repêchés lors de la vidange

Un virus qui atteint les carpes Koï a nécessité, lors de la vidange du Malsaucy, un protocole spécifique pour l'éradiquer Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal